Jeux Invictus 2020 : l’Équipe canadienne se prépare à la Base Valcartier

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

25 septembre 2019, Édouard Dufour, Adsum

En mai 2020, 32 militaires canadiens à la retraite participeront aux Jeux Invictus aux Pays-Bas. Le sergent (ret) Nadia Duranleau et le caporal (ret) Marc Fortier ont tous les deux été sélectionnés pour faire partie de l’équipe qui représentera le Canada. Ils sont venus se préparer à la Base Valcartier récemment.

Fier athlète Invictus, le Cpl (ret) Fortier a récemment discuté de
son parcours avec le commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé
du Canada, colonel Tim Arsenault, au Centre des sports de la Base Valcartier.
(Photo : Sdt Marc-André Leclerc, Imagerie Valcartier)


Les Jeux Invictus sont une compétition sportive internationale qui s’adresse à des militaires vivant avec des blessures physiques ou mentales. Les deux représentants du Québec au sein de l’équipe canadienne Invictus, Sgt (ret) Duranleau et Cpl (ret) Fortier, ont été choisis parmi plus de 500 postulants. Ils étaient de passage au Centre des sports de la Base Valcartier, du 9 au 13 septembre, pour participer à un camp d’entraînement. Épaulés par un groupe d’entraîneurs chevronnés, ils ont peaufiné la pratique des disciplines sportives dans lesquelles ils représenteront le Canada : le rameur intérieur, le basketball et la natation.

«Je ne serai jamais plus la même. J’ai vécu une longue période creuse après avoir servi pendant 20 ans, mais aujourd’hui on reconnaît ce que j’ai donné. Cette expérience me force à aller chercher ce que je veux!», confie le Sgt (ret) Duranleau. «Depuis l’annonce de ma sélection, ma condition ne fait que s’améliorer. Je m’autorise parfois un pas ou deux en arrière, mais jamais plus que ça!»

Au cours de sa carrière militaire, le Sgt (ret) Duranleau a travaillé comme cuisinière au 5e Bataillon des services du Canada, aux 2e et 3e Bataillons, Royal 22e Régiment, ainsi qu’au Groupe de soutien de la 2e Division du Canada. À son départ des Forces armées canadiennes en 2011, elle a fait appel à des spécialistes de la santé mentale. Elle a également adhéré au programme Sans limites. C’est l’an dernier qu’elle a décidé de poser sa candidature pour les Jeux Invictus.

«Le petit bout que tu fais de plus à l’entraînement, quand tu crois ne plus être capable, est ce qui paye le plus. (…) Ce n’est pas l’arrivée qui est la chose la plus importante, mais bien l’ensemble du chemin parcouru», affirme le Sgt (ret) Duranleau. Celle-ci s’entraîne en gymnase à raison de cinq fois par semaine, depuis déjà plusieurs mois, à l’approche de sa participation aux Jeux Invictus 2020.

Le Cpl (ret) Fortier quant à lui compte près de 25 ans de service dans la Réserve et la Force régulière. Il a notamment été fantassin au sein du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment et employé des Champs de tirs et secteurs d’entraînement de Farnham. 

«Passez à l’action»
«Ce n’est pas parce qu’on a mis un genou à terre qu’on ne peut pas se relever. (…) La journée où on reçoit le courriel de confirmation de notre sélection, c’est un défi qui est lancé. (…) Je suis entouré de gens heureux, mais j’ai l’impression d’être en mission. J’ai l’intention d’arriver prêt à 120 % le jour de la compétition!», raconte-t-il. 

«Notre équipe d’entraîneurs est formée de gens avec des cœurs en or qui veulent notre réussite. (…) Nous voulons montrer que nous sommes dignes de la confiance que nous accorde notre pays!», ajoute-t-il. Désireux de profiter de chaque moment en compagnie de ses coéquipiers d’Équipe Canada Invictus, le Cpl (ret) Fortier a récemment décidé de s’inscrire à des cours d’anglais.

L’ancien militaire lance un message clair à tous les militaires à la retraite vivant avec des blessures physiques ou mentales : «passez à l’action». «J’ai beaucoup de chums qui n’osent pas appliquer sur ce genre de programme. Ceux qui hésitent risquent de passer à côté de l’opportunité de devenir une meilleure personne. Appliquez! Essayez-le! Qui ne risque rien n’a rien!» termine-t-il avec entrain.

Pour lire la version complète du journal Adsum, cliquez ici.