Au revoir, Sergent retraité Barriault

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

01 septembre 2020 - Yves Bélanger, Servir

Le départ à la retraite du sergent Alain Barriault est une perte pour la section des sports militaires de la région de Montréal au sein de laquelle le vétéran s’est grandement impliqué.

Tout au long de son passage dans la région de Montréal, le Sgt (ret) Barriault a entraîné diverses équipes sportives masculines et féminines, tant au hockey sur glace qu'au hockey balle ou à la balle lente. Au cours des dernières années, il s’était davantage concentré sur son rôle d’arbitre au hockey sur glace, en tant qu’arbitre en chef de la Ligue de hockey intramuros de la région de Montréal. «C’est évident que son départ laisse un grand vide», lance Claudie Bussières, coordonnatrice des sports militaires de la région de Montréal.


Le sergent retraité Alain Barriault. (Photo : Yves Bélanger)

Elle explique que le Sgt (ret) Barriault a été un athlète, un arbitre, un entraîneur et un responsable d'équipe hors pair. «Nous avons toujours pu compter sur son appui, et ce, dans différents sports tels que le ballon-balai, le hockey sur glace ainsi que le hockey balle. C'est d'ailleurs pourquoi il a été élu officiel de l'année de la Région Montréal en 2016 et 2017.»

De son côté, le Sgt (ret) Barriault explique qu’il a adoré son implication au sein des activités sportives. «C’est ce qui me manquera le plus, c’est évident. J’aimais me retrouver avec mes collèges sur la glace ou pour pratiquer n’importe quel sport.» Dans le futur, il compte tout de même s’impliquer au sein de ligues civiles. Ces dernières années, il était d’ailleurs arbitre pour le hockey mineur à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Actuellement en pleine rénovation de sa nouvelle résidence dans la région de Drummondville, il soutient qu’il prendra toutefois une année sabbatique de l’arbitrage. «Je pense que j’ai vraiment besoin de prendre une pause pour faire la transition vers ma retraite.»

Il compte malgré tout continuer à jouer au ballon-balai dans la ligue civile qu’il a fondée avec des amis à l’aréna Marcel-Larocque, à Saint-Jean-sur-Richelieu. «Ce sera une façon de garder un lien avec mes chums militaires.»


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF. Il s'agit de la dernière édition publiée avant la crise sanitaire.