PFO 2019 : On ne laisse personne derrière

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

25 septembre 2019, Édouard Dufour, Adsum

Les membres du Quartier général et escadron des transmissions (QGET) ont été les premiers à s’élancer sur le PFO lors du volet en équipe de la compétition.

En fin de parcours, les membres de l’équipe du QGET ont rebroussé
chemin afin de venir en aide à l’un de leur coéquipier en difficulté.
(Photo : Édouard Dufour, Journal Adsum)


Munis de leur équipement de combat complet, les membres de la section représentant le QGET ont traversé de manière méthodique et avec habileté les nombreux obstacles se dressant devant eux. 

«Nous avons commencé notre entraînement au début du mois de mai. En collaboration avec l’équipe de moniteurs PSP du Centre des sports, nous avons formé une équipe de volontaires. Nous voulions éviter de cibler tardivement des gens qui risquaient de se blesser une fois rendus sur le parcours», précise le caporal Bergeron, capitaine de l’équipe du QGET pour le volet en équipe. 

C’est au moment où les neuf représentants du QGET entamaient le dernier segment du parcours, le pont de corde, qu’ils ont dû faire face à l’adversité. «Le pont de corde est l’épreuve la plus exigeante, surtout après un effort soutenu pendant les portions précédentes du parcours. On avait un gars complètement épuisé. Il a échappé sa baïonnette au sol alors qu’il avait presque traversé le pont», raconte le Cpl Bergeron. 

Les règlements du PFO exigent dans ce cas que le participant rebrousse chemin, récupère sa baïonnette et se hisse de nouveau sur le pont de corde. Voyant que leur confrère peinait à refaire l’obstacle, deux membres de son équipe l’ont rejoint au pas de course pour l’aider à sortir de cette impasse. Ils ont créé une chaîne humaine grâce à laquelle leur camarade, à bout de force, a pu franchir le pont de corde. 

Cette stratégie s’est avérée payante. En quelques instants, tous les membres de l’équipe ont été en mesure de compléter leur traversée du PFO en enregistrant un chrono final de 18 minutes, soit deux de moins que la limite autorisée. «L’optique des Forces armées canadiennes est tous pour un et un pour tous! C’était donc pour nous la moindre des choses à faire! Nous sommes satisfaits de notre performance», déclare avec le sourire le Cpl Bergeron, qui en était à sa troisième participation à la compétition PFO.

Pour lire la version complète du journal Adsum, cliquez ici.