Maxine Llewelyn Bredt se souvient

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

6 novembre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Aujourd’hui âgée de 100 ans, Maxine Llewelyn Bredt, une résidante de Hudson en Montérégie, se souvient bien de la Deuxième Guerre mondiale. En janvier 1944, elle s’est jointe aux 93 000 Canadiens qui ont servi en Italie.


Âgée de 24 ans, le lieutenant (retraité) Maxine Llewelyn venait tout juste de terminer sa formation d’infirmière quand elle a décidé de s’enrôler dans les Forces armées canadiennes (FAC). « Je voyais ce qui se passait et j’ai eu envie de faire ma part, car les infirmières étaient rares dans l’armée. » Bien entendu, ses parents étaient inquiets lorsqu’elle a annoncé son intention de se joindre à l’Armée canadienne. « Ils comprenaient toutefois pourquoi je le faisais. »


Âgée de 100 ans, Maxine Llewelyn Bredt pose fièrement pour l’affiche d’Anciens Combattants Canada. (Photo : Anciens Combattants Canada)

Après un bref passage en Angleterre, elle a été affectée au 14e Hôpital général canadien, en Italie. Là-bas, elle a aidé à soigner les malades et les blessés. « Notre but était de rendre la vie des soldats la plus confortable possible. »
Est-ce utile de dire que les moments passés là-bas ont été troublants. « Nous étions confrontés quotidiennement à des cas de blessures par balle. Certains soldats devaient être amputés, d’autres étaient défigurés. Les conditions étaient difficiles. » Plusieurs images atroces resteront longtemps gravés dans sa mémoire.

En vedette

Pour la première fois cette année, Anciens Combattants Canada a décidé de mettre une infirmière en premier plan sur l’affiche de promotion de la Semaine des anciens combattants qui se déroule du 5 au 11 novembre. Le lieutenant retraité Maxine Llewelyn Bredt porte pour l’occasion son uniforme qu’elle a soigneusement préservé. Elle est particulièrement fière de cela. « Ma seule déception est qu’ils ne voulaient pas que je sourie pour la photo. Je me trouve laide », lance-t-elle en riant.

Elle est contente que le travail des femmes au cours de cette guerre soit reconnu. « Ce sont souvent les hommes qui ont été honorés lors des défilés du jour du Souvenir, mais il ne faut pas oublier que des femmes ont également participé à ce conflit. »

Quand on lui demande ce qu’elle pense du nombre grandissant de femmes qui s’enrôlent aujourd’hui dans les FAC, Maxine Llewelyn Bredt répond sans hésitation : « Si elles éprouvent le besoin de le faire, il faut qu’elles le fassent. Elles ont leur place dans cette organisation. »

Mère de quatre enfants

Après la guerre, Maxine Llewelyn a quitté l’armée. Elle s’est ensuite mariée à Bill Bredt, un ancien membre de l’Aviation royale canadienne. Le couple s'est installé à Hudson et y a élevé ses quatre enfants. Maxine Llewelyn Bredt et son conjoint ont travaillé pour Trans-Canada Airlines, l’entreprise qui a précédé Air Canada, Bill comme pilote et Maxine comme agent de bord.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.