ADSUM Parfois détruire, souvent construire…

9 décembre 2020 - Alex Maillé, Affaires publiques, Base Valcartier
Les sapeurs de combat la réclamaient depuis un long moment. Eh bien, ils l’ont enfin obtenue : une toute nouvelle bâtisse vaste et polyvalente.

Il faut dire que l’ancien édifice avait été érigé en 1971. Tout comme les temps changent, les besoins du génie militaire ont évolué, tant et si bien que l’espace semblait s’être rétréci pour les occupants. De 200 au départ, les effectifs ont plus que doublé au fil des ans!
Pour leur patience, les membres du 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) ont été récompensés. Ils se sont vus décerner l’«Argent». Mais probablement pas celui que vous croyez…
Il s’agit de la certification LEED de niveau «Argent» qui atteste que la nouvelle construction est moins énergivore que d’autres édifices de taille comparable. Trente pour cent (30 %) moins, pour être exact. Les mesures écologiques et éconergétiques vont de la géothermie à une fenestration abondante, en passant par une toiture de couleur blanche et la réduction de la consommation d'eau.
«La construction des nouvelles installations est un succès sur tous les points de vue grâce au professionnalisme de tous les intervenants dans le projet», se réjouit Jacques Vaillancourt, gestionnaire de projet au ministère de la Défense nationale.
Au chapitre de l’eau, une bonne quantité a coulé sous les ponts modulaires depuis la première pelletée de terre symbolique il y a un peu plus de trois ans. À l’époque, seules les tranchées creusées pour y installer les fondations étaient observables pour ceux venus assister à l’inauguration des travaux en grande pompe.
C’est bien connu, les ingénieurs de combat apprécient les beaux ouvrages de construction. Avec quelque 18 000 mètres carrés de nouveaux espaces maintenant à leur disposition, ils auront amplement de choses à contempler, et ce, pour longtemps. Le déménagement du personnel et de l’équipement de l’ancienne bâtisse vers les nouvelles installations est toujours en cours au moment d’écrire ces lignes.
Les nouvelles aires de travail permettront notamment aux membres du génie d'entretenir leurs véhicules lourds dans un environnement sécuritaire, d'écouter des formations dans un milieu propice à l'apprentissage et d'inventorier le matériel stocké dans de vastes entrepôts. Cette bâtisse neuve devrait ainsi assurer un milieu de travail qui favorise le développement professionnel et contribuer au bien-être du personnel.
«C’est un immense plaisir pour moi de me trouver aux commandes du 5 RGC alors que l’unité passe dans une nouvelle ère. Grâce à sa conception à la fine pointe de l’architecture verte, cette bâtisse garantira à nos membres un environnement de travail agréable et fonctionnel pour des années à venir», affirme le lieutenant-colonel Jérome Patry, commandant du 5 RGC
Les sapeurs seront également heureux d’apprendre que l’ancienne bâtisse sera bientôt démolie. Puisqu’il est coutume de garder le plus beau cadeau pour la fin, rien de tel qu’un gros «Boom!» pour terminer des travaux en beauté, quelque part en 2021.
Pour les curieux, sachez qu’il y aura éventuellement une cérémonie d’ouverture qui devrait inclure une visite des lieux. La situation pandémique actuelle empêche toutefois d’avancer une date. 
Restez donc connecté sur l’actualité régimentaire en vous abonnant à la page Facebook du 5 RGC au www.facebook.com/5ergc.
CHIMO
 

PHOTO

La nouvelle maison-mère du 5e Régiment du génie de combat, située sur la Base Valcartier (février 2020). (Photo Sdt Kevin Turgeon, Imagerie Valcartier)