Un travail d’équipe dans le monde du génie de combat

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

Capitaine Benjamin Boucher-Fassett, commandant troupe Ressource, 55e escadron, 5e Régiment du génie de combat

Plus d’une centaine de réservistes provenant de Montréal, Rouyn-Noranda et Québec se sont prêtés à un entraînement commun avec le 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) dans les secteurs d’entraînements de la Base Valcartier. 

L’exercice SAPEUR CAPACITÉ visait à mettre en pratique les capacités spécialisées du génie tout en favorisant la collaboration et le partage de connaissances entre les trois unités du génie de combat de la 2e Division du Canada (2 Div CA), soit le 5 RGC, le 34 RGC et le 35 RGC.


Un sapeur s’affaire à l’élimination d’une munition conventionnelle. (Photo : Cpl F. Belleau – 5 RGC)

Les opportunités d’entraînement conjoint de grande envergure se sont faites rares ces dernières années. Toutefois, les expériences récentes des ingénieurs de la 2 Div CA lors des opérations LENTUS en 2017 et 2019 furent un humble rappel de l’importance du maintien des capacités spécialisées, du bénéfice de l’esprit collaboratif interunités et de l’importance de forger des liens durables afin d’être en mesure de répondre aux mandats expéditionnaire et domestique de la 2 Div CA. 

Cet exercice, qui a duré deux semaines, a permis au 5 RGC de se concentrer sur les capacités de neutralisation d’engins explosifs, de fouille, de capacité d’ouverture d’itinéraires de circonstance, de purification d’eau, de plongée et de manœuvres en bateau d’assaut. Il a également permis d’effectuer des projets de construction et de machineries lourdes en collaboration avec l’Unité des opérations immobilières, détachements Valcartier. Les trois unités ont aussi combiné leurs efforts les 26 et 27 octobre afin pratiquer la démolition explosive et construire un pont de type ACROW. 

Grâce à un effort soutenu, une troupe de 24 sapeurs du 35 RGC, supportée par les opérateurs en équipements lourds du 5 RGC, a mené à bien la construction d’un pont de type ACROW. Celui-ci comptait 12 baies avec doubles panneaux renforcés ; il était d’une longueur de 36,6 m et avait une portance plus grande que celle du pont Cadieux. Ce pont, une ressource divisionnaire, n’avait pas été construit dans son entièreté depuis plusieurs années. Une telle construction était donc une première pour la majorité des sapeurs présents, qui ont rapidement réalisé l’ampleur d’un tel projet. La construction a permis de tisser des liens importants entre les membres des régiments et de confirmer une capacité divisionnaire rarement utilisée. 

Pendant ce temps, le 34 RGC s’est donné le mandat de parfaire ses connaissances en démolition. À l’occasion d’un champ de tir, l’unité a fourni un escadron de 80 sapeurs qui ont coupé et détruit plusieurs billots de bois, blocs de béton et morceaux d’acier utilisant différentes techniques d’attaques à l’aide d’explosifs. 

À travers cet exercice et en partageant un repas lors d’une activité de cohésion tenue au 5 RGC, les membres des trois régiments ont bénéficié d’une belle opportunité d’échanger techniques et expériences. Alors qu’une concentration de cette ampleur entre les unités du génie de la Première réserve et de la Force régulière ne s’était pas vue depuis longtemps, l’exercice SAPEUR CAPACITÉ servira d’exemple et de plateforme d’entraînement génie pour les années à venir.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.