Un brunch en soutien à Centraide

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

09 octobre 2019, Édouard Dufour, Adsum

Les convives étaient nombreux le 27 septembre au brunch du Centre Castor qui inaugurait la campagne Centraide de la Base Valcartier. Grâce à la présence de ces 487 personnes, les profits de l’activité de lancement ont atteint près de 1500 $, montant qui a été versé dans la tirelire de la campagne annuelle. 

Le 27 septembre au matin, le Centre Castor était bondé de gens
venus soutenir la cause de Centraide.
(Photo : Sdt Kevin Turgeon, Imagerie Valcartier)


L’an dernier à l’échelle provinciale, ce sont 15 millions de dollars qui ont été amassés, permettant à Centraide de soutenir 214 organismes juste dans la région de Québec. La Base Valcartier prendra part de nouveau cette année à ce grand élan de générosité avec un objectif de 320 000 $.

À l’aube de cette nouvelle campagne, Bruno Marchand, président général de Centraide, a tenu à s’adresser aux civils et aux militaires attablés au Centre Castor. «Je peux vous garantir que les sommes données à Centraide sont toutes évaluées puis redistribuées aux organismes, selon les besoins et la réalité du territoire, et non pas en fonction de la popularité des causes», a fait valoir M. Marchand. 

Il a ensuite mentionné que Centraide soutient des organismes venant en aide aux personnes vivant avec des problèmes de toxicomanie, même si cette cause mobilise moins les donateurs, à prime abord. «Est-ce que l’on devrait refuser d’aider ces gens-là? Je crois que la réponse est non. (…) On ne laisse personne derrière. On veut que tout le monde revienne au bercail. Il n’y a pas une cause qui est moins noble, pas un pauvre qui ne mérite pas d’être aidé et pas un toxicomane en difficulté qui devrait être jugé plutôt que de se voir offrir une main tendue», a ensuite affirmé avec conviction M. Marchand. «Vous avez répondu présent, et ce, année après année. Votre argent fait œuvre utile! Merci beaucoup, vous êtes précieux!», a rappelé le président de Centraide aux militaires de la Base Valcartier.

Organismes présents
Les représentants des organismes locaux soutenus par Centraide ont successivement pris la parole afin d’expliquer l’importance de donner. «Les dons de Centraide à la Fondation du Centre de la Famille Valcartier (CFV) permettent de bonifier notre aide psychosociale et d’augmenter nos outils d’intervention disponibles lorsque les militaires ou les membres de leur famille vivent des moments difficiles», a détaillé Frédéric Moisan, directeur général du CFV.
L’adjudant Mario Duplessis, responsable régional du programme Sans limites, qui vient en aide aux militaires vivant avec des blessures physiques ou mentales, a pour sa part rappelé que le soutien de Centraide permet d’assurer que les activités offertes par Sans limites demeurent entièrement gratuites pour les membres du programme. Les représentants du Fonds de solidarité de la Base Valcartier et de la Légion royale canadienne ont eux aussi témoigné de l’apport de Centraide à l’amélioration de leur gamme respective de services à la population.

«Centraide nous offre l’opportunité de venir directement en appui à nos familles et à nos frères d’armes!», s’est exprimé le colonel Tim Arsenault, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada. 

Quels sont les frais de gestion liés aux dons?
Plusieurs se posent la question. Le coordonnateur de la campagne pour la Base Valcartier, Éric Maillé, a obtenu des réponses de Centraide qu’il a partagées par courriel le 27 septembre avec les directeurs et solliciteurs de la campagne. 

Les voici:
  • Don aux organismes associés à Centraide ou à Centraide directement : les frais de gestion de Centraide s’appliquent et ne dépassent pas 15 %.
  • Don aux organismes locaux de la Base Valcartier : chèque émis par M. Maillé et remis directement à l’organisme, donc aucuns frais de gestion.
  • Don aux organismes non associés à Centraide : entente exclusive entre la Base Valcartier et Centraide, aucuns frais de gestion.
  • Don aux partenaires Santé : même entente, aucuns frais de gestion n’est prélevé, mais Partenaires santé peut avoir une politique de frais avant de verser l’argent à la fondation désignée.
Pour lire la version complète du journal Adsum, cliquez ici.