Le 24 avril : Lettre du Chef d’état-major de la Défense (CEMD) concernant la COVID-19

Le 24 avril : Lettre du Chef d’état-major de la Défense (CEMD) concernant la COVID-19

Voir l'article original ici. https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/feuille-derable/defense/2020/04/24-avril-lettre-du-cemd-concernant-la-covid-19.html

*** Nous vous invitons à consulter la page d'information du MDN et des FAC sur la COVID-19 pour obtenir les renseignements les plus récents concernant les membres civils et militaires de l’Équipe de la Défense. ***
Chers familles et membres des Forces armées canadiennes,

La semaine a commencé par des nouvelles tragiques venant de la Nouvelle-Écosse. Des mères, des pères, des fils et des filles, tant d’innocents dont la perte est ressentie dans tout le pays. Nous avons vécu des jours difficiles, d’autant plus difficiles que nous ne pouvons pas nous retrouver en personne. En votre nom à tous et à toutes, j’adresse mes plus sincères condoléances aux familles, aux amis et à ceux et celles qui ont été touchés, incluant les proches du Premier Maître Bagley (retraité). Nous nous souviendrons des victimes.
 
J’aimerais commencer la lettre de nouvelles de cette semaine en disant que, bien que le moral dans les Forces armées canadiennes (FAC) soit généralement bon, il est très évident pour moi et les cadres supérieurs que nous sommes en présence de facteurs de stress considérables qui demandent que l’on intervienne. Je vais faire de mon mieux pour cerner certains des problèmes majeurs. Je vous ferai ensuite part de mes réflexions et je vous informerai des directives que j’aurai données à mon personnel et aux cadres supérieurs pour améliorer la situation.
 
Bien-être mental. Les lignes téléphoniques d’assistance n’ont jamais été aussi peu utilisées et les professionnels de la santé mentale jamais aussi peu consultés. Il existe peut‑être des explications valides; cependant, j’invite toutes les personnes qui ont besoin de se confier ou de suivre un traitement pour la santé mentale de le faire. Les personnes qui ont déjà reçu des soins de santé mentale sont encouragées de reprendre. Étant donné le stress et l’anxiété attribuables aux circonstances actuelles et afin d’éviter à l’avenir une explosion du soutien nécessaire en santé mentale, le Médecin général a demandé que je transmette son propre encouragement à ceux et celles qui ont besoin de soins ou qui souhaitent en recevoir. Utilisez le Programme d’aide aux membres des FAC au 1-800-268-7708 ou communiquez avec la clinique médicale ou avec l’aumônier de la base ou de l’escadre.
 
Bien-être physique. Nos cliniques sont ouvertes; vous pouvez prendre un rendez-vous pour une consultation de télémédecine ou une consultation dans votre clinique par l’intermédiaire de la clinique médicale des FAC la plus proche.
 
Affectations. Nous allons avoir une période des affectations réduite. Elle a clairement été retardée. Elle sera plus complexe en raison des restrictions visant les déplacements, de l’incertitude qui existe dans le marché immobilier, et de la situation concernant les logements commerciaux temporaires, les repas et la sécurité. Un grand nombre d’entre vous seront informés si leur affectation est annulée ou si elle est reportée d’un an. Ceux et celles qui seront affectés cette année seront informés de la date de leur déménagement et de la manière dont il devra se dérouler. Pour les déménagements, il faudra appliquer les précautions imposées par la COVID‑19 et destinées à protéger vous et votre famille et, aussi de façon importante, ceux et celles avec lesquels vous serez en contact pendant le déménagement. Il est essentiel que vous teniez votre chaîne de commandement au courant de tout ce qui pourrait raisonnablement vous empêcher de déménager pendant la présente période active des affectations (PAA). Pour beaucoup, les affectations seront très retardées, car nous avons prolongé la PAA jusqu’à la fin décembre 2020. Lorsque les circonstances le permettront, on fera en sorte que les dates de déménagement, en particulier pour ceux et celles d’entre vous dont les enfants iront dans une nouvelle école, soient aussi flexibles que possible. Si vous avez des questions, l’équipe du Centre d’intervention administratif est à la disposition de la chaîne de commandement et des personnes pour donner des conseils. Malgré que votre chaîne de commandement devrait être votre ressource principale, vous pouvez la joindre, par téléphone au 1‑833‑445‑1182, ou par courriel à CMPARC.CRACPM@forces.gc.ca. Il y davantage de détails dans le CANFORGEN 049/20 que l’on peut consulter au moyen de l’appli des FAC.
 
Promotions. Les promotions reçues pour des affectations à de nouvelles fonctions continueront comme prévu. Toutes les promotions, que ce soit pour de nouvelles fonctions ou pas, seront obtenues d’ici la fin de l’année. Par conséquent, dans un grand nombre de postes, la personne aura un grade supérieur à celui prévu pour le poste au début de janvier 2021; on règlera cette situation pendant la PAA de 2021.
 
