ADSUM Projet géothermique en cours d'analyse à la Base Valcartier

16 juin 2021 - Édouard Dufour, journal Adsum        Consultez notre édition complète 
La Base Valcartier mise sur le développement de sources d’énergie renouvelable pour combler ses besoins actuels et futurs. Des analyses se tiendront dans les prochains mois afin d’établir la faisabilité d’un projet d’implantation de puits destinés à la géothermie, une énergie propre et efficace.

«Contrairement à la chaleur produite en hiver par les thermopompes (aérothermie), l’énergie provenant de la géothermie peut contribuer à chauffer un bâtiment même lorsque les températures chutent en dessous de -30 degrés Celcius. Le développement de la géothermie à la Base Valcartier permettrait donc de diminuer la pointe de consommation électrique qui augmente drastiquement en hiver», explique François Simard, ingénieur et gérant de projet superviseur au Détachement des Opérations immobilières (UOI) Valcartier. Certains bâtiments de la Base bénéficient déjà de puits géothermiques à boucle fermée, tels que ceux du 5e Régiment du génie de combat et de la guérite du secteur des munitions. 
Un système géothermique consomme très peu d’énergie puisque les éléments nécessitant de l’électricité ne servent qu’à transférer la chaleur, pas à la produire. Résultat, ces éléments livrent de trois à cinq fois plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Pendant l’été, la chaleur du bâtiment est transportée et réinjectée dans le sous-sol. 

La géothermie peut prendre trois formes distinctes : les systèmes en boucle fermée ou ouverte et les puits à colonnes permanentes. Ces trois options sont analysées par des hydrogéologues à la Base Valcartier. Il est possible de les différencier par leur efficacité énergétique, leur coût d’installation et la possibilité de les installer ou non dans différents environnements géologiques et urbains. 

Plusieurs forages seront effectués à la Base Valcartier cet été. Ils se poursuivront jusqu’à l’hiver 2022. Toutes ces analyses permettront de déterminer si les sols de la Base permettent un bon échange thermique. Selon François Simard, des puits destinés à la géothermie pourraient être creusés dès l’été 2022 dans le sol de la Base, si les résultats des analyses sont satisfaisants. 

François Simard souligne aussi que la Base Valcartier a adopté plusieurs autres moyens en vue de réduire sa consommation d’énergie traditionnelle. Les nouveaux bâtiments, par exemple, sont mieux isolés et dotés de murs solaires, tels les hangars des véhicules blindés légers et des véhicules de patrouille blindés tactiques. En ce qui concerne l’éclairage, l’UOI préconise l’installation de DEL et de puits de lumière dans les bâtiments.

Bornes électriques 

Un vaste réseau de bornes de recharge électrique est en cours de développement sur les terrains de la Base Valcartier et dans les autres garnisons de la province. On dénombre actuellement quatre bornes de recharge rapide à la Base Valcartier et près d’une douzaine de bornes de recharge de niveau 2. Samuel Côté, ingénieur et gestionnaire de projet adjoint pour l’UOI Valcartier, indique qu’à partir de 2022-23, un objectif d’implantation d’une quarantaine de bornes supplémentaires par année sera fixé à la Base Valcartier et dans les manèges militaires de la région de Québec. Montréal (dix bornes), Saint-Jean (six bornes), Farnham (trois bornes) et Bagotville (huit bornes) ont aussi entamé le virage vers l’électrification de leurs transports et l’ajout de bornes sur leur territoire. 
 
PHOTO | Le bâtiment 294 où loge le 5e Régiment du génie de combat est un exemple récent d’immeuble équipé d’un système de géothermie. 
(Photo : Sdt Kevin Turgeon, Imagerie Valcartier)