Un dentiste de la Base Valcartier en mission

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

13 février 2019, Édouard Dufour, Adsum

Le major Francis Falardeau est dentiste au sein des Forces armées canadiennes (FAC). Il pratique actuellement la médecine dentaire en Lettonie, dans le cadre de l’opération REASSURANCE. Son expertise est cruciale. Elle permet de venir en aide aux militaires canadiens ainsi qu’à ceux provenant des différentes armées de l’OTAN.

Le Maj Francis Falardeau, dentiste au sein des FAC, est déployé en Lettonie.
(Photo par Cpl Geneviève Beaulieu, technicienne en imagerie, Svc Ops)


Le major Francis Falardeau est dentiste au sein des Forces armées canadiennes (FAC). Il pratique actuellement la médecine dentaire en Lettonie, dans le cadre de l’opération REASSURANCE. Son expertise est cruciale. Elle permet de venir en aide aux militaires canadiens ainsi qu’à ceux provenant des différentes armées de l’OTAN.

Le Maj Falardeau, arrivé le 3 janvier en Lettonie, y restera jusqu’en juillet. Basé à Valcartier, il a pratiqué au cours des dernières années à la 5e Ambulance de campagne.

Le dentiste a bénéficié d’une préparation exhaustive avant d’entreprendre ce qui s’avère son premier déploiement à l’étranger. «J’ai participé à un entraînement pré déploiement mis en place par le directorat du service dentaire de l’armée. J’ai alors eu l’occasion de peaufiner mes compétences en matière d’extraction complexe de dents et de traitement de canal aux côtés de plusieurs autres spécialistes», explique le Maj Falardeau. 
En Lettonie, il prodigue des soins dentaires à des militaires canadiens, américains, polonais, slovènes, tchèques, espagnols et italiens. Il va sans dire que la communication est un enjeu important de son travail. «Je m’assure de prendre absolument tout le temps nécessaire afin que mes patients comprennent parfaitement les traitements proposés avant de commencer chacune de mes interventions», souligne-t-il. Comme tout professionnel de la santé, il doit s’assurer du consentement du patient avant les soins. 

Le Maj Falardeau a cumulé plusieurs années de pratique de sa profession en milieu civil avant de joindre les FAC. Il affirme que l’armée lui donne l’occasion d’offrir le meilleur traitement possible à ses patients, et ce, sans devoir composer avec des restrictions financières. «Nous ne faisons jamais de traitement excessif ni de sous-traitement. Nous nous efforçons toujours de donner le juste traitement pour chaque patient», précise Dr Falardeau. Il s’assure également de respecter la culture militaire de chaque pays lorsqu’il aborde un patient pour la première fois. «Il faut parfois demeurer formel à la première rencontre. J’aime par contre demeurer ouvert face aux patients et blaguer avec eux! Les militaires connaissent l’attitude canadienne et je crois que c’est une bonne chose de pouvoir passer par-dessus la première coquille culturelle», mentionne-t-il.

Environnement de travail
Au quotidien, le dentiste travaille dans un «C-CAN», un conteneur longiligne fait d’alliage résistant. Le dentiste soutient qu’il est «très bien installé» et que cet environnement de travail comporte «beaucoup d’espace» et «tout l’équipement nécessaire». Depuis qu’il exerce en Lettonie, le Maj Létourneau a pu constater qu’il existe des disparités entre les services dentaires offerts au Canada et ceux des autres pays membres de l’OTAN. Selon lui, la dentition des certaines troupes alliées exige parfois des «travaux plus importants». 

Le Maj Francis Falardeau rappelle que le rendez-vous chez le dentiste, un passage obligé pour tous les militaires canadiens qui s’apprêtent à être déployés, permet d’économiser «beaucoup de temps et de ressources sur le terrain», une fois en sol étranger. «Je me considère très chanceux de pouvoir être déployé en Lettonie. Je suis content d’être ici!», conclut le Maj Falardeau, tout en soulignant le soutien prodigué par sa famille et sa garnison.