Un retour aux sources

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

20 mai 2020- Yves BélangerServir

Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones, une cérémonie de purification (smudging) a été tenue au site de Saint-Hubert, à l’arrière du Hangar 2, le 19 mai. 

C’est le caporal Laurence Séguin, opératrice de matériel mobile de soutien au 34e Bataillon des services, qui a mené ce rituel de purification. Née, d'une mère d'origines algonquine et iroquoise, le Cpl Séguin avoue avoir toujours été attirée par les valeurs de ses ancêtres. « Ma mère ne participait jamais aux activités et cérémonies autochtones. Par contre, moi, j’ai toujours voulu en apprendre plus sur les coutumes et les traditions de mon peuple. »

C’est quand elle a intégré le programme Carcajou des Forces armées canadiennes (FAC), il y a deux ans, qu’elle a amorcé son retour aux sources. « Il n’y pas d’âge pour vouloir apprendre. À partir de ce moment, j’ai commencé à étudier les rituels autochtones de façon plus approfondie. »

Le smudging

La crise sanitaire actuelle n’a pas arrêté la militaire dans son désir de tenir un smudging. « Nous avons tenu la cérémonie à l’extérieur et respecté les règles de distanciation. La douzaine de participants étaient placés en cercle en gardant une distance de deux mètres entre eux. »


Le caporal Laurence Séguin a mené la cérémonie de purification.  (Photo : courtoisie)

Rappelons que le smudging est une cérémonie très ancienne pratiquée par les Autochtones. Le but est de retrouver la pureté initiale de notre être et la guérison tant de l’esprit que du corps. Cette purification est effectuée par la fumée dégagée par la combustion des herbes sacrées : le foin d’odeur, la sauge, le cèdre et le tabac. Tout au long de la cérémonie, le dirigeant fait le tour des participants pour les envelopper de cette fumée.


La cérémonie de purification a eu lieu au site de Saint-Hubert.

Des idées pour l’an prochain

Le Cpl Séguin aurait bien aimé aussi pouvoir tenir au cours de cette semaine de sensibilisation un atelier de fabrication de capteurs de rêves. « Je trouve que c’est une belle façon de promouvoir la culture autochtone. » Malheureusement, la crise sanitaire de la Covid-19 oblige à restreindre la majorité des activités. « Je garde par contre cette idée pour l’année prochaine », conclut-elle. 

Envie de vous impliquer? 

Annuellement, les FAC soulignent la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones. Diverses activités sont entre autres organisées dans les garnisons par l’Équipe Diversité +.

L’Équipe D+ s’est donné comme mission de créer le premier Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD) pour la région du Québec. Créés par le gouvernement canadien il y a plus de 20 ans, les GCAD visent à conseiller les commandements sur les enjeux importants concernant la vie des Autochtones du ministère de la Défense nationale ou des FAC. Ils constituent également une tribune qui permet aux Autochtones de se rassembler et de se soutenir les uns les autres dans l’expression de leurs identités culturelles, spirituelles et traditionnelles. 

Les Autochtones de la 2e Division du Canada désireux de contribuer au bien-être au travail de chacune et chacun et de partager leur richesse culturelle sont invités à communiquer avec l’Équipe D+. 


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF (Dernière édition publiée avant la crise de la Covid-19)