Cours. Bien que l’instruction critique relativement à la mise sur pied d’une force se poursuive, le système d’instruction individuelle et collective au complet est à l’arrêt pour éviter la propagation de la COVID-19. Nous avons pris cette mesure pour protéger vous, votre famille et les collectivités où l’instruction se déroule. Nous sommes en train d’étudier une gamme d’options et de méthodes pour redémarrer notre système d’instruction. J’ai demandé à mon état-major de trouver des options qui fonctionneraient même si la COVID-19 demeure une menace. Il va falloir du temps pour les planifier et, si l’on juge que c’est faisable, cela prendra des efforts considérables pour les exécuter sans danger et convenablement. Il est possible que, dès juin, le recrutement et l’instruction de la PP1, ainsi que l’instruction individuelle d’été des réservistes, reprennent progressivement. J’espère que l’on pourra recommencer la plupart de l’instruction à un niveau proche de la normale cet automne. Cela dit, c’est les conditions qui le dicteront, et je vous tiendrai informés. Si vous avez besoin d’un cours de formation professionnelle, vous le suivrez, mais il sera probablement retardé et il pourrait être donné de manière très différente. La poursuite de votre perfectionnement dans le domaine que vous avez choisi est importante pour vous comme elle l’est pour les FAC – nous y arriverons.
 
Retour au travail. Mon intention est que nous reprenions le travail, de manière aussi « normale » que possible, quand nous pourrons le faire sans danger pour l’ensemble de l’Équipe de la Défense. Il y a beaucoup de choses à considérer. Jusqu’à ce que nous ayons une meilleure compréhension de notre environnement opérationnel, nous allons maintenir notre posture dispersée. Le retour à la normale se fera via une opération longue et délibérée, et sera différente à travers les différentes régions du pays étant donné que les conditions seront variées. Toutefois, comme les plans pour la garde des enfants dans les familles ont été énormément perturbés, comme les écoles sont fermées, et comme les camps d’été sont remis en question, et étant donné que nous avons comme préoccupation primordiale votre santé et la santé et la sécurité de votre famille, soyons clairs : nous acceptons que certains d’entre vous ne puissent pas reprendre le travail aussi rapidement que d’autres – même s’ils le veulent. Cela ne met absolument pas en cause votre dévouement ou votre professionnalisme. Sauf si le Canada fait l’objet d’une attaque armée ou si un conflit armé outre-mer nécessite une intervention rapide, nous tiendrons compte, à tous les niveaux, des circonstances individuelles ou familiales lorsque nous retrouverons notre posture normale, et nous vous donnerons la liberté dont vous avez besoin pour prendre de bonnes décisions pour votre famille. Nous avons réagi à la COVID-19 en prenant tôt des dispositions et en préparant minutieusement nos forces pour les opérations, et vous et votre famille avez pris les précautions nécessaires. Je suis certain que nous pouvons répondre aux besoins actuels et prévus du Canada pour les opérations anticipées au pays et les opérations en déploiement connues avec les forces en bonne santé dont nous disposons actuellement. Le retour à une routine « de travail » normale sera planifié, échelonné et exécuté avec soin lorsque nous le pourrons et dans les limites évidentes où nous vivons.
 
Militaires déployés. Les effets de la COVID-19 et ceux d’importants changements géopolitiques dans les secteurs de nos missions ont eu des répercussions sur les opérations expéditionnaires et les postes OUTCAN. L’anxiété causée par l’inquiétude au sujet de la famille restée à la maison, les plans de rotation, les demandes opérationnelles, l’exposition possible au virus COVID-19 en déploiement, et bien d’autres craintes ont accru considérablement le niveau de stress de notre personnel en déploiement ou à l’étranger. Nous avons bien compris et nous sommes prêts à aider, surtout si votre famille a besoin d’assistance. Pendant que les protocoles de quarantaine sont en vigueur pour les personnes qui reviennent au Canada, les militaires qui rentrent seront placés en isolement à Trenton ou ailleurs durant quatorze jours pour s’assurer qu’ils ne sont infectés et qu’ils ne présentent pas de risque pour leur famille ou leur collectivité. Les marins feront leur isolement pendant une traversée de 14 jours en mer. Je ne veux pas que les militaires qui reviennent chez eux aient le sentiment qu’on les soupçonne de ramener la COVID‑19 dans leur collectivité. En respectant strictement les règles concernant la période d’isolement, même si cela retarde vos retrouvailles avec vos proches et vos amis, vous vous conduirez comme une personne responsable dans un pays qui tente d’enrayer la propagation de la COVID-19.
 
Restriction imposée (RI). Les personnes qui font l’objet d’une restriction imposée et qui n’ont pas à se rendre « au travail » quotidiennement, ou dont on n’a pas besoin pour un rappel opérationnel immédiat, devraient retourner chez elles auprès de leur famille. Si vous êtes habituellement au travail en personne quotidiennement, mais que vous n’êtes pas en opérations ou que vous ne vous préparez pas pour des opérations, vous pouvez, si les conditions le permettent, demander et obtenir la permission d’aller chez vous pendant une semaine tous les deux mois pour vous assurer que tout va bien dans votre famille. Cela ne sera pas considéré comme un congé; ce sera considéré comme un déplacement en service, et ce ne sera pas déduit de vos congés annuels. Si cela est nécessaire, nous vous aiderons à retourner à la maison. Vous devrez prendre des précautions supplémentaires pour éviter de propager le virus, et il se pourrait que vous soyez soumis aux protocoles régionaux, comme une quarantaine de 14 jours, mais vous devez voir votre famille.
 
