Élever un enfant handicapé

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

21 novembre 2019 - Cavalier Benjamin Dionne-Houle, Escadron D, 12e Régiment blindé du Canada

N.D.A. Ce texte vise à expliquer la vie familiale de militaire combinée à la situation particulière qui est d’élever un enfant atteint d’un handicap. Je partage ici ma réalité, qui touche beaucoup plus de personnes qu’on ne le croit. Des situations qui peuvent être tellement différentes, mais aussi difficiles pour nous et nos proches.


Le cavalier Benjamin Dionne-Houle et sa fille Tessa. (Photo : courtoisie)


Ma fille, Tessa, est née le 14 avril 2016. À l’âge de six mois, des spécialistes apprennent à ma conjointe et à moi-même qu’elle est atteinte de dysplasie du nerf optique avec presbytie. Au même moment, l’ophtalmologiste nous annonce que notre fille est complètement aveugle. Par miracle, cette condition s’améliore graduellement, c’est-à-dire que le nerf optique réussit à atteindre une grosseur qui permet à Tessa de voir seulement d’un œil. Elle aurait de plus développé des trucs instinctifs qui lui permettent de fonctionner sans trop de restrictions au quotidien. 

Malgré l'amélioration de sa condition, Tessa doit rencontrer plusieurs spécialistes afin de trouver des solutions, passer des examens ou aider à son développement. Ophtalmologiste, ergothérapeute, optométriste, spécialiste en orientation et mobilité, pédopsychiatre sont parmi les spécialistes que Tessa rencontre plusieurs fois par année. Et sur une base régulière, une éducatrice spécialisée la suit à sa garderie située à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec.

En tant que militaire, une telle situation familiale exige énormément d’organisation. Ma conjointe et moi pouvons toutefois compter sur le soutien d’une chaîne de commandement très compréhensive, ce qui me permet par exemple d'accompagner ma fille à ses nombreux rendez-vous pendant mes heures de travail. Étant aux études pendant mon récent déploiement sur l’Opération REASSURANCE (ROTO 11), ma conjointe a aussi pu bénéficier de nombreux services offerts par le Centre de la famille de Valcartier. Bien évidemment, ces services ne comblent pas les plus grands besoins de ma fille, mais ils peuvent tout de même apporter une certaine aide, enlevant ainsi l’une des nombreuses charges des épaules de ma copine. À noter que nous n’avons pas la chance d’avoir des familles très proches pour donner un coup de pouce pendant mes départs.

En tant que militaire, on apprend aussi qu’il faut être flexible, être capable de s’adapter. Je crois que nous le vivons, non sans peine et difficulté, comme plusieurs autres parents dans ce monde. Ceci nous rend plus forts mentalement et se reflète au travail comme dans la vie de tous les jours. Je me suis toujours dit que si notre fille est tombée entre nos mains, c’est pour une raison. Comme tous les autres parents d’enfants vivant avec un handicap, nous devons passer à travers plusieurs épreuves qui nous rendent plus forts. Des services sont offerts aux parents militaires et nous nous devons de les utiliser et de les faire connaître pour que les personnes sachent qu’ils existent. 

Heureusement, toutes les unités sont compréhensives. Dans la chaîne de commandement, il y a des parents comme vous et moi, capables de comprendre et de soutenir un membre qui a des besoins particuliers en raison du handicap de son enfant. Je ne dis pas que c’est facile, car avec les départs ou les exercices, vous laissez votre conjoint ou conjointe seul ou seule dans la tempête. Mais au moins, vous savez que certains services sont à votre disposition.

Vous aimeriez contribuer au changement ?  
L’Équipe D + est formée d’employés militaires et civils qui oeuvrent bénévolement pour répondre aux préoccupations des membres de l’Équipe de la Défense et améliorer la qualité de vie au travail.

Les personnes handicapées, les femmes, les personnes LGBTQ2, les minorités visibles, les peuples autochtones, et les personnes de religions et spiritualités variées sont les groupes représentés par l’Équipe D+. N’hésitez pas à vous joindre à eux !

Information : SvcPersEquipeD@intern.mil.ca.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.