La force faite femme

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

6 novembre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Le sergent Caroline Chartrand, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, est plus qu’une passionnée de l’haltérophilie. En avril dernier, elle a terminé première chez les femmes de 30 à 35 ans dans la catégorie 76 kg au Championnat canadien d'haltérophilie des maîtres. 


Le Sgt Chartrand a terminé cette compétition en première place avec un arraché de 76 kg et un épaulé-jeté de 86 kg, pour un total de 162 kg. « Je détiens maintenant le record parmi les femmes de ma catégorie », lance-t-elle fièrement. 


Le sergent Caroline Chartrand, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, est la meilleure haltérophile au Canada chez les femmes de 30 à 35 ans, 76 kg. (Photo : courtoisie)

La militaire dit être une grande sportive depuis son enfance. « À 9 ans, je participais à des compétitions de planche à neige. » Sa passion pour l’haltérophilie a débuté en 2011, alors qu’elle est devenue une adepte du CrossFit. « C’est à ce moment que j’ai levé des haltères pour la première fois et que j’ai pris conscience de ma force physique. » Un an plus tard, elle participait à sa première compétition d’haltérophilie.

En 2013, alors qu’elle est mutée au Colorado, l’athlète militaire rencontre plusieurs haltérophiles d’expérience. « Je n’en revenais pas de m’entraîner aux côtés de légendes américaines. J’ai beaucoup appris à leurs côtés au niveau technique. »

De 2014 à 2016, le Sgt Chartrand participe au Championnat du Québec d’haltérophilie et continue de se démarquer. C’est une fois revenue officiellement au Québec, en 2017, qu’elle se lance à fond dans les compétitions. « J’en ai fait trois au cours de cette année. » L’an dernier, elle a réussi à atteindre le niveau des maîtres. « J’étais tellement fière. Il est rare que des haltérophiles y arrivent en si peu de temps. » Cette année, elle a donc commencé à se mesurer aux meilleures femmes du pays et à battre le record dans sa catégorie.

Pour arriver à cela, la militaire dit s’entraîner en moyenne 16 heures par semaine. « Pour moi, ce n’est pas exigeant, car j’aime cette discipline et tout ce qu’elle m’apporte, notamment au niveau de la confiance en soi. »

C’est en février 2020 que le Sgt Chartrand commencera sa prochaine saison de compétition. En attendant, elle s’entraîne sans relâche pour toujours se surpasser. « Mon objectif est d’augmenter de 3 kg à l’épaulé-jeté. Jusqu’à maintenant, je n’ai jamais dépassé 90 kg. »

Elle attend également avec impatience d’avoir 35 ans pour pouvoir se mesurer aux meilleurs haltérophiles féminins du monde. « Avant cet âge, les candidates ne sont pas acceptées au niveau international. Je n’ai jamais eu si hâte de vieillir », lance-t-elle en riant.

Partager sa passion

En plus de s’entraîner, le Sgt Chartrand a un grand plaisir à partager sa passion avec d’autres adeptes de cette discipline sportive. « Je détiens la qualification USA Weightlifting Level 1 depuis 2013, ce qui me permet aussi d’entraîner. »
Elle est entre autres entraîneuse bénévole d’haltérophilie chez CrossFit St-Jean. « J’ai eu la chance d’entraîner un espoir du Québec au Championnat senior du Québec en 2018 ainsi que lors de la compétition du 20 octobre 2018 tenu au CrossFit de La Cité, à Vaudreuil-Dorion. » 

Au cours de la dernière année, le Sgt Chartrand a également aidé l’équipe des Programmes de soutien du personnel avec le programme d’haltérophilie. 

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.