L’intégration doit se faire dans les deux sens

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

21 octobre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Dans le cadre du Mois du patrimoine latino-américain, le journal Servir a eu la chance de rencontrer le caporal-chef Leopoldo Arancibia-Rivera, instructeur à l'École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC). Ce dernier rappelle qu’il y a encore du travail à faire autant du côté des Canadiens de souche que des Canadiens d’autres origines ethniques pour qu’ensemble, ils ne forment qu’une seule et même population.



Le caporal-chef Leopoldo Arancibia-Rivera est instructeur à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes. (Photo : courtoisie)

C’est en 1989, alors qu’il était enfant, que le Cplc Arancibia-Rivera, sa mère et ses deux sœurs quittent le Chili pour venir s’établir au Québec. « Nous sommes venus retrouver mon père qui était arrivé deux ans plus tôt pour s’assurer que nous ne manquerions de rien à notre arrivée. »

Il explique que c’est pour des raisons politiques et économiques que ses parents ont quitté leur pays d’origine et sont venus s’établir en sol canadien. « Ils ont fait le choix déchirant de laisser leurs frères, leurs sœurs et leurs parents pour offrir à leurs enfants de meilleures conditions de vie et je leur en serai toujours reconnaissant. »

La petite famille s’établit en premier à Montréal-Nord. Il a fallu peu de temps pour qu’on fasse sentir au jeune Leopoldo qu’il était différent. « Nous étions dans un coin de Montréal où vivent principalement des Canadiens d’origines haïtienne et africaine. Ma peau de couleur caramel ne passait pas auprès de plusieurs d’entre eux. » Deux ans plus tard, la famille Arancibia-Rivera déménage à Laval où l’intégration devient beaucoup plus facile.

Vie militaire

C’est le 6 novembre 2001 que le Cplc Arancibia-Rivera s’enrôle au sein des Forces armées canadiennes (FAC). « Mon but était d’aller à l’étranger en tant que représentant de l’Organisation des Nations unies. » Il a donc commencé sa carrière comme fantassin. Toutefois, il n’a jamais travaillé comme Casque bleu. « J’ai été envoyé en mission en Afghanistan à deux reprises en 2004 et 2007. »

Au retour de sa deuxième mission, il demande de changer de métier. Il devient donc chauffeur de poids lourds. En 2016, sa mère étant malade, il demande à revenir dans la région de Montréal. C’est à ce moment qu’il arrive à la Garnison Saint-Jean. L’an dernier, il a obtenu un poste d’instructeur à l’ELRFC.

Différent

Le Cplc Arancibia-Rivera explique qu’à son arrivée dans les FAC, sa différence lui était fréquemment rappelée. « Certaines personnes imitaient ma façon de parler, d’autres me donnaient des surnoms. Ce n’était pas nécessairement méchant, mais à la longue, c’est devenu dérangeant. J’ai quand même décidé de me taire et d’accepter cette réalité pour ne pas envenimer la situation. »

Il soutient qu’au fil des ans, il a constaté que la différence était de plus en plus acceptée. « Il n’y a rien de parfait, mais c’est beaucoup plus facile. Ça se sent que les mentalités ont évolué à ce sujet. »
Il termine en invitant les différents groupes minoritaires à ne pas se limiter à attendre que les gens changent et à poser des gestes concrets. « L’intégration doit se faire dans les deux sens. C’est bien d’organiser des activités afin de faire connaître et mettre en valeur la communauté asiatique ou latino, par exemple. Mais si on veut que les choses changent, il faut que ces groupes ouvrent leurs portes aux autres, qu’ils soient blancs ou issus de minorités. On ne peut pas demeurer des groupes fermés sur nous-mêmes. »

Vous pouvez changer les choses

La diversité et l’inclusion sont une priorité pour la 2e Division du Canada. Les minorités visibles, les femmes, les personnes LGBTQ+, les personnes handicapées, les peuples autochtones et les personnes de religions et spiritualités variées sont les groupes représentés par l’Équipe Diversité +. Composée d’employés militaires et civils qui oeuvrent bénévolement, l’Équipe D+ vise à améliorer la qualité de vie au travail de tous. 
Information : SvcPersEquipeD@intern.mil.ca.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.

Des lectures supplémentaires sur la diversité dans les Forces :

- La force de la diversité : le capitaine Duc-Hoang Tran et le lieutenant de vaisseau Huy Huynh témoignent à l'occasion du mois du patrimoine asiatique (2019-05-23)
- Accepter la différence : journée contre l'homophobie (2019-05-23)
- Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones (2019-05-08)
- Un espace pour tous : salle multiconfessionnelle de l'aumônerie (2019-05-08)
Un moment en l'honneur des femmes militaires : Exercice YOGA du 8 mars et témoignages des majors Eve Rioux et Emmanuelle Dompierre (2019-03-27)