ADSUM Un pilote d’exception au 430 ETAH

11 décembre 2019 - Édouard Dufour, journal Adsum
Le lieutenant-colonel Mike Babin, commandant du 430e Escadron tactique d’hélicoptères (430 ETAH), a décerné la troisième agrafe à la Décoration des Forces canadiennes au capitaine Pierre Guay, afin de souligner ses 42 ans de service. La cérémonie s’est déroulée le 2 décembre à la Base Valcartier, en présence d’une centaine de membres de l’unité.


Le Capt Guay s’est enrôlé en 1977, comme adjoint médical, à la compagnie médicale de Saint-Malo, dans la Force de réserve. Il s’est joint à la Force régulière, deux ans plus tard, afin de devenir pilote. C’est avec grand plaisir qu’il a reçu ses ailes en 1984. «J’ai souvent l’impression d’être entré dans les Forces hier, mais je réalise aujourd’hui que c’est une longue carrière!», commente avec le sourire le doyen du 430 ETAH.
Au moment de s’enrôler, le Capt Guay devait choisir trois métiers potentiels qui l’intéressaient. Eh bien, il a inscrit «pilote» sur toutes les lignes du formulaire de recrutement.
Le pilote raconte avoir grandement apprécié son passage à la base de Bagotville, de 1988 à 1992. Il assurait alors un soutien aux avions de chasse, mais aussi la réalisation de nombreuses missions de recherche et de sauvetage. «Nous étions sur appel 24 heures sur 24. On allait jusqu’à des réserves autochtones situées à plus de 100 milles de Bagotville afin de secourir des gens perdus ou blessés en forêt», se remémore Pierre Guay. «C’est quand nous venions en aide à des gens qui auraient pu mourir sans notre intervention que j’avais le sentiment du devoir accompli.»
Le pilote a aussi été déployé en Bosnie dans le cadre d’une mission de maintien de la paix, peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001. «Il y avait beaucoup de tension et d’incertitude face à une attaque terroriste potentielle. Je me rappelle que le niveau de sécurité était rendu extrême en raison du contexte mondial d’alors!»
Depuis 2005, il effectue les tests de vol sur les appareils CH-146 Griffon du 430 ETAH qui sortent de maintenance. Vingt-cinq pilotes ont appris à effectuer ces tests grâce à la formation que leur a donnée le Capt Guay.
Carrière formatrice
Travailler comme pilote au sein des Forces armées canadiennes (FAC) a été un apprentissage global pour le Capt Guay. «J’ai compris que le travail ne peut pas se faire seul. Quand on commence notre carrière comme pilote, on a parfois l’impression que nous sommes les plus importants. On réalise vite par contre que le pilote n’est rien sans les gens de la maintenance, de la logistique et de l’administration!», confie le bachelier en génie mécanique. «Le travail d’équipe est aussi très important en déploiement. Quelqu’un qui est solitaire n’ira pas loin dans les FAC!», affirme l’officier qui est à l’aube de sa retraite, prévue pour avril 2020.
Remerciement spécial
Pour le Capt Pierre Guay, il est clair que le soutien inconditionnel de Sylvie Girard, sa conjointe depuis les 32 dernières années et la mère de ses trois enfants, a joué un rôle déterminant dans sa carrière. «Mon épouse est exceptionnelle! Je savais qu’elle était là et qu’elle s’occuperait de nos enfants lors de mes absences», raconte le pilote du 430 ETAH.
Lorsqu’on lui demande quels conseils il pourrait adresser à un jeune qui souhaite un jour devenir pilote, le Capt Guay répond prestement qu’«il faut être déterminé, mais aussi savoir se fixer des objectifs atteignables le long de son chemin!»
Le Capt Guay souhaite profiter de sa retraite pour faire des voyages de camping, partir en croisière et prendre soin de ses parents.

PHOTO

Accompagné de sa conjointe, Sylvie Girard, le capitaine Pierre Guay s’est vu remettre la troisième agrafe à la Décoration des Forces canadiennes par le lieutenant-colonel Mike Babin, commandant du 430 ETAH, ainsi que par l’adjudant-chef Pierre Turgeon. (Photo Édouard Dufour, Adsum)