Les Fusiliers de Sherbrooke rayonnent à l’étranger

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

29 janvier 2020 - Yves Bélanger, Servir

Les caporaux Jessica Stacey et Maxime Walsh, membres de la Musique des Fusiliers de Sherbrooke, ont eu l’occasion de passer deux années à York, en Angleterre. Grâce au programme d’ententes sur le service extérieur des Forces de réserve (ESEFR), ils ont pu servir avec la Musique du régiment du Yorkshire, et ainsi rester actifs dans leur carrière militaire.


La Musique des Fusiliers de Sherbrooke a retrouvé avec plaisir les caporaux Maxime Walsh et Jessica Stacey. (Photo : courtoisie)

Lors de leur séjour, ils ont participé à de nombreux événements militaires, au pays comme à l’étranger. Le Cpl Walsh a notamment été déployé en Lituanie durant l’exercice Iron Wolf II, où l’ensemble a donné une série de concerts et participé aux événements du jour du Souvenir. Ils sont également allés à Loreley en Allemagne pour participer à un tattoo militaire, et ont assisté aux cérémonies du 75e anniversaire du débarquement de Normandie.

« Être en Normandie pour le 75e anniversaire était vraiment spécial. Nous avons pu être témoin du dévoilement du nouveau mémorial britannique [...] et parler aux gens qui étaient présents durant le débarquement, c’était réellement incroyable », indique le Cpl Stacey.

S’ils ont eu la chance de participer à de nombreux événements, il n’en reste pas moins qu’ils étaient réservistes, et qu’ils occupaient donc un emploi à temps plein pendant leur séjour. Le Cpl Stacey enseignait dans des classes de 2e et 3e année d’une école en bordure le Leeds, tandis que le Cpl Walsh travaillait comme ingénieur de procédé avec la compagnie Toyoda Gosei. Leur périple a été possible entre autres grâce au visa jeunesse tier V du Royaume-Uni pour les 18 à 30 ans, qui leur a permis de travailler durant deux ans en territoire britannique.

Grâce au programme ESEFR, Maxime et Jessica ont pu poursuivre leur passion musicale et jouer avec une musique militaire à l’étranger. Ils ont rapidement été intégrés à l’ensemble, et se sont sentis accueillis dès leur arrivée. Ils ont toutefois noté des différences entre les ensembles de la Réserve canadienne et britannique.

« C’était plus actif au niveau des événements publics. Il y a beaucoup plus de visibilité avec le public dans l’armée britannique. [...] Les gens nous voient, ils voient l’armée, ils voient les musiciens », mentionne le Cpl Walsh.

Revenus en septembre dernier, ils réalisent l’envergure de leur séjour à l’étranger : les amitiés formées avec les musiciens du régiment de Yorkshire, les voyages qu’ils ont effectués avec la musique et lors de leurs congés, sans parler des souvenirs qu’ils emportent avec eux.

« C’est un peu difficile d’être de retour à la maison, car nous sentons que nous avons laissé une partie de nous-même là-bas. Je recommande à tout le monde de le faire, mais sachez que vous sentirez une partie de vous rester en Angleterre », signale le Cpl Stacey.

Ils se sont toutefois senti un peu de retour en Angleterre lors de l’exercice Musicien Aguerris, d’une durée d’une fin de semaine, durant lequel la Musique des Fusiliers de Sherbrooke fait des pratiques intensives de musique, une formule qui fait aussi partie du programme de la Musique du régiment de Yorkshire depuis plusieurs années.

« Le fait de se retrouver tous les musiciens ensemble pendant plusieurs jours, de créer des liens autant professionnels [...] que personnels pour apprendre à mieux se connaître. [...] J’étais content de voir que c’était quelque chose de nouveau avec les Fusiliers, pouvoir focuser une fin de semaine complète avec la musique », conclut le Cpl Walsh.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.