Un sauvetage à la Base Valcartier

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

11 juillet 2019, Édouard Dufour, Adsum

Marie-Lyne Béchard et Quentin Martin sont moniteurs (PSP) et sauveteurs. Le 10 juin, ils se sont prestement portés à la rescousse d’un nageur en péril à la piscine de la Base Valcartier. Pour cette intervention réussie, ils se sont récemment vus décerner la mention élogieuse du commandant du groupe de soutien de la 2e Division du Canada.

Marie-Lyne Béchard et Quentin Martin cumulent tous les deux
plusieurs années d’expérience en sauvetage aquatique.
(Photo : Édouard Dufour, journal Adsum)


L’incident est survenu lors de la phase aquatique de l’exigeante sélection pour le cours de plongeur de combat du 5e Régiment de génie de combat. Les candidats se devaient de maintenir la tête hors de l’eau pendant plusieurs minutes. L’un d’eux, exténué, a perdu conscience. «Je comptais régulièrement le nombre de nageurs dans l’eau. Je me suis donc rapidement aperçu qu’il en manquait un à la surface», explique le kinésiologue de formation Quentin Martin. Celui-ci a immédiatement plongé en dessous du groupe de candidats afin de rejoindre sous l’eau la personne inerte. Pendant que Quentin Martin s’affairait à sortir la victime de l’eau, sa collègue Marie-Lyne Béchard a coordonné l’appel aux premiers répondants. Les deux sauveteurs ont ensuite pris en charge le nageur en effectuant des manœuvres facilitant l’extraction de l’eau qu’il avait ingérée. Après cinq minutes d’efforts, la victime a finalement repris connaissance. Elle s’en est tirée indemne grâce à la rapidité des intervenants. «C’est un beau travail d’équipe!», souligne Mme Béchard. «Nous étions tous concentrés et chacun faisait ce qu’il avait à faire. On a seulement réalisé ce qui venait de se passer lorsque le nageur a quitté la piscine», ajoute la sauveteuse.

Tous les membres du personnel aquatique de la Base Valcartier s’entraînent régulièrement en plus de devoir compléter une requalification de leurs compétences tous les deux ans. Leurs aptitudes en matière de réanimation cardio-respiratoire sont aussi évaluées chaque année. Les sauveteurs bénéficient aussi de formations en sauvetage orchestrées par Geneviève Perreault, coordonnatrice aquatique (PSP). «On ne peut jamais savoir ce qui va arriver. Il faut être prêt à agir et se préparer à toute éventualité!», conclut avec le sourire Marie-Lyne Béchard.

Pour lire la version complète du journal Adsum, cliquez ici.