Exercice BASTION VERROUILLÉ : une première à la Garnison Montréal

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 décembre 2019 - Sous-lieutenant Daniel Pineda-Revelo, officier d’affaires publiques, Groupe de soutien de la 2e Division du Canada

Les employés militaires et civils de la Garnison Montréal ont eu droit à toute une surprise le 28 novembre à 8 h lorsque l’alerte de tireur actif a été lancée. Avec un grand niveau de professionnalisme et beaucoup de planification, l’exercice visant à valider les mesures prises lors d’incidents critiques a été un succès. 



Les policiers militaires capturent le tireur actif, le caporal Alfred Pinkenberg. (Photo : Cpl Tsotas)

La Garnison Montréal offre plusieurs services pour les militaires et vétérans, certains ayant vécu des expériences traumatisantes durant leurs services. Le 41e Centre des services de santé des Forces canadiennes et les Programmes de soutien au personnel ont établi plusieurs mesures permettant de limiter le nombre de personnes pouvant subir un choc causé par l’exercice. Ayant sensibilisé les visiteurs de la garnison, les citoyens habitant dans le quartier et les partenaires locaux, il ne restait qu’à attendre le jour J. 

Le tout a débuté à 7 h lorsque les membres de la Police militaire participant à l’exercice ont pris possession des armes de simulation. Quelque 40 minutes plus tard, les caporaux Alfred Pinkenberg et Dominic Talbot, du Service des opérations du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada, ont pris d’assaut le gymnase de la Garnison. Le scénario sitôt commencé, certains militaires se trouvant dans les environs n’ont pas perdu de temps et se sont barricadés dans un endroit sécuritaire. Avisée par la Centrale d’appel d’urgence de la Garnison Saint-Jean, les policiers se sont rendus sur les lieux.

La communication est un élément clé lors de pareilles situations, qu’il s’agisse d’un tireur actif, d’une alerte à la bombe ou d’une prise d’otage. Certains systèmes d’alerte tels que l’utilisation des téléphones fixes en tant que haut-parleurs et des annonces sur les écrans d’ordinateur ont permis d’alerter le personnel de la Garnison qui se trouvait déjà dans leurs lieux de travail. En temps de crise, le suivi des procédures de confinement, qui incluent de cesser toute activité, fermer les lumières et se confiner à leur lieu de travail était évalué dans chaque bâtisse. 

Sous les yeux de plusieurs évaluateurs, les policiers ont confronté Cpl Pinkenberg qui se promenait, armé, près du Centre de ressources humaines militaires. Après avoir neutralisé le premier tireur, l’équipe tactique s’est rapidement dirigée vers le gymnase afin d’y trouver la deuxième menace connue. Vérifiant un local à la fois, les policiers ont réussi à identifier Cpl Talbot qui se tenait dans un coin du gymnase puis ils ont libéré les individus confinés dans la salle d’équipements. 

Deux agents du Service de police de la Ville de Montréal se sont joints à l’exercice en tant qu’observateurs afin de mieux comprendre nos mesures de sécurité, anticipant une possible participation lors d’un futur BASTION VERROUILLÉ. 

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.