Comment reconnaitre la dépression saisonnière ?  

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

CLICK HERE TO ACCESS THE ENGLISH VERSION

11 décembre 2019 - Oana Bejenariu, T.S., coordonnatrice Prévention, santé et intervention

Plusieurs études en font état : de nombreuses personnes souffrent de dépression saisonnière, à la même période, chaque année. Généralement, pendant l’hiver lorsque la lumière naturelle se fait plus rare.


Les beaux jours de l’été dernier semblent déjà loin, et ceux du printemps à venir ne sont pas proches. Pourtant, s’armer de patience n’est pas toujours suffisant. En effet, notre organisme a besoin de lumière, essentielle pour notre bien-être. L’absence de soleil peut diminuer la qualité de vie ou entraîner des difficultés relationnelles, voire causer la dépression.



La caractéristique distinctive de la dépression saisonnière est de survenir à la même période chaque année, à l'automne ou à l'hiver. Les symptômes font généralement leur apparition vers le mois d'octobre et disparaissent en avril ou mai. Le diagnostic est porté si les symptômes ont été présents au moins deux hivers consécutifs avec rémission (guérison) complète à l'été. 

Ces symptômes ne sont pas très différents de ceux de la dépression dite « classique ». Selon Santé Canada, il s’agit de perturbations de la pensée et du comportement. Si vous ressentez un sentiment de désespoir, d’indifférence par rapport à la vie et aux proches, un sentiment constant de fatigue ou de manque d’énergie, vous pouvez commencer à envisager de parler avec un spécialiste. Pleurer sans raison apparente, l’incapacité à se concentrer ou à prendre des décisions, les pensées suicidaires, la perte d’appétit, une modification dans les habitudes de sommeil, ou encore des maux de tête et troubles digestifs fréquents sont d’autres symptômes qui peuvent vous faire à penser à la dépression. 

Si vous vous trouvez dans une telle situation, vous pouvez contacter le Centre de ressources pour les familles des militaires Montréal. Un numéro unique est désormais en place pour toute nouvelle demande de services en intervention psychosociale, et ce, sur tout le territoire : appelez au 450 462-8777, poste 6821.

Qui en souffre ? 

Des statistiques officielles du gouvernement et des études du site psychomedia.qc.ca nous montrent qu’au Canada : 

- environ 11 % des hommes et 16 % des femmes feront une dépression majeure au cours de leur vie. 
- environ 15 % à 25 % de la population ressentiraient les symptômes d’une dépression à un niveau variable pendant les mois d'automne et d'hiver. Parmi eux, soit 4 % à 6 % de la population, les symptômes sont plus sévères et il s'agit d'une véritable dépression. 
- les femmes sont 3 à 4 fois plus touchées que les hommes par la dépression.   

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.

 


Recognizing seasonal depression


Oana Bejenariu, S.W., Prevention, Health and Intervention Coordinator

A number of studies refer to seasonal depression: Many people suffer from seasonal depression during the same period, every year. It is usually during the winter when there is less natural light.


The nice days from last summer are already a distant memory, and spring is far off. Moreover, it is not always enough just to be patient. Our whole body needs light, which is essential for our well-being. The absence of sunlight can reduce our quality of life, lead to relational difficulties and even cause depression.



The distinctive feature of seasonal depression is that it occurs at the same time every year, in the fall or winter. Symptoms usually appear around October and disappear in April or May. Diagnosis is made if symptoms have been present for at least two consecutive winters with complete remission (healing) in the summer. 

These symptoms are not very different from those of “classic” depression. According to Health Canada, they are disruptions in thinking and behaviour. If you feel a sense of despair, indifference to life and loved ones, a constant feeling of fatigue or lack of energy, you should consider talking to a specialist. Crying for no apparent reason, inability to concentrate or make decisions, suicidal thoughts, loss of appetite, changes in sleep patterns, or frequent headaches and digestive disorders are other symptoms similar to depression. 

If you find yourself in such a situation, you can contact the Military Family Resource Centre, Montreal Region. We now have a single number for all new requests for psychosocial intervention services throughout the country. Please call at 450 462-8777, ext. 6821.

Who suffers from it? 

Official statistics from the government and studies available on the psychomedia.qc.ca website indicate that in Canada: 

- Approximately 11% of men and 16% of women will suffer from a major depression during their lifetimes. 
- Approximately 15% to 25% of the population will experience symptoms of depression at variable levels in the fall and winter months. Moreover, for 4% to 6% of the population, symptoms will be more serious, and it will be a true depression. 
- Women are three to four times more affected by depression than men. 

Would you like to read Servir in its entirety? Click here to access the PDF.