Journée internationale des femmes

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

CLICK HERE TO ACCESS THE ENGLISH VERSION


A l'approche du 8 mars, Servir vous présente différents articles traitant des femmes.

Journée internationale des femmes

26 février 2020 - Brigadier-général Gervais Carpentier, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées Est

La journée internationale des femmes, qui est apparue au début du XXe siècle, nous permet de reconnaître la contribution de la gent féminine au sein de l’institution.  D’ailleurs, l’apport des femmes au sein des Forces armées canadiennes (FAC) ne date pas d’hier.  Les femmes ont servi pour la première fois durant la Rébellion du Nord-Ouest à titre d’infirmières. Durant la Première Guerre mondiale, plus de 2 800 femmes ont servi dans le Corps de santé médical et quelque 50 000 Canadiennes ont été recrutées durant la Deuxième Guerre mondiale. Aujourd’hui, les femmes représentent un peu plus de 15 % du personnel des FAC.


Aujourd’hui, les femmes représentent un peu plus de 15 % du personnel des FAC. (Photo : Imagerie Valcartier)

Nous constatons que le succès au féminin profite à nous tous. Quand les hommes et les femmes travaillent ensemble dans un but commun, nous obtenons de meilleurs résultats. Par exemple, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a reconnu qu’il y a un lien étroit entre la participation des femmes aux opérations de maintien de la paix et la mise en place d’une paix durable. Cette efficacité accrue qui découle de la participation active des femmes se manifeste tout aussi clairement ici même au sein de la 2e Division du Canada / Force opérationnelle interarmées (Est). La diversité, sous toutes ses formes, est un de nos grands atouts. Elle nous rend plus forts, plus résilients et en meilleure posture pour  générer des guerrières et des guerriers éthiques, agiles et prêts au combat.

Il nous incombe de poursuivre nos efforts d’inclusion. Nous devons continuer à créer et à maintenir des environnements de travail – sains et respectueux – qui favorisent l’efficacité, la cohésion et l’épanouissement de tous au sein de la grande équipe de la 2 Div CA / FOIE.  Notre succès opérationnel en dépend.

Je vous invite à participer aux activités que le comité Diversité+ – et plus particulièrement son sous-comité des femmes – organise à l’occasion de la Journée internationale des femmes.  Le sous-comité des femmes est composé de membres répartis sur les trois garnisons ; ceux et celles qui désirent y contribuer peuvent en faire part à directement à Josianne.Leduc@forces.gc.ca en informant leur chaine de commandement.

Honneur et persévérance

De fières Rangers canadiennes


Afin de souligner la Journée internationale de la femme, le caporal Rebecca Garand, commis aux affaires publiques du 2e Groupe de patrouilles de Rangers canadiens (2 GPRC), a interrogé des femmes oeuvrant au sein de quatre patrouilles sur leur expérience et l’impact qu’elles ont eu au sein de leur communauté. Voici les témoignages de ces femmes inspirantes.

Betsy Epoo, de la patrouille d’Inukjuak

Je suis vraiment fière d’être une Ranger. Je me suis enrôlée au 2 GPRC parce que je suis une personne déterminée et les activités qu’ils faisaient m’intéressent beaucoup. Malgré le fait que je sois une femme, je n’ai pas peur de me salir les mains et les activités que les hommes font ne m’intimident pas. Au contraire, cela m’encourage à en faire plus. J’ai confiance que mes connaissances peuvent aider ma communauté et, spécialement, celles que j’ai appris lors de mes entraînements avec les Rangers. Je suis reconnaissante d’avoir appris beaucoup sur le leadership lors de mes emplois précédents et des entraînements. Tout cela a eu un bel impact sur ma communauté, les autres Rangers et les Rangers juniors.


Judy Fequet, de la patrouille de Bonne-Espérance


Je m’implique auprès des Rangers juniors canadiens (RJC) depuis presque 10 ans. Au début, j’étais la présidente du comité de parents. J’ai décidé en juin dernier de m’enrôler comme Ranger. Ma première expérience avec les RJC en tant que Ranger, était le camp OKPIAPIK. J’ai adoré cette aventure et j’y ai beaucoup appris.

