Une belle initiation à la vie militaire

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

9 octobre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Le vendredi 27 septembre, à la Garnison Saint-Jean, se tenait la cérémonie de fin de cours du Programme d'enrôlement des Autochtones des Forces canadiennes (PEAFC). La rotonde de la Méga était bondée alors que l’on célébrait la réussite des 11 candidats venus d’un peu partout au Canada pour participer au programme.

Présent à titre d’officier réviseur, le lieutenant-général Wayne Eyre, commandant de l’Armée canadienne, a tout d’abord félicité les participants. « Vous avez toutes les raisons d’être fiers de ce que vous avez accompli. » Il a également remercié l’équipe de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) pour l’administration du PEAFC. « Je tiens à souligner les efforts des membres du personnel et des instructeurs qui ont travaillé d’une manière acharnée pour offrir l’orientation, le soutien et les connaissances nécessaires à la réussite du programme. »

L’aîné mohawk, M. Sonny Diabo, a également félicité les Autochtones pour avoir complété avec brio ces trois semaines de familiarisation à la vie militaire. Il a également porté à leur attention l’importance de ne pas oublier leur culture et leurs traditions. « Je vous invite à apprendre la langue de vos ancêtres afin de vous souvenir d’où vous venez. »

Deux candidats honorés

Au cours de la cérémonie, deux des participants au PEAFC ont reçu des mentions spéciales. Premièrement, Shylowe Bryan, d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, a reçu la mention Tommy Prince décernée au candidat qui, selon les instructeurs, a démontré le plus d’enthousiasme, de coopération, d’inspiration, d’esprit d’équipe et d’intégrité.


La candidate Shylowe Bryan et le lieutenant-général Wayne Eyre. Photo : Christian Jacques – ELRFC


Par la suite, les organisateurs ont remis à Tyson Avakana, d’Ulukhaktok dans les Territoires du Nord-Ouest, la mention des Sept enseignements sacrés décernée au candidat qui, selon ses pairs, a le mieux démontré les sept enseignements sacrés : sagesse, respect, amour, honnêteté, bravoure, humilité et vérité.


Le candidat Tyson Avakana avec, à sa gauche, Sylvain Arbour et Francine Beaudry, deux vétérans des Forces armées canadiennes.
Photo : Christian Jacques – ELRFC


La cérémonie s’est terminée par des prestations de danse et de musiques autochtones.

Un programme adapté

Le PEAFC est un cours spécial de trois semaines à l’intention des Autochtones qui songent à entreprendre une carrière dans les Forces armées canadiennes (FAC). Il leur permet de se familiariser avec la vie miliaire et la profession des armes tout en conservant leur culture. 

Dispensé par l’ELRFC, le programme permet aux candidats d’acquérir une expérience pratique de l’instruction, des carrières et du mode de vie militaires. Nul n’est tenu de s’enrôler dans les FAC à l’issue des trois semaines. Toutefois, en moyenne, près de 90 % des participants manifestent le désir de se joindre aux FAC. 

Tout au long de leur passage à l’ELRFC, les participants ont pu découvrir l’histoire des Autochtones au sein des FAC. Ils ont aussi participé à des exercices semblables à ceux effectués dans le cadre de l’instruction de base, dont les inspections matinales, les activités quotidiennes de conditionnement physique et de sport, l’orientation avec boussole et carte, le maniement élémentaire des armes ainsi que les exercices militaires.

Consultez la page Facebook de l'École de leadership et de recrues des Forces canadiennes pour voir des photos supplémentaires.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.

D'autres articles sur la présence autochtone dans les Forces armées canadiennes

- Programme Carcajou : une première cohorte de finissants (2019-08-14)
- Les tresses et la spiritualité autochtone (2019-06-19)