Protégé par une imprimante 3D

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

04 mai 2020- Lieutenant Frédérique Rousseau – Officier d’affaires publiques, 438 ETAH

Confiné à la maison en raison de Op LASER? En profitez-vous pour essayer une nouvelle recette de pain, pour suivre un nouveau programme d’entrainement ou pour regarder de nouvelles émissions sur Netlix? Le sergent Benoît Ducasse, un technicien en systèmes d’armes aériennes au 438 Escadron tactique d’hélicoptères (438 ETAH), s’occupe plutôt à produire un équipement essentiel destinés à nos anges gardiens.


Quotidiennement, le Sgt Ducasse produit, assemble et livre des centaines de visières au personnel soignant de centres hospitaliers et de santé situés en Montérégie, à Montréal ainsi que dans les Basses-Laurentides, afin de les protéger contre la propagation du virus Covid-19.


Bien que la visière ne porte pas le sceau de Santé Canada, elle est très populaire auprès des professionnels de la santé. (Photo : courtoisie) 


Un jour, sa conjointe, infirmière dans un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), lui fait part de sa crainte de rapporter le virus à la maison et de contaminer leur famille, dû à un manque prochain de masques de protection. Le Sgt Ducasse décide d’utiliser son imprimante 3D afin de créer un masque ou une visière. Le 3 avril, après beaucoup de recherches sur le sujet, car cela se faisait déjà en Europe, il réussit à produire une armature en acide polylactique (PLA) sur laquelle on peut fixer une visière. 

Il en imprime plusieurs et demande sur les médias sociaux si d’autres propriétaires d’imprimantes 3D veulent l’aider à augmenter la production. En moins d’une semaine, il se retrouve à la tête d’une équipe de 18 personnes, qui opèrent une douzaine d’imprimantes. Ils produisent et distribuent environ 300 visières de protection par jour. Le but est de fournir gratuitement de la protection contre le coronavirus à ceux qui n’en n’ont pas et sont aux premières lignes. Douze jours plus tard, ils en ont distribué plus de 2500.

Lorsque le maire de Varennes, M. Martin Damphousse, prend connaissance de ce magnifique projet, il embarque immédiatement et veut contribuer. Le conseil municipal de Varennes décide d’appuyer financièrement la production de ces visières maison en payant l’achat du matériel plastique pour alimenter les imprimantes, tant et aussi longtemps qu’il y aura une demande. Et la demande, elle est présente et augmente de jour en jour! 


Le maire de Varennes, M. Martin Damphousse, en compagnie du sergent Benoît Ducasse. Le conseil municipal de Varennes a décidé de payer le matériel plastique nécessaire à la fabrication des visières, tant et aussi longtemps qu’il y aura une demande. (Photo : courtoisie)

Au moment d’écrire ces lignes, le Sgt Ducasse avait reçu trois demandes de la part de CHSLD, en plus d’une commande de 200 visières pour un centre d’urgence hospitalier. Les imprimantes travaillent 24 heures sur 24 afin de fournir un maximum d’armatures. Toutefois, les visières faites maison n’ont pas le sceau d’approbation de Santé Canada. 

La pénurie de masques N-95, réservés pour le personnel soignant des centres d’urgence et des blocs opératoires dédiés pour la COVID-19, fait que de nombreux intervenants de première ligne comme les oncologistes, dentistes ou médecins de famille, se retrouvent sans protection et préfèrent porter ces visières plutôt que rien du tout. « Malgré le fait que nos visières de protection ne soient pas approuvées par Santé Canada, je reçois des appels tous les jours de professionnels de la santé qui me disent avoir un grand besoin de mes visières. Ils ont parfois juste des lunettes en plastique comme protection, qu’ils ont payées de leur poche », explique le Sgt Ducasse. Les visières créées par le technicien du 438 ETAH sont une merveilleuse alternative, fournissant une protection bien nécessaire et gratuite. 

Une fois Op LASER terminée, le Sgt Ducasse retournera travailler à son unité d’hélicoptères tactiques, mais il compte continuer à produire des visières de protection durant ses temps libres, aussi longtemps qu’il y aura une demande.


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.