Dans la peau du soldat, l’espace d’une journée

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

9 octobre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Pendant quelques heures, une conseillère en communication et une stagiaire du Bureau de l’engagement des partenaires stratégiques – Est du Canada, Élodie Pestel et Megan Morin-Gendron, ont pu goûter à la réalité de la vie militaire dans le cadre de l’Exercice COLLABORATIVE SPIRIT. C’est avec plaisir que celles-ci ont accepté de nous partager leur expérience. 



Allison McCaskill (Université Dalhousie) et Megan Morin-Gendron (stagiaire au BEPS-Est – étudiante à l’Université de Sherbrooke) échangent avec le caporal Étienne Hervieux (1er Bataillon, Royal Canadian Regiment, Petawawa). Photo : Élodie Pestel

 Le 27 septembre au matin, un groupe de participants de la région de Montréal, dont faisaient partie les deux femmes, a pris le départ en direction de la Base de soutien de la 4e Division du Canada Petawawa. Dès leur arrivée, les soldats d’un jour ont été invités à se rendre sous une tente pour revêtir leur uniforme de combat. « Par la suite, ils nous ont emmenés vers les champs de tir où nous avons pu apprendre à utiliser les armes », explique Mme Pestel.

Une fois la formation de base effectuée, les participants ont eu droit à un briefing au cours duquel on leur a appris qu’ils devraient prendre d’assaut une zone urbaine située un peu plus loin. Munis de leurs équipements, les membres de l’équipe ont dû se rendre au point d’attaque. « C’est à ce moment que j’ai réalisé à quel point les militaires doivent avoir une forme physique exemplaire. Ce n’est pas évident de se déplacer sur une longue distance avec autant de poids sur le dos », explique Megan Morin-Gendron.

Mais la journée ne s’arrêtait pas avec la prise de contrôle du village. Le groupe a dû se rendre par la suite sur une plage un peu plus loin pour repousser l’ennemi. « On nous a fait traverser un large cours d’eau à bord de zodiacs pour nous rendre au point stratégique. Il s’est alors mis à pleuvoir. Inutile de dire à quel point nous étions trempés », lance Mme Pestel.

Elle poursuit en  affirmant que c’est quand elle était agenouillée, en attente d’attaquer l’ennemi, qu’elle a réalisé les effets psychologiques que les militaires peuvent subir lorsqu’ils sont en mission. « Nous, nous sentions le stress, mais il s’agissait d’un jeu. Les militaires, eux, mettent souvent leur vie en péril dans ce genre d’opération. Ça doit être épouvantable à vivre. » Une fois les deux missions accomplies, les participants sont revenus au point de départ à bord d’un hélicoptère Chinook. 

Objectif réussi

Tenu annuellement à la Base de soutien de la 4e Division du Canada Petawawa, l’exercice COLLABORATIVE SPIRIT permet aux intervenants, aux dirigeants civils et aux chefs de file du milieu des affaires du Canada de mieux comprendre l’Armée canadienne. L’activité les amène à prendre conscience de l’ensemble des compétences des soldats canadiens et comment celles-ci confèrent à l’Armée un éventail de capacités essentielles, tant au pays et qu’à l’étranger. 

Pour les deux femmes, il est clair que l’exercice a atteint son objectif. « Cela nous a vraiment fait réaliser que ce n’est pas tout le monde qui peut être en mesure de s’enrôler. Cela exige une force physique et psychologique incroyable. C’est vraiment un métier d’honneur et de valeur », mentionne Mme Morin-Gendron en ajoutant qu’elle a vécu lors de cette journée, l’une des belles expériences de sa vie.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.