Être une femme dans une patrouille de Rangers canadiens a vraiment un impact sur les filles dans les RJC. Elles viennent se confier à moi et me posent des questions qu’elles ne seraient sûrement pas à l’aise de poser si j’étais un homme. Je trouve que je suis un beau modèle pour les jeunes filles en étant une femme très active et une grande adepte de plein air. J’encourage souvent les adolescents, spécialement les filles, à s’impliquer le plus possible dans le programme des RJC, puisqu’il leur offre tant d’opportunités.

Je suis très fière d’être une Ranger parce que je peux contribuer à ma communauté. Peu importe mon genre, les leaders me traitent comme mes collègues masculins et connaissent mon désir et mon envie d’aider à organiser l’activité qui est planifiée. J’ai déjà hâte à mes prochaines aventures avec les RJC!
     
     
Michèle Boudreau, de la patrouille de Havre-Saint-Pierre


Je suis fière d’être la seule femme dans ma patrouille de Rangers et d’être capable d’accomplir toutes les tâches qui me sont confiées. Puisque je suis infirmière, je possède beaucoup de compétences que je peux transmettre aux autres Rangers. Je me souviens de mon premier exercice d’hiver en collaboration avec les Forces armées canadiennes, GUERRIER NORDIQUE, qui se déroulait à Schefferville. Ma patrouille était partie de Sept-Îles en motoneige et s’est rendue jusqu’à Schefferville. C’était tout un défi pour moi et je l’ai relevé haut la main. J’ai aussi pu obtenir la reconnaissance des Rangers et de mon sergent de patrouille.

Depuis que je suis avec les Rangers, j’ai participé au Camp OKPIAPIK chaque fois où j’ai été disponible. Je prends même des vacances du travail pour y participer. Je trouve cela important de permettre aux jeunes de rencontrer d’autres jeunes de diverses communautés et cultures. J’aime me sentir utile tout en permettant aux autres de se développer. 

Brianna Linklater-Georgekish, de la patrouille de Wemindji


Ce qui me rend fière d’être une femme dans le programme des Rangers canadiens est que je sens que je poursuis les traditions familiales transmises par mon grand-père et mon père. Être Canadienne et faire partie des Rangers me rendent fière de servir mon pays en tant que réserviste. Nous sommes une grande famille et lorsque nous partons en entraînement, les femmes sont traitées de manière égale aux hommes. J’aime aussi faire une différence auprès des Rangers juniors canadiens.
 

Elles nous représenteront au Salon !

Servir

Du 27 au 29 mars, des représentantes des Forces armées canadiennes (FAC), de la fonction publique et des Services de bien-être et moral des Forces canadiennes (SBMFC) seront au Salon national de la femme de Montréal.

« Ce n’est pas la première fois que les Forces participent au Salon », explique Élise Vallée, officier plans et programmes ressources humaines au ministère de la Défense nationale. « Toutefois, cette année, nous innovons en ayant des employées civiles provenant de la fonction publique et des SBMFC. Notre objectif est de faire connaître les Forces, mais également le Ministère. Tous les membres de l’Équipe de la Défense seront représentés. » 

Les visiteurs auront donc la chance d’échanger avec des femmes qui oeuvrent dans la Force régulière et la Réserve, au sein de la fonction publique et des Programmes de soutien du personnel, une division des SBMFC. « Nous aménagerons un coin spécial où nous pourrons prendre les gens en photo avec de l’équipement. Les gens repartiront avec leur photo dans leur téléphone et peut-être avec l’envie de faire carrière avec nous ! »

Le Salon national de la femme aura lieu au Palais des congrès de Montréal.
 

Reconnaître des accomplissements extraordinaires

ELRFC 

À l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC), nous reconnaissons que le travail de tous est important et essentiel dans le bon développement des futurs membres des Forces armées canadiennes (FAC). Plusieurs de nos collègues s’impliquent, de façons différentes, dans des causes qui leur tiennent à cœur. Nous voulons souligner dans ces lignes, les réussites de deux de nos membres.

