Le plaisir de se surpasser

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 décembre 2019 - Yves Bélanger, Servir
 
Moniteur en conditionnement aux Programmes de soutien du personnel à la Garnison Saint-Jean, Vincent Dion est, depuis deux ans, un véritable mordu de la dynamophilie. Actuellement, il occupe la deuxième position au Québec chez les hommes de moins de 74 kg et la septième place au Canada.

C’est un collègue de travail qui a fait remarquer à Vincent Dion qu’il avait beaucoup de force pour sa taille. « C’est lui qui m’a parlé de la possibilité de pratiquer la dynamophilie. » Il s’est donc mis à l’entraînement et s’est inscrit à ses premières compétitions. Il a vite compris que cette discipline sportive était tout indiquée pour lui. « Dès le départ, je me trouvais dans les premiers de ma catégorie au classement. »


Vincent Dion lors d’un championnat de dynamophilie. (Photo : courtoisie)

Il soutient que la dynamophilie est de plus en plus populaire au pays. « C’est un sport en pleine expansion. Lors de mon premier championnat national il y a deux ans, il y avait 600 participants de moins que maintenant. »

L’athlète avoue consacrer près de deux heures par jour à la pratique de son sport, et ce, cinq jours par semaines. Jusqu’à maintenant, il dit ne pas avoir eu besoin d’un entraîneur. « Je suis très discipliné dans mon entraînement et de compétition en compétition, je continue de progresser. Je me dis que le jour où ma progression se stabilisera, je ferai peut-être appel à un entraîneur pour qu’il me pousse encore plus loin. »

Vincent Dion est tellement passionné de ce sport que depuis près d’un an, il est appelé à travailler comme juge lors de certaines compétitions régionales. « J’ai obtenu mon accréditation de la Fédération québécoise de dynamophilie en janvier dernier. »

Record provincial

En novembre, lors du Championnat provincial de dynamophilie, Vincent Dion a battu le record provincial au développé couché (bench press) en levant 158,5 kg (349,43 lbs). « Je suis très fier de cela. Ça démontre que je continue à évoluer en tant qu’athlète. »

Son principal défi pour 2020 sera d’atteindre les objectifs qu’il s’était fixés il y a deux ans. « Je m’étais donné ce temps pour arriver à lever 249 kg (550 lbs) à la flexion sur jambes (squat), 161 kg (355 lbs) au bench press et 254 kg (560 lbs) au soulevé de terre (deadlift). Je vais tout faire pour y arriver. »


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.