ADSUM EX RÉACTION ROYALE

12 mars 2020 - Édouard Dufour, journal Adsum
Plus de 200 réservistes membres du 34e et du 35e Groupe-brigade du Canada (34 GBC et 35 GBC) ont participé à l’exercice majeur RÉACTION ROYALE, du 2 au 8 mars, dans les secteurs d’entraînement de la Base Valcartier et à travers la région de Québec.

Lors de son passage à la Base Valcartier pour observer l’exercice en cours, le commandant de la 2e Division du Canada (2 Div CA), brigadier-général Gervais Carpentier, a souligné l’importance de cet exercice à plusieurs volets. «Nous validons notamment la capacité opérationnelle de nos groupes-bataillons territoriaux avec des exercices de simulation par ordinateur et des opérations en appui aux autorités civiles.» Il a rappelé la contribution «cruciale» des réservistes à l’opération LENTUS du printemps 2019. «Au printemps dernier, 1400 membres de la 2 Div CA ont été déployés au Québec, à la suite d’inondations importantes, dans le cadre de l’opération LENTUS. De ce nombre, plus de 40 % étaient des réservistes.»

Au cours de l’exercice RÉACTION ROYALE, de nombreux plateaux d’entraînement attendaient les participants, regroupés dans les secteurs d’entraînement de la Base Valcartier. Que ce soit l’enseignement des procédures de bataille, l’amélioration de leurs aptitudes de tir à l’aide d’un simulateur ou la réalisation d’attaques de section, les troupes ont bénéficié d’un cursus des plus complets.

Des défis en ski de fond et en raquettes étaient aussi au programme. Les réservistes ont eu l’occasion de construire des  structures défensives formées de neige et de billots de bois. Des attaques à tir réel ont ensuite été menées contre ces barricades de neige.

Simulation
L’un des plateaux d’entraînement le plus réaliste était dirigé par le sergent Nadine Laflamme, adjointe médicale depuis près de 31 ans au sein de la 55e Ambulance de campagne. «Nous enseignons aux participants comment bien gérer leurs priorités lorsque quelqu’un est blessé gravement au combat. Deux personnes doivent prendre en charge la victime alors que les autres forment une bulle tactique pour prémunir le blessé et ses soigneurs du feu de l’ennemi», explique le Sgt Laflamme. Celle-ci a préparé à l’intention des participants un mannequin représentant un blessé criblé de projectiles par l’ennemi. Les réservistes se devaient d’informer par radio leur chaîne de commandement, d’étancher avec des bandages les plaies qui saignaient et de fabriquer un garrot. «Ces techniques de premiers soins tactiques ont été développées suite à la guerre en Afghanistan», mentionne le Sgt Laflamme.

Sur les routes de neige
En plus de participer aux différents plateaux, plus de 80 réservistes du 34 GBC ont formé un large convoi de motoneiges pour effectuer une patrouille de long rayon d’action avec boussole. Cette aventure les a menés à plus de 150 kilomètres de la Base Valcartier, au pied du mont Apica, dans la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les militaires ont pris leur repas dans une petite auberge de la région et ont dormi à proximité dans une cache qu’ils ont d’abord confectionnée. De retour à la Base Valcartier, le groupe de motoneigistes avait rendez-vous dans les secteurs d’entraînement pour y participer à un champ de tir à la grenade.

Simultanément à l’exercice RÉACTION ROYALE, 135 membres du 34 GBC et 35 GBC, maître d’œuvre du groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique, participaient à l’opération NUNALIVUT, au Nunavut. Ne manquez pas l’article à ce sujet dans la prochaine édition de l’Adsum!
 

PHOTO

Des candidats du cours de premiers soins appliquent les techniques apprises lors de la formation donnée pendant l’ex RÉACTION ROYALE 2020. (Photo Avr Katy Brouillard, Imagerie Valcartier)