Que retrouve-t-on dans les déchets de la Garnison Montréal 

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

17 janvier 2019 - Sandrine Delbaen, officier environnement adjoint, service Conservation des ressources, Garnison Montréal

Entre le 22 et le 29 septembre dernier, une campagne de caractérisation des matières résiduelles s’est déroulée à la Garnison Montréal afin de dresser un portrait précis de ce qui est jeté dans les ordures et les bacs de recyclage. C’est Action Environnement qui a reçu ce mandat et qui a comptabilisé 100 % des déchets produits durant cette période et 50 % des matières recyclables. Ceci a permis d’estimer la quantité et le type de matière produite par année*. 

Les résultats sont présentés dans le tableau ci-contre. Les trois matières les plus abondantes sont le papier (16,647 tonnes), les matières putrescibles ou matières organiques (11,852 tonnes) et le papier essuie-main (9,337 tonnes). Le papier est récupéré pour le recyclage dans une proportion de 95 %, ce qui représente un réel succès. Le recyclage est très peu contaminé et, fait intéressant, très peu de bouteilles d’eau se retrouvent dans les bacs de recyclage ou les poubelles. Par contre, les matières putrescibles (et donc compostables) et le papier essuie-main ne sont pas valorisés. Si ces matières étaient récupérées et dirigées vers une filière de compostage, c’est près de 35 % (21 tonnes métriques) de nos déchets que nous pourrions détourner de l’enfouissement.

Le tableau suivant nous confirme que le café est consommé sur une base régulière par le personnel de la garnison ! Les verres en carton et les capsules de café jetés annuellement s’élèvent à plus de deux tonnes. Beaucoup de plastique, de métal et de matières valorisables tels les résidus domestiques dangereux, les textiles et autres articles réutilisables, se retrouvent également aux ordures.

Grâce à ce bilan, les améliorations à apporter au programme de gestion des matières résiduelles deviennent plus évidentes et plus précises. Nous pouvons d’ores et déjà évaluer la faisabilité de récupérer les matières compostables et mieux définir également nos besoins pour la collecte des matières recyclables par des équipements mieux adaptés. Le bilan complet de cette caractérisation a été présenté lors du Comité environnement de la garnison Montréal le 16 janvier. 

Si vous avez des idées pour améliorer le programme de gestion des matières résiduelles à la garnison ou si vous voulez participer aux initiatives qui seront mises en place, n’hésitez pas à communiquer avec l’officier environnement de la garnison, Mme Julie Bournival, au 514 252-2777, au poste 4484. 

*Les matières résiduelles en provenance des entrepôts et des aires d'entretien n’ont pas été comptabilisées dans ce calcul. Elles ont par contre fait l’objet d’un audit de type visuel.