Donner de l’espoir aux personnes endeuillées

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

Dites-nous ce que vous pensez de Servir!
Tell us your opinion about Servir!

CLICK HERE TO ACCESS THE ENGLISH VERSION

14 janvier 2021 - Yves BélangerServir 

Le décès d’un enfant ou d’un conjoint crée toujours une onde de choc au sein d’une famille. Le programme ESPOIR existe pour aider celles qui ont perdu un être cher ayant servi dans les Forces armées canadiennes (FAC). Un résident de la Montérégie partage son expérience à titre de bénévole pour ce programme.


Créé en 2006 par les Services bien-être et moral des Forces canadiennes, le programme ESPOIR offre du soutien confidentiel aux familles endeuillées par le biais de pairs bénévoles ayant vécu le même type d’épreuve. Il permet aux personnes endeuillées de mieux comprendre le processus du deuil et contribue à réduire le sentiment d’isolement qui, bien souvent, l’accompagne.


Robert Beauchamp et sa conjointe, Nicole Robidoux. (Photo : courtoisie)

Depuis 2009, Robert Beauchamp et sa conjointe, Nicole Robidoux, sont au nombre de ces bénévoles. Deux ans plus tôt, leur fils Nicolas est décédé alors qu’il était en mission en Afghanistan.

Pour Robert Beauchamp, aider les parents vivant la même épreuve est une façon d’avancer dans son deuil. «Cela me permet, entre autres, de donner un sens à ce qui est arrivé à mon fils.»

M. Beauchamp explique que dès qu’un membre des FAC décède, le conjoint et les parents sont informés sur le programme ESPOIR. «Les gens décident par la suite s’ils ressentent le besoin ou non d’avoir recours à ce service gratuit.»

Le bénévole poursuit en assurant que les conversations avec les pairs demeurent strictement confidentielles. «Nous devons faire un bilan auprès des responsables du programme pour indiquer comment vont ces personnes et parler de leur évolution dans les étapes de deuil. Toutefois, le contenu des discussions n’est jamais dévoilé.»

L’accompagnement se poursuit tant et aussi longtemps que la personne endeuillée le désire. Le plus long parrainage que Robert Beauchamp a effectué a duré environ 16 mois. Il s’agissait d’un père dont l’enfant s’était suicidé. «Ce dernier vivait énormément de colère.

Un jour, après plusieurs discussions, il m’a dit qu’il avait compris qu’il .était mieux de diriger son énergie vers les gens qui restent autour de lui plutôt que de ressasser ses idées noires. J’étais tellement content de voir son évolution.»

Un deuil difficile

Robert Beauchamp explique que la perte d’un enfant crée une blessure qui ne guérit jamais. «Ce n’est pas dans la nature des choses de survivre à ses enfants. La douleur reste présente. On apprend toutefois à l’amadouer et à vivre avec.»

Pour lui, la meilleure façon de passer au travers de cette épreuve a été et demeure le fait de se remémorer de bons souvenirs avec son défunt fils. «Au lieu de mettre l’emphase sur la perte de cet enfant, je préfère y aller de façon positive. Cela m’aide à aller de l’avant.»

Une aide pour retrouver l’espoir

Les bénévoles du programme ESPOIR ont pour principal rôle d’appuyer les endeuillés. «Nous ne sommes pas des intervenants. Nous sommes là pour écouter ce qu’ils ont à dire et les aider à comprendre les différentes étapes du deuil.» C’est en partageant des histoires et des points de vue, ainsi qu’en proposant de nouvelles options qu’ils arrivent à redonner espoir à leurs pairs. «Pour le moment, le programme s’adresse aux parents et aux conjoints. J’aimerais bien qu’un jour les services puissent aussi être offerts aux frères et sœurs. Mon deuxième fils était très proche de Nicolas et aurait grandement bénéficié d’un tel programme», conclut M. Beauchamp.

