ADSUM Projet Monarques : une démarche pour libérer la parole

11 mars 2021 - Édouard Dufour, journal Adsum        | Consultez notre édition complète |
Une dizaine de membres de la communauté militaire ont participé à un atelier d’écriture libre, le 24 février, à la Base Valcartier. Organisée par le Théâtre des Petites Lanternes (TPL), l’activité visait à recueillir des témoignages au sujet des répercussions, sur les militaires et leurs proches, des blessures de stress opérationnel. 

Grâce à son processus créatif prenant la forme d’une grande cueillette des mots, le projet Monarques est au service de 800 vétérans et des familles militaires à travers le Canada qui vivent les répercussions d’une blessure de stress opérationnel. En mettant en place des ateliers d’écriture guidés, le pro - jet cherche à briser l’isolement et à donner la parole aux personnes qui vivent des situations difficiles. 
À partir des témoignages anonymement recueillis, un spectacle unique, inspiré de ces histoires, sera créé puis présenté à travers le pays au grand public. En raison des contraintes imposées par la pandémie, les premières représentations du spectacle débuteront à l’automne 2022. Des représentations seront données dans des salles conventionnelles, mais aussi dans différents lieux publics. 
Le mieux-être par l’art 
«Nous souhaitions trouver une manière d’amener une parole citoyenne brute et plus concrète dans les créations artistiques. (…) L’important est d’obtenir différentes perspectives et l’ensemble du portrait. L’objectif est aussi de découvrir ce qui nous rassemble et nous lie comme êtres humains», explique la directrice artistique du TPL, Angèle Séguin. 
Mme Séguin explique que ses collègues et elle ont créé de nombreux projets similaires au fil des ans, dont l’un à Lac-Mégantic après la tragédie ferroviaire qui a marqué le Québec en 2013 et l’autre à Haïti, après le tremblement de terre de 2010. Dans ces deux cas particuliers, la collecte des témoignages a joué un rôle essentiel pour libérer la parole de ceux qui souffrent. Le TPL a également créé une production théâtrale au Congo avec comme trame de fond la violence faite aux femmes et aux filles. Cette pièce a été vue par 40 000 personnes. 
Pour participer 
D’autres séances d’écriture libre du projet Monarques devraient se tenir à la Base Valcartier au cours des prochains mois. Les personnes intéressées à partager leur histoire peuvent communiquer avec le Centre de la Famille Valcartier ou le Groupe de transition des Forces armées canadiennes à Québec. «Le monarque voyage énormément et franchit de longues distances. Il arrive souvent aussi blessé à destination. C’est un papillon qui montre une force et une détermination qui me font penser au parcours des militaires», conclut Angèle Séguin.
Pour communiquer avec Édouard, lui envoyer un courriel à dufour.edouard@sbmfc.com.   

PHOTO | Les 800 témoignages qui seront récoltés dans le cadre du projet Monarques demeureront scellés dans une enveloppe jusqu’en mai 2021. C’est alors que débutera le processus de création de la pièce de théâtre inspirée de ces histoires. (Photo : caporal Lapointe)