Ils marchent entre réservistes

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

12 septembre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Actuellement déployés en Lettonie, dans le cadre de l’Opération REASSURANCE, le capitaine Dereck Pigeon, du 12e Régiment blindé du Canada à Trois-Rivières, et le sergent Charles Costo-Brossoit, des Fusiliers Mont-Royal, ont participé, les 10 et 11 août, à une marche de 30 km à Ventspils, en Lettonie, en compagnie de réservistes lettons du 46e Bataillon Zemessardzes.


« Pamestais Krasts » ou « Côte déserte », est une marche réunissant des membres du 46e Bataillon Zemessardzes, des membres de leur famille et des civils. Quatre militaires américains et deux Canadiens, le Capt Pigeon et le Sgt Costo-Brossoit, ont été invités à se joindre aux marcheurs. Le Capt Pigeon explique que son collègue et lui ont saisi l’opportunité afin d’en apprendre un peu plus sur la culture la vie des Lettons. « C’était une excellente façon pour nous de nous intégrer, de mieux comprendre leur quotidien, leur histoire et de connaître un peu mieux ce pays. »


Le sergent Charles Costo-Brossoit, des Fusiliers Mont-Royal, et le capitaine Dereck Pigeon, du 12e Régiment blindé du Canada à Trois-Rivières. (Photo : courtoisie)


Répartis en cinq équipes, les marcheurs ont dû, tout au long du parcours, relever des défis de mémoire, de connaissances historiques, d’agilité et d’adresse. Après avoir parcouru près de 25 km la première journée, le groupe a monté le campement et les organisateurs ont servi un dîner traditionnel letton aux participants. En soirée, un feu de camp a réuni les marcheurs où ils ont pu échanger sur leur expérience militaire et par la suite chanter des chants folkloriques. 

Le Sgt Costo-Brossoit explique que cette aventure lui a entre autres permis de se familiariser avec le 46e Bataillon Zemessardzes et de voir où ces réservistes travaillent. « C’était bien aussi de marcher sur des sites historiques pour comprendre ce que ce pays a vécu lors de la 2e Guerre mondiale ainsi que pendant l’occupation soviétique. »

Celui-ci garde un excellent souvenir de ces 30 heures passées en compagnie des Lettons. « J’ai adoré la soirée. Nous étions assis avec eux autour du feu de camp pour discuter et  les écouter chanter. » 

De son côté, le Capt Pigeon explique que cette expérience a vraiment permis de tisser des liens avec les réservistes lettons. « En plus, cela nous a fait découvrir la côte ouest de la Lettonie qui longe la mer baltique. »  


À la fin de la première journée, les militaires ont pu se reposer et échanger entre eux. (Photo : courtoisie)

Un premier déploiement

Le Sgt Charles Costo-Brossoit vit actuellement son premier déploiement à l’étranger. Il a quitté le pays en mai dernier pour prendre part à l’Op REASSURANCE et il est très satisfait de son expérience. 

Il soutient que les militaires canadiens sont bien perçus dans ce pays d’Europe de l’Est. « Souvent, lorsqu’on marche en uniforme, les gens vont nous regarder de façon curieuse. Toutefois, lorsqu’ils voient le drapeau canadien sur notre épaule, on voit qu’ils sont soulagés et même contents de nous voir. Les Baltes ont une longue histoire d’occupation militaire, et ils comprennent clairement que nous sommes ici, aux côtés de leurs forces armées, comme alliés. »

Ce dernier sera de retour au pays en février 2020.

Une belle collaboration

Quant à lui, le Capt Pigeon participe à l’Op REASSURANCE depuis janvier dernier et reviendra au pays le mois prochain. Il s’agit de son deuxième déploiement à l’étranger. « En 2016, j’étais en Pologne sur l’Op REASSURANCE à titre d’officier de liaison avec le 1er Bataillon du Royal 22e Régiment. »

Il explique que cette fois, plus de Canadiens sont déployés sur le terrain. « C’est le Canada qui dirige le Groupement tactique de la présence avancée rehaussée de l’OTAN qui comprend neuf pays. C’est une excellente occasion de collaborer avec nos alliés, et ce, tout en augmentant l’interopérabilité. »


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.