Ils courent, marchent et roulent 

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

25 septembre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Plus de 20 000 participants ont couru, marché et roulé l’un des parcours proposés lors de la 13e Course de l’Armée du Canada qui a eu lieu le dimanche 22 septembre à Ottawa. Le journal Servir a eu la chance d’échanger avec quelques participants de la région de Montréal.

Le caporal Jonathan Perreault, de l’École de langues des Forces canadiennes - Détachement Saint-Jean, participe à la Course de l'Armée depuis 2013. « J’ai déjà fait le 5 km et le demi-marathon, mais depuis deux ans, je me consacre au Défi du commandant qui exige de faire les deux parcours. »


Le caporal Véronique Morin, de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Est), a couru le parcours de 5 km. Elle mentionne que cela s’est très bien passé pour elle au cours de cette deuxième participation à la Course de l’Armée.
(Photo : courtoisie)


Il avoue avoir aimé son expérience. « J’ai trouvé le parcours du 21,1 km plus difficile qu’à l’habitude, cependant j’ai bien aimé traverser le cimetière des vétérans Beechwood. J’ai également aimé que le départ et l’arrivée aient lieu au Musée canadien de la guerre. »


Le caporal Jonathan Perreault, de l’École de langues des Forces canadiennes - Détachement Saint-Jean. (photo: courtoisie)

L’adjudant-maître (ret) James Williamson en était pour sa part à sa deuxième participation à la course. « Je trouve que la cause derrière cette activité est très importante. J’ai participé à plusieurs déploiements au cours de ma carrière militaire. Beaucoup de nos frères et sœurs d'armes sont revenus avec des blessures physiques et/ou émotionnelles importantes et certains ne sont pas revenus. Il est important de se souvenir de ce qu’ils ont fait. »


Des membres du Corps de cadets 2793 de Chambly étaient présents. (Photo : courtoisie)

Il a parcouru le 10 km malgré les nombreuses blessures physiques qu’il a aux genoux, aux hanches et au dos. « Normalement, je fais le 10 km à la marche. Cette année, j'ai couru 4 km à un rythme raisonnable et marché 6 km en 1:26:49. Ceci m'a fait réaliser que je pouvais accomplir des choses que je pensais ne plus être capable de faire. » 


Une cinquantaine d’élèves-officiers


Le Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean) était également bien représenté à la Course de l’Armée. Une cinquantaine d’élèves-officiers y étaient. C’est le cas de l’Élof Charles Joncas Roy, de l’Escadron Richelieu, qui explique avoir apprécié l’opportunité de représenter son institution. « D’autant plus que cette course permet d’amasser des fonds pour soutenir les militaires blessés et leur famille. »


Quelques-uns des 50 élèves-officiers du Collège militaire royal de Saint-Jean. (Photo : courtoisie)

L’Élof Thomas Turmel, de l’escadron Richelieu, en était pour sa part à sa deuxième expérience. « L’an dernier, j’ai fait le demi-marathon. Cette fois, j’ai voulu essayer quelque chose de différent et je me suis inscrit au 5 km. » Membre du Club de course du CMR Saint-Jean, il mentionne être passionné par cette discipline qu’il pratique trois ou quatre fois par semaine. 
Quant à lui, l’Élof William Bélanger, du Quartier général de la division des élèves-officiers, ne court qu’une fois par an et c’est dans le cadre de la Course de l’Armée. « J’apprécie cet événement. C’était ma 4e participation. » Inscrit à l'épreuve du 10 k, il a effectué le parcours en compagnie d’autres étudiants. « J’ai adoré ça. L’effet de groupe m’a permis de m’améliorer. »


 

…Même en Lettonie ! 


Le 2 septembre,  le personnel du soutien aux déploiements des Programmes de soutien du personnel en Lettonie a participé à l’organisation d’une course à l’image de la Course de l’Armée. Des membres des Forces armées canadiennes en déploiement ont eu l’occasion de manifester leur appui aux vétérans et aux militaires malades et blessés ainsi que leur détermination à se garder en forme. La course a connu un franc succès.


(Photo : Facebook – Les Forces armées canadiennes PSP)



Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.