Un nouveau directeur général pour le Centre de la Famille Valcartier

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

23 mai 2019, Édouard Dufour, Adsum

Le Centre de la Famille Valcartier (CFV) a récemment dévoilé l’identité de son nouveau directeur général, Frédéric Moisan. Ce dernier a partagé sa vision pour l’avenir du CFV avec l’Adsum.

Entrevue avec le nouveau directeur du CFV
(photo: Édouard Dufour, journal Adsum)


Au cours des trois dernières années, M. Moisan était responsable des finances, de l’administration et des ressources humaines du CFV. C’est avec optimisme qu’il accueille ce nouveau défi à la direction du CFV. Il souligne vouloir miser sur «la continuité et la tradition d’excellence» qui ont fait le succès du centre au cours des 25 dernières années.

Comptable professionnel agréé et ancien réserviste, M. Moisan a eu la piqûre pour l’administration lors de sa collaboration au Sommet des Amériques au tournant du millénaire. De 2006 à 2015, il a occupé plusieurs fonctions dans les domaines de la finance, de l’administration et des relations publiques, et ce, pour diverses organisations soutenant les communautés au nord du Québec, comme l’Office municipal d’habitation Kativik. «Nous soutenions les logements sociaux au nord du Québec. C’est là, auprès des Inuits, que mon désir d’aider les communautés s’est développé», affirme le nouveau directeur. «Au Nunavik, la population a besoin de services sociaux en ce qui concerne l’habitation, l’aide à l’emploi et l’éducation spécialisée. On retrouve ce panorama de services de proximité au CFV. Je peux donc amener ce bagage d’expérience avec moi!», mentionne M. Moisan. 

Équipe solide
«Nous avons au CFV des employés qui comptent 25 années d’expérience et un gros noyau qui y travaille depuis cinq à 15 ans. L’équipe est très solide et bien préparée pour cette transition de direction générale», soutient Frédéric Moisan. La structure organisationnelle du centre est entrée dans une phase de consolidation. Cela se traduit par l’ajout d’une quinzaine de postes, notamment en matière de services directs à la mutation, de travail social, de relation d’aide, d’administration et d’orientation. «Tous nos services directs à la population sont bonifiés», précise M. Moisan.

Le nouveau directeur rappelle que 51 % du conseil d’administration du CFV est composé de conjoints ou de conjointes de militaires. «Les décideurs connaissent très bien les militaires. Les orientations stratégiques et la prise de décisions sont effectuées par et pour les militaires!», étaye-t-il. 

Puisque le tempo opérationnel des membres du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada s’est intensifié au cours des derniers mois, le CFV a mis en place une cellule de coordination et de déploiement en partenariat avec les chaînes de commandement et les services d’aumônerie. L’organisme a également ajouté deux postes attitrés à l’aide spécialisée aux absences et à la mobilité. «Notre équipe est adaptée et flexible pour tout ce qui concerne la réalité militaire», explique Frédéric Moisan.

«C’est certain que les familles militaires ne sont pas différentes des familles de la société en général. Les gens manquent de temps. Ici, cette situation est cependant exacerbée par l’absence d’un parent et l’inquiétude qui vient avec», indique le directeur du CFV.

Des locaux seront libérés au cours des prochains mois dans le secteur occupé par le CFV dans le centre communautaire. Ces locaux seront affectés aux interventions individuelles et familiales. Deux roulottes entièrement aménagées en bureaux permettront de relocaliser une vingtaine d’employés responsables de services administratifs. Dans un autre ordre d’idées, le CFV poursuivra ses efforts pour informatiser ses services d’inscription, en plus de promouvoir le développement de son plan de télémédecine et de télérencontre.

«Le CFV est un organisme mature avec 25 ans d’expérience. Nous bénéficions du travail effectué par la directrice générale sortante [Marie-Claude Michaud], en collaboration avec les chaînes de commandement. Par son format de structure et sa gouvernance, le CFV se positionne comme un leader à l’échelle du Canada et peut entreprendre les 25 prochaines années avec confiance!», conclut Frédéric Moisan.

Pour lire la version complète du journal Adsum, cliquez ici.