Ce que le jour du Souvenir signifie pour moi

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

12 novembre 2020 - Aspirant de marine Olivia Nguonly

La matelot de 1re classe Maha Abou El Rous est administratrice des ressources humaines à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NSCM) Donnacona. Reconnue par ses pairs pour l’excellence de son travail et son regard tourné vers le futur, cette militaire engagée explique pourquoi elle a également le cœur qui bat au rythme du passé.  


Pour le Mat 1 Abou El Rous, cette période de l’année en est une pour penser à toutes les familles qui ont souffert à la suite de la perte d’un être cher. «Le jour du Souvenir me rappelle plus particulièrement mon ancien commandant de peloton d’unité au 34e Régiment du génie de combat, décédé récemment. Il s’agit d’un homme que j’admire énormément», raconte-t-elle. 


La matelot de 1re classe Maha Abou El Rous. (Photo : Matelot chef Paul Poirier)

Son histoire familiale n’est pas étrangère non plus au respect qu’elle porte à ceux et celles qui ont pris part à des conflits, l’arrière-grand-père de son conjoint ayant servi en France durant la Seconde Guerre mondiale. «Je suis fière de dire qu’il a capturé quatre nazis avant de les escorter sur plusieurs kilomètres vers son camp d’appartenance. C’est important de rendre hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes qui ont servi leur pays.» 

Faire carrière militaire

La matelot de 1re classe Abou El Rous est l’une des privilégiées qui ont œuvré dans les trois éléments des Forces armées canadiennes. Issue d’une famille de six enfants, c’est le sourire aux lèvres qu’elle se remémore son intégration aux cadets de l’air, à l’instar des membres de sa fratrie.

«J’ai vraiment aimé mon expérience et j’ai voulu la poursuivre», confie celle qui a ensuite endossé le rôle d’instructeur civil au sein de la même organisation. Les défis physiques et psychologiques, ainsi que la proximité avec la nature avaient vraisemblablement conquis la jeune femme.

Afin de poursuivre dans cette lignée, Mat1 Abou El Rous intègre dans un premier temps l’armée de terre en se joignant au 34e Régiment du génie de combat à la Garnison Montréal à titre d’ingénieure de combat. «Passionnée par le volet accompagnement et soutien du personnel, je me suis par la suite réorientée comme administratrice des ressources humaines.» 

Le coup de cœur pour le Donnacona est arrivé par le plus grand des hasards. «J’y accompagnais une personne pour une séance d’information et je suis littéralement tombée en amour avec sa communauté», partage-t-elle. Le fort sentiment de fraternité qui règne au cœur de l’établissement de la rue Saint-Jacques l’a convaincue de demander un transfert au sein de la Marine royale canadienne en septembre 2018.  

À présent, les projets ne cessent de se multiplier pour Mat1 Abou El Rous, qui carbure aux défis. «À l’été 2019, moins d’un an après mon arrivée au Donnacona, j’ai remplacé mon [supérieur] adjudant-maître qui est parti en mission pendant la période estivale. J’étais très excitée par la confiance et l’occasion qui s’offrait à moi», se souvient celle qui partage le mérite de son excellent travail avec ses coéquipiers. 

En mai dernier, elle recevait le trophée du marin de l’année de son unité, qui reconnaissait ainsi son intégrité, son sens du devoir, sa discipline ainsi que la qualité de son travail d’équipe. Aujourd’hui, la Mat1 Abou El Rous continue de s’épanouir au sein de la Marine et compte bien transmettre son expertise aux nouveaux marins qui se joindront au NCSM Donnacona

 


Pour télécharger la dernière édition virtuelle du journal Servir, cliquez sur l'image. 





La nouvelle édition du Guide de la communauté militaire 2020-2021
Région Montréal est en ligne. Cliquez sur l'image pour y accéder.





Vous souhaitez être avisé des prochaines parutions du journal Servir ? Inscrivez-vous à notre liste d'abonnés
par courriel à l'adresse suivante : servir@forces.gc.ca