Caporal-chef Pamela Matthews : changer radicalement de vie


À la suite d’une grande prise de poids suivant un accident de la route, le Cplc Matthews a décidé de se reprendre en mains et de prendre soin d’elle. En six mois, elle perdait 60 livres. Sa rencontre avec le sergent Cindy Dickson en 2004 allait lui faire découvrir le culturisme et changer sa vie. À compter de ce moment, elle s’est entraînée, seule, deux heures par jour.

Dès 2004, Cplc Matthews participe à des compétitions nationales de culturisme et, depuis 2012, elle réussit à être dans le top 5. En 2018, elle obtient sa carte de professionnelle de la Fédération internationale de bodybuilding et de fitness, ce qui lui permet maintenant de participer à des compétitions internationales.
Mais pour réussir cet exploit, il faut beaucoup de rigueur. « C’est un style de vie » dit celle qui doit maintenir une diète rigide : « manger est maintenant pour atteindre un but et non pour le plaisir ». Elle est au gymnase à 4 h 45 tous les matins.

Cplc Matthews s’est jointe aux FAC en 2005, à l’âge de 34 ans comme Tech SITA à la suite de la perte de son emploi. À ce moment, c’est son père, vétéran, qui lui a conseillé de s’enrôler. Actuellement basée à l’ELRFC, elle travaille avec les candidats qui ont des difficultés à réussir le test FORCE. Maintenant, elle redonne au suivant en transmettant, gratuitement, ses connaissances en culturisme.


Sergent Caroline Chartrand : exploiter son potentiel


Le Sgt Chartrand a toujours été active. Dès son plus jeune âge, elle participait à des compétitions de snowboard et excellait dans les sports individuels. Elle a entrepris, dès l’âge de 16 ans, ses démarches pour se joindre aux FAC pour finalement s’enrôler en 2007, à 20 ans, comme opératrice – contrôle aérospatial. Depuis, elle a été basée à North Bay, Moose Jaw, Colorado Springs et Saint-Jean-sur-Richelieu. Winnipeg sera sa prochaine destination dans quelques semaines.

C’est à Moose Jaw que Sgt Chartrand a connu le CrossFit et, par ricochet, l’haltérophilie. Elle a vu son potentiel dans cette discipline et a participé à sa première compétition en 2012, dans un parc local en Saskatchewan. Depuis, elle cumule les exploits. En effet, elle a remporté trois records canadiens au cours de la dernière année dans la catégorie 30-35 ans, 76 kg au Championnat Master du Québec et au CMWFHCM Nationals. Son objectif est de participer aux compétitions internationales, ce qu’elle pourra faire dès qu’elle aura atteint l’âge de 35 ans. D’ici là, petite pause pour l’arrivée de premier bébé, ce qui nécessitera une remise en forme à l’automne et le retour aux compétitions.

En plus d’être une haltérophile accomplie, Sgt Chartrand entraîne d’autres adeptes de ce sport et étudie pour obtenir un baccalauréat en psychologie de l’Université du Manitoba. Dans un avenir rapproché « un podium international serait extraordinaire » mentionne-t-elle.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.
 

International Women's Day

As we approach March 8th, Servir presents various articles about women.

International Women's Day

February 26, 2020 - Brigadier-General Gervais Carpentier, Commander, 2nd Canadian Division and Joint Task Force (East)



Today, women represent a little over 15 percent of CAF personnel members. ( Imagerie Valcartier)

International Women’s Day, first celebrated in the early 20th century, is a day for recognizing women’s contributions within the institution. In fact, women have had a role in the Canadian Armed Forces (CAF) for quite some time. Women served for the first time during the North-West Rebellion as nurses. During the First World War, more than 2,800 women served in the Medical Corps and some 50,000 Canadian women were recruited during the Second World War. Today, women represent a little over 15 percent of CAF personnel members.

Women’s success benefits us all. When men and women work together toward a common goal, we achieve better results. For example, the United Nations has acknowledged that there is a strong link between women’s participation in peacekeeping operations and building sustainable peace. This increased effectiveness through the active participation of women is also clearly demonstrated here within the 2nd Canadian Division / Joint Task Force (Est). Diversity, in all its forms, is one of our greatest assets. It makes us stronger, more resilient and in a better position to generate ethical, agile and combat-ready warriors. 

