FIGHTING WARRIOR 2020 : des missions de tir nombreuses et variées

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

16 janvier 2020 - Sous-lieutenant Julie Turcotte, 34e Groupe-brigade du Canada

Environ 200 militaires provenant principalement du 34e Groupe-brigade du Canada (34 GBC) ont participé à l'exercice FIGHTING WARRIOR du 3 au 12 janvier dernier. Cette année, l'exercice qui s'est déroulé à Fort Pickett sur le camp de la Virginia Army National Guard visait à entraîner une batterie d'artillerie.


L’exercice a eu lieu 3 au 12 janvier derniers à Fort Pickett sur le camp de la Virginia Army National Guard. Photo : Cpl Luc Desjardins – 34 GBC

Des membres du 6e et du 62e Régiment d'artillerie de campagne (RAC) se sont joints aux militaires du 2 RAC pour compléter leur entraînement grâce à plusieurs missions de tir. Tout au long de la semaine, les réservistes ont effectué des missions de tir simples et complexes, des tirs de harcèlement, des tirs de pratique à vue et des tirs d'embuscade.

Peloton de leadership

Un peloton de leadership, formé par des membres de diverses unités du 34 GBC, a appris à effectuer des demandes de tir toutes armes. Après la salle de classe et le simulateur, les membres du peloton de leadership ont eu la chance de mettre en pratique leurs nouvelles connaissances lors des champs de tir réels avec l'artillerie.

« Ce qui m'excite le plus, c'est d'aller sur le terrain, de demander la mission de tir et de pouvoir faire les corrections avec de vrais obus », indique le sergent Quentin Szumski, des Fusiliers Mont-Royal et candidat du peloton de leadership.

Sans l'aide du 34e Régiment des transmissions et des métiers de soutien provenant du 34e Bataillon des services et du Régiment de Hull, les objectifs de l'exercice FIGHTING WARRIOR n'auraient pu être atteints aussi efficacement.

L'an prochain, ce sont les réservistes du 35e Groupe-brigade du Canada qui devraient avoir l'opportunité de s'entraîner à Fort Pickett. Nous espérons que leur expérience sera aussi enrichissante que la nôtre l'a été.

Plus de temps et de défis


L’exercice FIGHTING WARRIOR a été très enrichissant pour les réservistes qui y participaient. C’est ce qu’affirment les militaires interrogés.

« Nous avons accès ici à des équipements que nous n’avons pas au Québec. C’était bien de pouvoir tester nos compétences sur ces derniers », explique le sous-lieutenant Tannit Haddad, du 34e Bataillon des services. Celle-ci, qui en était à sa première expérience à l’exercice FIGHTING WARRIOR, y a participé au sein du peloton de leadership formé de réservistes appartenant aux diverses unités du 34e Groupe-brigade du Canada (34 GBC).







Le sous-lieutenant Tannit Haddad, du 34e Bataillon des services. Photo : Cpl Luc Desjardins – 34 GBC

Quant à lui, le sergent Robin Johnston, du 2e Régiment d’artillerie de campagne, en était à sa deuxième participation à l’exercice. « Lors de ma première visite en 2013, j’étais artilleur. Cette fois, je suis commandant de pièce. » 

Entouré d’un équipage formé de huit autres réservistes, le Sgt Johnston avait la responsabilité d’un canon. Il avoue avoir adoré son expérience. « Contrairement aux exercices que nous faisons par exemple à la Base Valcartier lors de fins de semaine, nous avions plus le temps de nous entraîner et de vivre l’expérience. »







Le sergent Robin Johnston, du 2e Régiment d’artillerie de campagne. Photo : Cpl Luc Desjardins – 34 GBC

Tir réel direct et tir antichar étaient entre autres au programme des neuf jours de l’exercice militaire. « Ce sont des tirs qu'on a rarement l’opportunité de faire », rappelle-t-il. Le réserviste a particulièrement apprécié le fait de ne pas connaître le terrain d’entraînement par cœur comme c’est le cas avec celui de la Base Valcartier. « À Fort Pickett, l’utilisation des cartes a donc été primordiale autant pour les tirs de jour que de nuit afin de trouver les rues où nous devions agir. Cela représentait un défi supplémentaire. »


Pour voir des photos et vidéos supplémentaires, cliquez sur ce lien pour accéder à la page Facebook du 34 GBC.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.