Nouveau bâtiment et défis de taille pour le 34 GBC

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

25 septembre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Les membres du quartier général du 34e Groupe-brigade du Canada (34 GBC) ont eu droit à toute une année. Déménagement, installation dans les nouveaux locaux et opération nationale se sont ajoutés aux activités et exercices réguliers. D’autres défis les attendent au cours des prochains mois, soient deux exercices d’envergure pour lesquels ils doivent se préparer.

C’est en février dernier que le 34 GBC, anciennement logé à la Garnison Montréal, a emménagé dans un tout nouveau bâtiment construit pour lui au site de Saint-Hubert. Le lieutenant-colonel Frédéric Harvey, chef d’état-major, explique que ce réaménagement était nécessaire. « Nous manquions d’espace et nos anciens locaux avaient besoin d’une cure de rajeunissement. »


Le nouveau bâtiment du 34 GBC a été aménagé au coût de 50 millions $. D'une superficie de 8 824 mètres carrés, il permet d'héberger de multiples unités de réserve. (Photo : archives)

Le nouveau bâtiment compte trois étages. On y retrouve de nombreux bureaux et les salles nécessaires au bon fonctionnement des activités de l’organisation. « Nous avons également une grande salle multifonctionnelle qui sert à la fois de terrain de parade et de salle d’exercice », mentionne le Lcol Harvey en rappelant que depuis quelques mois, le jeudi matin, des moniteurs en conditionnement physique des Programmes de soutien du personnel de la Garnison Montréal se rendent sur place pour offrir une séance d’entraînement.

Le nouveau bâtiment héberge également des corps de cadets de la région et différentes unités, tel que le 34e Bataillon de services. D’autres s’ajouteront au cours des prochains mois.

Deux importants exercices

Parmi les prochains défis auxquels doit se préparer l’équipe du 34 GBC, il y a la participation à l’exercice RÉACTION ROYALE 2020 qui se tiendra dans la région du Saguenay, du 29 février au 7 mars. « Cet exercice est important et l’ensemble du Quartier général du 34 GBC sera déployé. Il est très rare que les membres de l’état-major soient déployés à cette fin. »

Pendant une semaine, le 34 GBC et d’autres unités des Forces armées canadiennes s’exerceront à intervenir lors d’un attentat survenant dans un événement tel qu’un sommet national. « Afin d’être prêts, tous les participants doivent se préparer en conséquence. C’est pourquoi divers entraînements sont prévus en ce sens cet automne. »

Quelques semaines auparavant, du 3 au 12 janvier 2020, le 34 GBC déploiera 196 réservistes à Fort Pickett, aux États-Unis, afin de participer à l’exercice FIGHTING WARRIOR 2020. « Cet exercice constitue la dernière étape du cycle annuel d’entraînement collectif des réservistes. »

Le recrutement va bien

En ce qui concerne le recrutement, le Lcol Harvey soutient que le nombre d’effectifs a augmenté au cours des dernières années au 34 GBC. « Étant donné que nous sommes dans la grande région de Montréal, nous n’avons jamais vécu de pénurie. Toutefois, les campagnes médiatiques et nos présences lors des opérations nationales ont permis de mieux nous faire connaître auprès de la population. Nous connaissons une croissance d’environ 5 % chaque année. »

Le chef d’état-major mentionne que le nombre de nouveaux membres qui se joignent au 34 GBC est suffisant pour l’instant. « Il faut être en mesure d’avoir le personnel pour les former. » Rappelons que contrairement aux militaires de la Force régulière qui ont dû suivre une formation de près de trois mois à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, les militaires de la Réserve sont formés directement dans les unités. « Cette formation est échelonnée sur une dizaine de fins de semaine », conclut le Lcol Harvey.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.