It is incumbent upon us to continue our inclusion efforts. We must keep creating and maintaining healthy and respectful work environments that promote effectiveness and cohesion to allow all the members of the 2 Cnd Div /JTFE team to thrive. Our operational success depends on it.

I invite you to take part in the events organized by the Diversity+ committee  - more particularly it’s women’s subcommittee - for International Women’s Day. The women’s subcommittee is made up of members from the three garrisons; those wanting to contribute can contact Josianne.Leduc@forces.gc.ca directly and inform their chain of command.

Honneur et persévérance

They will represent us at the Women’s Show!

Servir Newspaper

From March 27 to 29, representatives from the Canadian Armed Forces (CAF), the Public Service and the Canadian Forces Morale and Welfare Services (CFMWS) will be at the National Women’s Show of Montréal.

“This is not the first time that the Forces have participated in the Salon,” said Élise Vallée, Human Resources Plans and Programs Officer at the Department of National Defence. “However, this year, we are innovating by having civilian employees from the Public Service and CFMWS. Our objective is to make the Canadian Armed Forces known, but also the Ministry. All members of the Defence Team will be represented. ”

Visitors will have the opportunity to interact with women who work in the Regular and Reserve Forces, within the Public Service and the Personnel Support Programs, a division of the CFMWS. “We will set up a special corner where we can take pictures of people with equipment. Visitors will leave with their photo in their phone and maybe the desire to have a career with us!”

The National Women's Show will take place at the Palais des congrès de Montréal. 

Recognizing extraordinary achievements

CFLRS

At the Canadian Forces Leadership and Recruit School (CFLRS), we recognize that everyone's work is important and essential to the proper development of future Canadian Armed Forces (CAF) members. Many of our colleagues are involved, in different ways, in causes close to their hearts. We want to highlight in these lines the successes of two of our members.

Master Corporal Pamela Matthews : Radically Changing Life


Following a large weight gain following a road accident, MCpl Matthews decided to take control and take care of herself. In six months, she lost 60 pounds. Her meeting with Sergeant Cindy Dickson in 2004 would make her discover bodybuilding and change her life. From that moment, she trained, alone, two hours a day.
From 2004, MCpl Matthews has participated in national bodybuilding competitions and, since 2012, she has managed to stay in the top 5. In 2018, she obtained her professional card from the International Federation of Bodybuilding, which now allows her to participate in international competitions.

But to attain in this feat, you must be rigorous. "It's a lifestyle," says one who has to maintain a strict diet. "Eating is now a purpose, not fun." She is at the gymnasium at 4:45 a.m. every morning.

MCpl Matthews joined the CAF in 2005 at the age of 34 as ATIS Tech following the loss of her job. At that time, it was her veteran father who advised her to enlist. Actually based at the CFLRS, she works with candidates who have difficulty passing the FORCE test. Now, she gives back to the next by transmitting pro bono her bodybuilding knowledge.

Sergeant Caroline Chartrand : Exploiting Your Potential


Sergeant Chartrand has always been active. From an early age, she participated in snowboarding competitions and excelled in individual sports. At the age of 16, she began her efforts to join the CAF and finally enlisted in 2007, at 20, as an aerospace control operator. Since then, she has been based in North Bay, Moose Jaw, Colorado Springs and Saint-Jean-sur-Richelieu. Winnipeg will be the next destination in a few weeks.

Sgt Chartrand learned about CrossFit and, indirectly, weightlifting in Moose Jaw. She saw her potential in this discipline and participated in her first competition in 2012, in a local park in Saskatchewan. Since then, she has accumulated exploits. In fact, she won three Canadian records in the last year in the 30-35 year old – 76 kg category, at the Quebec Master Championship and at the CMWFHCM Nationals. Her goal is to participate in international competitions, which she can do as soon as she turns 35. Until then, a little break for the arrival of the first baby, which will require getting back into shape in the fall and returning to competition.

In addition to being an accomplished weightlifter, Sgt Chartrand trains other fans of the sport and is studying to obtain a bachelor's degree in psychology from the University of Manitoba. In the near future "an international podium would be extraordinary" she mentions.

Would you like to read Servir in its entirety? Click here to access the PDF.