Journée internationale des femmes 2019 - Un défi après l’autre

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

27 février 2019, Yves Bélanger, Servir

Le 8 mars aura lieu la Journée internationale des femmes. Pour l’occasion, le journal Servir s’est entretenu avec le brigadier-général Jennie Carignan, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est) (2 Div CA / FOI (E)). Son parcours et ses propos nous rappellent que tout est possible pour les femmes et les hommes qui sont passionnés par ce qu’ils font.

Le brigadier-général Jennie Carignan vient tout juste de rendre
visite aux troupes déployées en Ukraine. (Photo par 2 Div CA / FOI (E))


Quand elle a reçu son diplôme du Collège militaire royal du Canada (CMRC) à Kingston en 1990, l’élève-officier Jennie Carignan ignorait qu’une trentaine d’années plus tard, elle serait à la tête de la 2 Div CA / FOI (E), en plus d’être la mère de quatre enfants. 

Adolescente, Jennie Carignan ne songeait nullement à s’enrôler dans l’armée. «Je me suis inscrite au cégep. Toutefois, après un an, je me suis rendu compte que ma vie manquait de défi. Je cherchais quelque chose de plus grand que moi.» C’est en entendant parler des possibilités d’études au CMRC qu’elle s’est rendu compte que l’endroit était tout indiqué pour elle.

Le Bgén Carignan raconte que lorsque ses parents ont appris son désir de poursuivre ses études au sein des Forces armées canadiennes (FAC), ils ont été très encourageants. «Autant ma mère que mon père m’ont élevée en me faisant comprendre qu’il n’y avait aucun métier que je ne pouvais pas faire, que tout était possible.»

En 1990, après avoir obtenu son diplôme en génie, elle débute sa carrière au sein du Génie militaire canadien. Au fil des ans, elle a occupé plusieurs postes de commandement, notamment celui de commandant du 5e Régiment du génie de combat, commandant du régiment de génie de la Force opérationnelle Kandahar et commandant du CMR Saint-Jean. En plus, elle a également participé à des missions en Bosnie-Herzégovine et sur le plateau du Golan. 

Hommage à ses prédécesseurs
En 2016, Jennie Carignan est promue brigadier-général puis, en juin 2018, elle prend le commandement de la 2 Div CA / FOI (E). Elle devient ainsi la première femme à diriger cette division. 

Lorsqu’on lui mentionne qu’elle est un modèle pour celles qui désirent faire carrière au sein des FAC, elle soutient que si elle a pu y faire sa place, c’est avant tout grâce aux femmes qui se sont battues pour ouvrir les portes de l’organisation à la gent féminine. «C’est grâce à elles si, à la fin des années 1980, le Tribunal canadien des droits de la personne a ordonné aux FAC d’intégrer pleinement les femmes à tous les aspects de la Force régulière et de la Réserve [à l’exception des sous-marins].»

Pour elle, la question du genre a peu d’importance. «Tant chez les hommes que chez les femmes, il y a des militaires qui sont des modèles. C’est la combinaison des deux qui fait la force de notre Armée. L’important dans tout ça, c’est de croire en ce qu’on fait et de rester soi-même.»

Mais son succès au sein des FAC, le Bgén Carignan dit le devoir aussi au fait qu’elle a toujours carburé aux défis et su saisir les opportunités quand elles passaient. «J’ai dit oui à beaucoup de choses parce que j’aime apprendre et sentir que je continue à faire une différence.»

Elle avoue être une femme qui aime travailler en équipe et elle se dit très inspirée par les gens avec qui elle a la chance de servir. «La qualité de nos soldats, leur sens du devoir et leur volonté de servir sont des atouts importants. Il n’est jamais gênant de déployer nos soldats n’importe où dans le monde.»

Femme de carrière et mère
Les importantes tâches qui lui ont été confiées au fil des ans n’ont pas empêché le Bgén Carignan de fonder une famille. Mariée à Éric Lefrançois, celle-ci a mis quatre enfants au monde. Deux d’entre eux servent d’ailleurs dans les Forces, un à Valcartier et un autre au CMRC à Kingston. 

Quand on lui demande comment elle a pu mener de front une carrière militaire et un rôle de mère, elle fait immédiatement référence à la collaboration et au travail d’équipe. «J’ai la chance de vivre dans une famille qui s’adapte très bien au mode de vie militaire. Nous travaillons beaucoup en équipe et chacun fait sa part pour que ça marche.»

Elle poursuit en soutenant qu’elle n’a jamais hésité à utiliser les différents services mis à la disposition des familles de militaires, notamment ceux du Centre de ressources pour les familles de militaires. «Il ne faut pas avoir peur de leur demander de l’aide. Ces services ont été mis sur pied pour nous soutenir.»

Ses principales ambitions
Une des principales préoccupations professionnelles du Bgén Carignan est d’augmenter significativement la présence des unités de réserve sur le territoire. «La Réserve est un atout important et mon équipe travaille fort pour amener celle-ci sur la voie de la croissance et du développement, notamment par l’implantation d’unités dans des communautés où nous ne sommes pas présents.»

Il est primordial qu’au cours des dix prochaines années, le rôle de la Réserve soit accentué, explique le Bgén Carignan. «Il faut développer le rôle spécifique des unités de réserve. Nous devons nous assurer qu’elles soient toujours prêtes à être déployées, que ce soit à l’étranger ou au niveau national, comme ce fut le cas ces dernières années lors de catastrophes naturelles.»