Opérations. Toutes les opérations nationales courantes et les opérations à l’étranger désignées continuent, même si la posture et le profil de la force ont été adaptés pour tenir compte de la COVID-19. L’instruction axée sur le théâtre et sur la mission (IATM) sera modifiée, mais elle sera donnée pour que vous soyez prêts pour ces opérations. Il y aura des changements dans les fonctions des opérations à l’étranger désignées et des opérations OUTCAN étant donné que le monde lutte contre la COVID-19 et que les adversaires qui chercheraient à profiter de la situation modifient l’environnement opérationnel. Nous demeurons vigilants afin de détecter ce type de changement, et le cas échéant, nous devons être prêts à agir. Nous sommes préoccupés par l’évolution des dynamiques dans la région indopacifique et par ce que cela pourrait signifier pour des déploiements futurs dans la région. Nous sommes déterminés à faire notre part pour atteindre les objectifs canadiens en matière de dissuasion et d’assurance en Europe, et je pense que nous avons tous des craintes quant à l’avenir au Moyen-Orient. La COVID-19 et les problèmes de sécurité alimentaire vont venir s’ajouter à la foule de difficultés auxquels sont confrontés l’Afrique et nos petites missions qui s’y trouvent. Par ailleurs, la défense de l’Amérique du Nord demeure une mission constante avec des menaces qui évoluent sans cesse. Si des membres des FAC étaient tentés de penser que la COVID-19 menace leur travail dans la profession qu’ils ont choisie, qu’ils se détrompent, car on n’a jamais eu autant besoin de nous que maintenant.
 
Instruction. La reprise de l’instruction sera fonction des conditions et progressive, minutieusement planifiée pour préserver la santé et la sécurité. Nous reprendrons de l’instruction individuelle à l’instruction collective, conformément aux normes de compétence et aux normes professionnelles, mais nous le ferons intelligemment.
 
Comment les FAC peuvent-elles aider le Canada? Nous faisons beaucoup de choses actuellement. L’effort principal consiste à ne pas contribuer au problème. Tout en s’occupant de l’effort principal, nous avons répondu à de nombreuses demandes d’aide et notre personnel fait un travail incroyable. De plus, nous sommes prêts, avec un effectif nombreux et très qualifié, pour venir en aide en cas de catastrophes naturelles ou pour contribuer à répondre à des demandes d’aide liées à la COVID-19. Au Québec et en Ontario, le personnel médical et les sympathisants qui aident dans les établissements de soins de longue durée sont au cœur de la crise – ils méritent tous et toutes notre affection et notre respect.
 
Incertitude. Il m’apparaît évident que vous ne tenez pas en place et que vous voulez vous remettre « à la tâche » tout en étant peu sûrs de l’avenir. Vous êtes incertains au sujet de l’emploi de votre conjoint, des affectations, des cours de formation professionnelle, des promotions et même de la sécurité de l’emploi pour les futures rotations et tâches opérationnelles au Canada – effectivement, il y a de quoi être inquiet. S’il est nécessaire de voyager, nous allons considérer chaque option possible pour faciliter le mouvement, incluant des vols militaires potentiels pour aider ceux qui doivent traverser de longues distances. Il y a certaines choses que nous pouvons contrôler et d’autres pas. Nous pouvons rester en bonne santé et hors de danger… il suffit de suivre les règles. Les affectations, les cours de formation professionnelle, les promotions viendront, en temps voulu. Vos emplois sont sûrs, les Canadiens ont de l’estime pour vous et vos cadres vous respectent. Les opérations reprendront et il se peut que nous soyons très occupés ici au Canada. Tout en restant en bonne santé, en restant en contact avec vos chefs et vos collègues, et en se rappelant combien vous êtes importants pour la défense et la sécurité à long terme du Canada et de nos alliés, il y a une chose dont vous pouvez être certains : nous ne pouvons pas échouer et nous n’échouerons pas.
 
J’aimerais terminer en remerciant certains de vos compagnons d’arme et des employés civils qui sont fort occupés. Aux escadrons de transport stratégique et tactique, aux spécialistes de la cyberdéfense, des transmissions et des réseaux, au personnel de nos Centres de ressources pour les familles des militaires (CRFM), à nos aumôniers, au personnel des soins de santé, aux cuisiniers, aux techniciens de l’approvisionnement, aux techniciens des véhicules et aux commis des FAC – merci. On n’aurait pas dû attendre qu’il y ait une crise… mais quelquefois c’est ce que ça prend. Aux personnes qui aident à élaborer les politiques et à faire progresser l’approvisionnement – vous êtes des héros méconnus et l’avenir dépend de vous. À notre SM et à son équipe d’employés incroyables qui contribuent à tout ce que nous faisons – vous êtes à tous les égards des partenaires d’équipe de tir et vous êtes indispensables.
 
Le Général J.H. Vance