Une collaboration qui mène à la qualification de maître d’insertion par hélicoptère

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 décembre 2019 - Sergent Idir Belhocine, instructeur, ELRFC

Sept instructeurs de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) se sont récemment joints au cours de maître d’insertion par hélicoptère (MIH) organisé par le 3e Bataillon, Royal 22e Régiment (3 R22eR) à Valcartier. 


Commencée à Trenton, la formation MIH n’a pas pu être terminée à cause de conditions météo difficiles. Comme cette formation est constituée de plusieurs modules, il était nécessaire pour nos instructeurs de finaliser la portion manquée et ainsi éviter des délais dans leur qualification, essentielle pour la supervision de candidats à la tour de rappel.


Le 430e Escadron tactique d’hélicoptères a fourni un Griffon CH-146 et l’équipage nécessaire pour exécuter tous les exercices nécessaires à la qualification. (Photo : courtoisie)

Grâce à la coopération du 3 R22eR qui a accueilli nos instructeurs, il a pu être possible de finaliser le module « insertion maritime », qui consiste à sauter à l’eau avec son équipement. Le tout s’est déroulé dans la rivière Jacques-Cartier, dans une eau à 41 degrés Celsius. 

La collaboration : une arme essentielle

Plusieurs unités ont participé au succès de cet exercice, chacune à sa façon. Le 3 R22eR a fourni l’équipement nécessaire en fonction de la météo. Le 430e Escadron tactique d’hélicoptères a fourni un Griffon CH-146 et l’équipage pour pouvoir exécuter tous les exercices nécessaires à la qualification. Une fois dans la rivière, les ingénieurs du 5e Régiment du génie de combat étaient aussi présents pour assurer le déroulement sécuritaire des répartiteurs de rappel en utilisant leurs bateaux d’assaut. 

Ce fut une belle réussite et un bel exemple de collaboration entre plusieurs corps de métiers et unités de façon à ce que l’expertise et la qualification HIM soient maintenues. En ce qui concerne les instructeurs de l’ELRFC, sans cette disponibilité et cette coopération avec l’organisation de Valcartier, ils auraient perdu leur qualification, ce qui aurait fait obstacle à l’entraînement des candidats.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.