Dans le feu de l’action

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

19 mai 2020- Yves BélangerServir

Étudiante au baccalauréat en sciences infirmières, le matelot de 3e classe Éloïse Lavoie, du Navire canadien de sa Majesté (NCSM) Donnacona, est au nombre des réservistes actuellement déployés dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région de Montréal, une expérience qu’elle a accepté de partager avec les lecteurs du journal Servir.

Il y a tout juste un an que Mat 3 Lavoie s’est enrôlée. « J’en suis donc à mon tout premier déploiement », lance-t-elle en précisant que le tout a commencé pour elle le 28 avril. Depuis, elle passe plus de 30 heures par semaine auprès des résidents du CHSLD Manoir-de-Verdun. « Je fais quatre quarts de huit heures sur une base hebdomadaire. »


Le matelot de 3e classe Éloïse Lavoie, du Navire canadien de sa Majesté Donnacona dans le cadre de son déploiement au CHSLD Manoir-de-Verdun. (Photo : courtoisie)

Pour la militaire qui a fait son cours de technique en sciences infirmières et qui a déjà travaillé comme préposée aux bénéficiaires, ce décor n’est pas trop dépaysant. « C’est évident que lors des premières journées, j’étais un peu stressée, parce que c’était quand même nouveau pour moi de travailler dans un contexte de pandémie. Je me suis toutefois rapidement adaptée à la situation. »

Elle souligne que quelques-uns de ses collègues réservistes ont trouvé difficile au début de constater la réalité des CHSLD. « Surtout en temps de crise sanitaire, ce n’est pas évident pour les personnes âgées qui n’ont plus accès à aucune activité et qui doivent demeurer dans leur chambre. »

Elle avoue adorer pouvoir tisser des liens avec les patients et le personnel qui travaille sur place. « C’est agréable de travailler avec eux et auprès d’eux. D’autant plus que nous avons été super bien accueillis lors de notre arrivée. »



Ce que trouve le plus difficile le Mat 3 Lavoie est de devoir laisser certains patients lorsqu’elle est appelée à se rendre à d’autres étages. « Mais en même temps, cela me pratique à un certain lâcher-prise. Cela me sera fort utile dans mon futur métier. »

Elle termine en disant être particulièrement fière de constater que son travail et celui de tous ses collègues réservistes donnent de bons résultats. « Au CHSLD Manoir-de-Verdun, nous avons repris le dessus sur la pandémie. Je suis fière de voir que nous avons fait la différence. »

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.