Si vous souhaitez recevoir du soutien d'un pair, veuillez joindre la gestionnaire du programme ESPOIR au 1-800-883-6094 ou à HOPE-ESPOIR@forces.gc.ca.
Pour obtenir tous les détails: connexionfac.ca/Nationale/Programmes-et-Services/Pour-les-familles-endeuillees/Programme-ESPOIR

Devenir bénévole pour le programme ESPOIR

Si vous avez perdu un être cher qui servait dans les Force armées canadiennes et que vous avez cheminé dans le processus de votre deuil, vous pourriez devenir bénévole. Vous devrez suivre une formation sur le programme ESPOIR et être émotionnellement prêt à écouter des pairs vivant la même situation.

En vous impliquant, vous rejoindrez une communauté de soutien et vous ferez une différence positive dans la vie de quelqu’un. Une belle manière de redonner!

Information: 1-800-883-6094 ou HOPE-ESPOIR@forces.gc.ca

 
Pour télécharger la dernière édition virtuelle du journal Servir, cliquez sur l'image. 





Vous souhaitez être avisé des prochaines parutions du journal Servir ? Inscrivez-vous à notre liste d'abonnés par courriel à l'adresse suivante : servir@forces.gc.ca

Giving hope to the bereaved


Yves BélangerServir

The death of a child or a spouse always creates a shock wave in a family. The HOPE program exists to help those who have lost a loved one who served in the Canadian Armed Forces (CAF). A resident of Montérégie shares his experience as a volunteer for this program.

Created in 2006 by the Canadian Forces Morale and Welfare Services, the HOPE program offers confidential support to bereaved families through peer volunteers who have experienced the same type of ordeal. It allows bereaved people to better understand the grieving process and helps reduce the sense of isolation that often accompanies it.


Robert Beauchamp and his wife, Nicole Robidoux. (Photo: courtoisie)


Since 2009, Robert Beauchamp and his wife, Nicole Robidoux, have been among these volunteers. Two years earlier, their son Nicolas died while on a mission in Afghanistan.
For Robert Beauchamp, helping parents going through the same ordeal is a way to cope with his grief. "Among other things, it allows me to make sense of what happened to my son."

Mr. Beauchamp explains that as soon as a CAF member dies, the spouse and parents are informed about the ESPOIR program. "People then decide whether or not they feel the need to use this free service."

The volunteer goes on to ensure that conversations with peers remain strictly confidential. "We have to report to those in charge of the program on how these people are doing and talk about their progress in the stages of mourning. However, the content of the discussions is never disclosed."

The accompaniment continues for as long as the bereaved person wishes and the longest Robert Beauchamp has ever done was about 16 months. It was a father whose child had committed suicide. "This man felt a lot of anger. One day, after several discussions, he told me that he understood that it was better to direct his energy towards the people around him rather than rehash his dark thoughts. I was so happy to see his evolution."

Difficult mourning

Robert Beauchamp explains that the loss of a child creates a wound that never heals. "It's not in the nature of things to outlive your children. The pain remains present. However, you learn to soften it up and live with it."

For him, the best way to get through this ordeal was and still is to recall good memories with his late son. "Instead of emphasizing the loss of this child, I prefer to go about it in a positive way. It helps me move forward."

Help to find hope

The main role of the HOPE program volunteers is to support the bereaved. "We are not interveners. We are here to listen to what they have to say and to help them understand the different stages of grief." It is by sharing stories and perspectives, as well as offering new options that they are able to give hope to their peers. "At the moment, the program is aimed at parents and spouses. I would love that one day services could also be offered to brothers and sisters. My second son was very close to Nicolas and would have greatly benefited from such a program," concludes Mr. Beauchamp.

If you would like to receive peer support, please contact the ESPOIR Program Manager at 1-800-883-6094 or HOPE-ESPOIR@forces.gc.ca
For all the details: cafconnection.ca/National/Programs-Services/For-Families-of-the-Fallen/HOPE-Program

Become a volunteer for the HOPE program

If you have lost a loved one who served in the Canadian Armed Forces and have gone through the grieving process, you may be able to volunteer. You will need to take training on the HOPE program and be emotionally prepared to listen to peers going through the same situation.

By getting involved, you will join a supportive community and make a positive difference in someone's life. A great way to give back!
Information: 1-800-883-6094 or HOPE-ESPOIR@forces.gc.ca