48 ans au service des militaires

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

05 mai 2020- Yves BélangerServir
 
Le 30 juin, Pierre Chicoine, gestionnaire du service des loisirs communautaires à la Garnison Saint-Jean, tirera sa révérence après avoir consacré 48 ans de sa vie aux Forces armées canadiennes (FAC). Après 25 ans passés dans la Force aérienne, c’est auprès des militaires qu’il a par la suite œuvré comme employé civil. 

Tout au long de sa carrière, le conditionnement physique, les sports et la santé ont toujours été au cœur de ses préoccupations. « À l’époque où j’étais militaire, mon métier était celui de moniteur de conditionnement physique?», explique-t-il. «  Le meilleur métier au monde ! »


C’est le 30 juin que Pierre Chicoine quittera ses fonctions de gestionnaire du département des loisirs communautaires pour vivre une retraite bien méritée. (Photo : Yves Bélanger)

Quand les FAC ont décidé de fermer ce métier et de créer une entité des fonds non publics, qui porte aujourd’hui le nom de Services de bien-être et moral des Forces canadiennes (SBMFC), l’adjudant Pierre Chicoine a alors pris la décision de quitter la vie militaire pour poursuivre dans son domaine. «?J’ai posé ma candidature pour un des postes en conditionnement physique proposés et j’ai été choisi.?» C’est à ce moment qu’il a fait de Saint-Jean-sur-Richelieu son port d’attache officiel. «?Je suis tombé en amour avec cette ville et il n’était pas question que je parte ailleurs. J’avais trouvé la bonne place pour me déposer officiellement avec ma famille.?» 

Il a été moniteur de conditionnement physique civil pendant quatre ans. Puis, il a occupé le poste de coordonnateur des sports pendant cinq ans. Depuis 13 ans, il occuper son poste actuel.

Un climat de travail sain

Quand on lui demande ce qui le passionne tant dans son métier, Pierre Chicoine répond automatiquement que c’est l’ambiance de travail. «?Les gens qui se présentent au centre des sports sont heureux de venir s’entraîner et de passer du bon temps au profit de leur santé. Ici, la bonne humeur est contagieuse.?»

Passionné par son travail, le gestionnaire avoue avoir pensé longtemps poursuivre sa carrière encore deux ans. «?Je voulais me rendre à 50 ans de métier. C’est toutefois en regardant des reportages sur la santé à la télévision, comme le cancer ou l’Alzheimer, que je me suis dit qu’il était temps que je pense à moi. J’ai la chance d’être en parfaite santé et j’ai réalisé que je devais en profiter le plus possible.?» 

Bien entendu, celui-ci est conscient qu’il devra s’adapter à sa nouvelle vie qui débutera le 1er juillet. « C’est clair que ce qui va me manquer le plus, c’est la proximité avec les gens. Je vais devoir m’y faire. »

Il a toutefois plusieurs plans pour occuper son temps. « Premièrement, je veux continuer de voyager. J’ai eu déjà la chance de visiter un grand nombre de pays et je veux en profiter pour en découvrir d’autres. D’ailleurs, le 26 mai, je quitterai le Québec en direction d’Israël et de la Palestine. J’ai très hâte de faire ce voyage ?» Lors de la saison chaude, il en profitera pour vivre à fond sa passion du vélo et il s’est aussi inscrit dans une ligue de balle, où il jouera deux 2 fois par semaine. « Je n’ai aucunement l’intention de rester à rien faire. Je suis un actif ! ».

Le futur retraité compte également donner du temps bénévole à un ou des organismes de la région. «?Je n’ai pas encore déterminé quel type de bénévolat je veux faire, mais je réfléchis à cela. Je veux pouvoir redonner un peu de ce que j’ai reçu de la vie.?»

Quand il pense à son départ, il se dit qu’il est fier de ce qu’il a accompli au cours de ces 48 dernières années au sein des FAC. «?J’espère que les gens se souviendront de moi pour ma bonne humeur et mon respect des autres. Je souhaite avoir donné aux gens le goût de faire du sport et de prendre soin de leur santé.?» Pierre Chicoine conclut en mentionnant qu’il se sent privilégié et choyé d’avoir travaillé dans le domaine de la santé toutes ces années.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.