Les exigences et les émotions vécues par les parents et les enfants
FREEPIK

Les exigences et les émotions vécues par les parents et les enfants

Le choc du diagnostic 

Apprendre que son enfant est aux prises avec des difficultés physiques ou qu’il a des problèmes sur le plan de son développement suscite de vives émotions. Voici des exemples de réactions possibles :  

  • Ne comprennent pas l’ensemble des éléments expliqués par les professionnels au moment de l’annonce du diagnostic, en raison de leur bouleversement émotif et médicaux sont très complexes. 
  • Les parents se sentent parfois démunis en rentrant à la maison. C’est le début d’un deuil, celui de l’enfant « idéal » et de la famille dite « normale ». Chaque parent le vit à sa manière et à son rythme, ce qui peut provoquer des tensions au sein du couple. 
  • Certains parents peuvent vivre de la colère et ressentir de l’injustice. 
  • D’autres se sentent coupables même s’ils n’y sont pour rien. 
  • Les parents peuvent se sentir incompris par leur entourage qui ne vit pas cette même réalité. 

Ces réactions sont normales. Le diagnostic indique aux parents qu’ils feront face à des exigences plus grandes que celles qu’affrontent en général les parents d’enfants qui ne présentent pas de besoins particuliers. 

Source : https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/viefamille/fiche.aspx?doc=enfant-besoins-particuliers-il-faut-savoir  

Vous vous reconnaissez? Vous ressentez le besoin de parler à quelqu’un pour y voir plus clair? Une intervenante du CFV peut vous aider. Lien vers Rendez-vous  

Les exigences pour les parents 

Cette réalité bien complexe entraîne plusieurs parents d’enfants ayant des besoins particuliers à vivre de l’isolement social et de la fatigue. La situation familiale peut rendre les visites et les sorties bien difficiles, et parfois l’entourage ne comprend pas bien cette réalité. Ainsi, il peut devenir difficile pour les parents de compter sur la famille élargie ou sur les amis pour un peu de répit. Et la fatigue s’installe graduellement. Les nombreux rendez-vous, la difficile conciliation travail-famille, les besoins élevés de l’enfant, la charge mentale, le manque de sommeil, le sentiment d’impuissance, le manque de services professionnels et de soutien du réseau, le regard des autres, l’isolement peuvent faire sombrer les parents dans une grande fatigue, qui peut évoluer vers l’épuisement, voire même la dépression.  

Afin de réduire le plus possible les impacts sur la famille, voici quelques éléments incontournables :   

  • Couple : Faire équipe avec votre partenaire dans la façon d’intervenir et d’apporter les soins, respecter les émotions et le cheminement de chacun et vous réserver du temps de qualité ensemble.  
  • Fratrie : Réserver un moment privilégié aux frères et sœurs pour éviter qu’ils se sentent mis à l’écart, leur proposer de participer à des activités réservées à la fratrie d’enfants ayant des besoins particuliers pour leur permettre de se sentir compris et moins seuls.   
  • Carrière : Poursuivre vos activités professionnelles permet de vous réaliser dans un autre rôle que celui de parent et permet de partager les soins et rendez-vous avec l’autre parent. 
Source : https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/viefamille/fiche.aspx?doc=enfant-besoins-particuliers-il-faut-savoir  

N’hésitez pas à entrer en contact avec une intervenante du CFV pour obtenir de l’aide et pour connaître les ressources et associations de la région. Prise de rendez-vous   

Quand parler du diagnostic avec votre enfant? 

Avant de parler avec votre enfant qui a des besoins particuliers de sa condition, il faut vous assurer que vous êtes prêt à le faire. Il est préférable d’attendre d’en connaître assez sur son diagnostic avant d’aborder le sujet avec lui. Cela vous permettra de répondre correctement à ses questions. Mieux vaut aussi attendre d’être capable d’en parler avec empathie sans être envahi par vos émotions. 

Il est important de respecter son rythme de compréhension et lui donner de l’information à mesure qu’il en demande. Si un enfant ne semble pas dérangé par la réalité liée à son diagnostic, ou s’il est trop jeune pour s’en rendre compte, il n’est pas nécessaire de lui en parler. Mettre l’accent sur ses différences et ses particularités ne pourrait que l’inquiéter pour rien. 

Comment s’y prendre? 

Le moment venu, il est recommandé d’utiliser des mots simples et de partir de ce que votre enfant a déjà dit et observé à propos de lui. Votre enfant a besoin d’être rassuré sur l’amour que vous lui portez. Il est important de lui dire que peu importe son diagnostic, cela ne change rien pour vous et que vous l’aimez toujours autant. 

Plusieurs livres pour enfants présentent des personnages qui vivent avec une différence ou qui ont des besoins particuliers. C’est une bonne idée d’en lire avec votre enfant pour qu’il puisse s’identifier à un personnage et qu’il sache qu’il n’est pas seul dans sa situation, et pour introduire graduellement le sujet avec lui. 

Source: https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/viefamille/fiche.aspx?doc=enfant-besoins-particuliers-parler-diagnostic 

Vous aimeriez parler du diagnostic avec votre enfant ou vous aimeriez comprendre les émotions de votre enfant suite à l’annonce du diagnostic? Une intervenante du CFV peut vous aider à planifier une amorce de discussion. Demande de service

Offert par le Centre de la Famille Valcartier · 418 844-6060 · 1 877 844-6060