ADSUM La vaccination à plein régime

12 mai 2021 - Édouard Dufour, journal Adsum        Consultez notre édition complète 
En avril, l’aréna Clément-Boulanger de la Base Valcartier a été temporairement converti en centre de vaccination. D’ici quelques semaines, tous ceux qui le désirent parmi les 6800 militaires de la Base pourront recevoir deux doses du vaccin contre la COVID-19. 

L’opération de vaccination se déroule rondement. En effet, en date du 7 mai, 3849 militaires s’étaient fait offrir le vaccin et on estimait qu’à la fin de cette journée, ce nombre serait aux alentours de 5000 militaires. À souligner : le taux d’acceptation du vaccin était à cette même date de 95%. 
Le 22 avril lorsque votre journaliste est passé, une trentaine de techniciens médicaux de la 5e Ambulance de campagne (5 Amb C) s’affairaient à administrer les vaccins. Plusieurs militaires provenant d’autres unités de la Base, portant un brassard médical, étaient postés à des endroits stratégiques de l’aréna afin de guider les visiteurs et de faire respecter les mesures de protection sanitaire en vigueur. 
«Les gens se présentent aux trente minutes et nous pouvons vacciner jusqu’à 250 personnes à l’heure, de 8 heures à 16 heures. Il faut un maximum de 45 minutes à chaque personne pour passer à travers toutes les étapes de la vaccination», détaille le capitaine Nathalie Royer, membre de la 5 Amb C et l’une des personnes responsables de la campagne de vaccination sur la Base.
Les militaires qui viennent se faire vacciner doivent suivre des étapes précises. Dès leur entrée à l’aréna, ils répondent à un bref questionnaire concernant leur état de santé en lien à la COVID-19 et reçoivent un nouveau masque pour couvrir leur visage. Ils se rendent ensuite sur la première patinoire de l’aréna pour regarder une présentation audiovisuelle sur Powerpoint concernant la vaccination. Ils se dirigent finalement vers la deuxième patinoire. Ils répondent alors à un dernier questionnaire d’approbation avant de recevoir leur vaccin, quelques mètres plus loin.
«Les gens sont contents de se faire vacciner et leur moral est bon!» estime l’aviateur Sophie Fugulin, technicienne médicale au sein de la 5 Amb C qui soutient actuellement l’opération de vaccination des militaires à la Base Valcartier. Au printemps 2020, L’Avr Fugulin était aussi venue en aide au personnel et aux usagers des CHSLD du Québec, dans le cadre de l’opération LASER.
Sécurité primordiale
Cynthia Lachance-Pleau est infirmière en prévention des infections et l’une des vaccinatrices principales pendant la campagne de vaccination à la Base Valcartier. Au cours des dernières semaines, son rôle consistait à élaborer une stratégie de protection sanitaire dans les différentes zones de l’aréna afin de protéger les militaires qui s’y présentent et ceux qui sont attitrés à la vaccination. 
«Nous nous assurons que les militaires gardent en tout temps une distanciation de deux mètres à l’aide de cônes et de flèches au sol. Les techniciens portent des équipements de protection qui sont régulièrement désinfectés. Les cliniciens disposent aussi de lavabos isolés et les chaises de la salle d’attente sont soigneusement lavées après chaque utilisation. Les mains de chaque personne qui entre dans l’aréna sont désinfectées et nous demandons aux visiteurs d’enfiler un nouveau masque dès leur arrivée», précise Mme Lachance-Pleau.
«Ce projet de vaccination représente un travail d’équipe remarquable entre toutes les unités de la Base Valcartier. À notre première journée de vaccination, nous avons atteint toutes nos cibles sans gaspiller une seule dose de vaccin», souligne  avec entrain le capitaine Dugal, l’un des planificateurs de la campagne de vaccination. 
 
(Photo : Mat 1 Marilou Villeneuve-Last, Imagerie Valcartier)