Place aux nouveaux camions de logistique

 
Le journal de la communauté militaire - Base Valcartier et région de Québec Contactez-nous    Format PDF

17 janvier 2019, Édouard Dufour, Adsum

C’est au bâtiment CSEM-3 de la Base Valcartier, le 14 janvier, que le ministre fédéral Jean-Yves Duclos, accompagné du commandant du 5e Groupe-Brigade mécanisé du Canada, colonel Stéphane Boivin, a annoncé la livraison imminente de centaines de nouveaux camions de transport militaire à la Base Valcartier, un investissement de près de 900 millions de dollars.

«Ces nouveaux camions garantiront l’efficacité des opérations de la Défense nationale dans un contexte où les militaires de la Base Valcartier sont très sollicités avec des missions de l’OTAN en Lettonie, en Europe de l’Est, en Irak, en Pologne et au Mali», a d’abord fait valoir le ministre Duclos.
 


Les nouveaux camions de logistique bénéficient d’une fabrication durable et respectent les normes environnementales canadiennes.
Cvr Marc-André Leclerc, Imagerie Valcartier


«Il est important que vous puissiez faire votre travail dans les conditions les plus sécuritaires et efficaces possible. L’arrivée de ces camions fera une grande différence. Ils remplaceront de vieux camions âgés d’une quarantaine d’années. Suite à un usage militaire intensif et exigeant, il est normal qu’on remplace ce type de véhicule», a poursuivi M. Duclos. La livraison des nouveaux camions a été amorcée en 2018. Au total, 1500 d’entre eux auront été livrés à l’échelle du pays, dont 450 pour le Québec.
Les nouveaux camions se déclinent en cinq variantes, et répondent aux normes environnementales et technologiques actuellement en vigueur. L’un des modèles permet de remplacer la cabine du conducteur par un alliage blindé, ce qui assure une plus grande sécurité à l’opérateur du camion. M. Duclos a par ailleurs souligné qu’une partie de l’assemblage des camions a été effectuée par l’entreprise québécoise Prévost, à Lévis.
«Il est prouvé que des troupes bien équipées et entraînées s’adaptent plus facilement aux différents types de missions qui leur sont confiées. Il était donc impératif que nous puissions nous doter d’une flotte de véhicules modernes adaptés à nos besoins et en bonne condition. Le parc actuel est à la fin de sa vie utile. C’est pourquoi nous attendons avec enthousiasme ces nouveaux camions à Valcartier», a pour sa part commenté le Col Stéphane Boivin.
«D’un point de vue opérationnel, ces nouveaux véhicules nous permettront d’améliorer le travail conjoint avec nos collègues de la marine et de l’aviation. (…) Les conteneurs que l’on pourra leur jumeler permettront de créer des espaces de travail mobiles, l’intégration de capacités médicales et dentaires, l’implantation d’ateliers de travail, de cuisines de campagne et de postes de commandement. Ces variantes auront un impact opérationnel positif sur la brigade», a aussi fait valoir le Col Boivin.
Utilisateur satisfait
Le caporal Philippe Coudé a récemment terminé son cours d’instructeur en ce qui a trait au maniement des nouveaux camions. Il enseignera la conduite à plusieurs candidats dans à peine quelques semaines. «Il n’y avait que des éléments mécaniques dans l’ancienne version du véhicule qui datait de plus de 35 ans. Le nouveau camion regorge d’ordinateurs et de capteurs!», souligne-t-il. «On remarque une différence exponentielle entre la nouvelle capacité de chargement de celui-ci par rapport à l’ancienne version du véhicule. La cabine à l’avant du camion est aussi hydraulique. Elle peut s’ouvrir et pivoter sur elle-même pour nous permettre de veiller à l’entretien et aux réparations du véhicule», ajoute le Cpl Coudé.
Le nouveau camion est doté de plusieurs commodités telles que la vitre avant et les miroirs chauffants, une nouvelle vitesse de pointe de 108 km/h et une faible emprunte énergétique respectant les normes environnementales les plus rigoureuses.
Fait notable, l’opérateur du camion peut calibrer à distance la pression des pneus du véhicule. Le Cpl Coudé mentionne que cette caractéristique permet de ménager la suspension et la charpente du camion, en plus d’augmenter de beaucoup son adhérence à la chaussée.
L’une des versions du camion est aussi munie d’une grue. Celle-ci peut soulever, et ce, à dix pieds de distance du véhicule, une charge de plus de deux tonnes. «Nous qualifierons des opérateurs et non seulement des chauffeurs. C’est un bon camion et nous croyons pouvoir l’avoir pendant de nombreuses années. Il faut cependant des opérateurs bien qualifiés et minutieux pour l’utiliser de la bonne manière», conclut le Cpl Coudé.
Depuis l’arrivée des premiers camions à la Base Valcartier, les chauffeurs les ont mis à l’épreuve dans des trous d’eau, du sable, de la boue, de la neige ainsi que dans de nombreuses pentes abruptes de 32 % d’inclinaison. Les spécialistes confirment que la nouvelle machine peut surmonter tous ces défis!