OP REASSURANCE : les membres du 2 R22ER en action

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

27 février 2019, Lieutenant Kristofer Bergeron, Commandant de peloton, cie C, 2e Bataillon, Royal 22e Régiment

La compagnie C du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment (2 R22eR) est présentement déployée dans le cadre de la onzième rotation du personnel de l’opération REASSURANCE, en Lettonie. Depuis janvier, elle a pris la relève de la compagnie D du Royal Canadian Regiment.

Entraînement en zone urbaine avec des confrères slovaques.
(Photo par Cpl Geneviève Beaulieu, Roto 11, Latvia, Imagerie)


Sans perdre de temps, seulement une semaine après leur arrivée en sol letton, les membres de la compagnie C ont entamé un entraînement multinational avec leurs confrères slovaques. Cet entraînement de combat en zone urbaine a permis un premier échange de techniques, de tactiques et de procédures (TTP), en plus de favoriser un climat de confiance et de camaraderie entre les militaires canadiens et leurs confrères de l’OTAN. 

La compagnie C a eu l’occasion de présenter ses équipements et ses armes aux nations formant le groupement tactique (GT), lors d’un après-midi de démonstrations et d’échanges. Cette dernière présentation a permis aux membres du 2 R22eR de se familiariser avec les outils de leurs alliés, tels que les détachements antichar espagnols disposant de missiles «spike» fixés à des véhicules de type HMMWV et les chars d’assaut PT-91 appartenant à l’escadron de chars polonais. 

Puisque les combattants de la compagnie C ont été déployés après de longues vacances des Fêtes et certains congés pré déploiement, ils ont pu bénéficier d’un dérouillage en bonne et due forme. En effet, ils ont activement participé à des scénarios d’actions offensives, et ce, dès la deuxième semaine suivant leur arrivée en Lettonie. 

Au cours de ces entraînements collectifs, les militaires du 2 R22eR ont permis à certains alliés internationaux de tester leur système de tir de canon propulsant à haute vitesse des projectiles d’un calibre de 25 millimètres. Les alliés ont rendu cette même courtoisie aux Canadiens, lorsque ceux-ci se sont présentés à leur champ de tir. Les troupes canadiennes ont donc eu l’opportunité de se familiariser avec l’utilisation du Pizarro espagnol (30 millimètres). 

Deux autres semaines ont ensuite été allouées à l’exécution de mises à niveau concernant, entre autres, le passage des lignes d’attaque vers l’avant et la lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance.
Les fantassins canadiens ont reçu le mandat de standardiser les TTP, en ce qui a trait à la défensive, et de partager leurs connaissances en la matière avec les autres nations formant le GT. De plus, du 4 au 9 février, les membres du 2 R22eR ont redoublé d’effort afin de familiariser l’entièreté du GT aux différents principes de la guerre en hiver, en collaboration avec leurs confrères italiens du bataillon de montagne. 

Il est à propos de souligner les efforts incessants des mécaniciens de la section de maintenance et du transport de la compagnie C. Ces professionnels ont mis les bouchées doubles durant l’entièreté du premier mois de leur déploiement, afin de remettre en ordre les véhicules blindés légers ayant besoin «d’une dose d’amour additionnelle». 

Au final, la compagnie est déterminée à bien représenter le 5e  Groupe-brigade mécanisé du Canada et le 2 R22eR. Ses membres saisissent chaque occasion de travailler avec leurs alliés de l’OTAN et d’améliorer l’interopérabilité multinationale.