ADSUM Les nouveaux masques à gaz C5 à l'épreuve

15 avril 2021 - Édouard Dufour, journal Adsum        | Consultez notre édition complète |
Les attaques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) peuvent s’avérer une menace létale pour les membres des Forces armées canadiennes (FAC). Les troupes se doivent d’être bien équipées face à ce danger. Depuis quelques semaines, les techniciens en matériaux du 5e Bataillon de service (5 Bon Svc) ajustent les nouveaux masques à gaz C5 destinés aux militaires de la Base Valcartier.

Le sergent Patrick Gauthier et quelques-uns de ses collègues du 5 Bon Svc accueillent au bâtiment 324 les militaires de la Base qui viennent de recevoir leur nouveau masque C5 à des fins d’ajustement. «Nous complétons actuellement jusqu’à 300 tests et ajustements par semaine. La distribution des masques et les tests devraient être terminés pour les 5000 militaires de la Base Valcartier d’ici cet été», affirme le Sgt Gauthier. Les militaires qui pourraient déployés au sein des opérations IMPACT et REASSURANCE ont la priorité dans la procédure de distribution et d’analyse de l’étanchéité des nouveaux masques.
«Dès que le masque est lavé et séché, nous le soumettons à un premier test d’étanchéité à l’aide d’une machine qui produit une pression négative sur le masque. S’il réussit cette étape, son étanchéité sera testée à nouveau dans une tente fermée où on diffuse des particules de sel. Une autre machine enregistrera alors le nombre de particules qui peuvent entrer ou non dans le masque», détaille le Sgt Gauthier.

Commodités
Le masque C5 offre plusieurs avantages que ne possédait pas sa version précédente, le C4. En plus d’une meilleure visibilité offerte par sa lentille panoramique, le masque dispose d’une valve pour ajuster sur demande la position de la paille qui permet d’alimenter ses utilisateurs en eau. «On peut aussi changer les cartouches filtrantes des deux côtés. Il n’est pas nécessaire de retenir son souffle entre chaque changement de cartouche puisque des valves empêchent l’air de rentrer pendant leur installation», souligne le Sgt Gauthier. Il ajoute que le système de filtration de l’air novateur du C5 permet à ses porteurs de respirer plus facilement, de l’ordre de 50 % d’amélioration, par rapport à la version précédente de ce masque. 
Une bavette en caoutchouc a également été ajoutée à la base du masque afin de mieux protéger le cou des utilisateurs contre les brûlures graves pouvant être engendrées par des attaques CBRN. Les composantes flexibles à l’intérieur du C5 peuvent être remplacées sur demande afin de mieux convenir à la morphologie du visage de chaque personne. Comme sur le masque C4, un amplificateur de voix peut aussi être ajouté au C5. Une visière teintée peut finalement être fixée par-dessus la lentille principale du masque. 
Le seul bémol à cette nouvelle version est que la lentille principale (non teintée) n’est pas remplaçable en cas de bris. Les utilisateurs du masque se devront donc d’en prendre soin!
Sur le terrain
Lorsque les troupes sont déployées dans un théâtre opérationnel où existent des risques importants de menaces CBRN, différentes mesures de sécurité sont préconisées. Les militaires doivent d’abord être rasés de près chaque matin afin d’optimiser la protection offerte par leur masque à gaz en cas d’attaque. 
De plus, les troupes doivent porter au bras un carré blanc enduit d’agents réactifs. Ce carré change de couleur au contact d’un gaz dangereux. Le premier membre d’une section qui détecte une menace CBRN doit crier «gaz, gaz, gaz!». Dès que cette alerte est lancée, ses collègues et lui doivent prestement enfiler leur masque tout en retenant leur souffle. 
Il est attendu des membres des FAC qu’ils puissent enfiler leur masque en un maximum de neuf secondes. Les militaires s’accroupissent pendant qu’ils mettent leur masque afin de se débarrasser d’une première couche potentielle de particules nocives. Les militaires, leur masque, et l’ensemble de leur équipement seront soigneusement décontaminés après une attaque de nature CBRN.
 
PHOTO | De par sa configuration pragmatique, son design novateur et son confort optimal, le nouveau masque à gaz C5 est définitivement une version améliorée de son aîné, le C4.
(Photo : Édouard Dufour, journal Adsum)