Il reçoit une courtepointe de vaillance

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

12 septembre 2019 - Yves Bélanger, Servir

Le jeudi 5 septembre, au cours du café du commandant de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC), Gaétan Pelletier, vétéran et instructeur civil au sein de l’établissement, a reçu une courtepointe de vaillance créée spécialement pour lui par une collègue, le sergent Carolyn Robinson.


C’est par l’entremise de Courtepointes de vaillance (Quits of Valour) que ce don a été effectué. Bonnie Frappier, représentante du Québec de cet organisme canadien, était présente pour l’occasion. Elle a indiqué que Courtepointes de vaillance a été fondé en 2008 et que des bénévoles de partout au Canada créent les magnifiques couvertures identifiées au nom de leur bénéficiaire. « Depuis le début, nous avons remis 12 200 courtepointes à des militaires blessés. C’est notre façon à nous de leur offrir du réconfort et de les remercier pour les services rendus à la nation. »


Le lieutenant-colonel Guillaume Tremblay, commandant de l’ELRFC, le sergent Carolyn Robinson, Gaétan Pelletier, Bonnie Frappier et l’adjudant-chef Alain Oligny, de l’ELRFC.(Photo : Josué Plante – Centre multimédia de l’ELRFC)

Plusieurs courtepointes à son actif

Le sergent Carolyn Robinson n’en est pas à sa première œuvre. Elle a découvert cet art auprès de sa grand-mère qui en était passionnée. Il y a 11 ans, elle a décidé de suivre ses traces en s’inscrivant à un cours de piquage. Elle a aujourd’hui une trentaine de courtepointes à son actif. « J’ai toujours deux ou trois projets en cours. »

Elle dit consacrer environ quatre heures par semaine à la confection de courtepointes et qu’il lui faut entre 10 et 12 semaines pour arriver au résultat final. « C’est un de mes passe-temps favoris. Je trouve cela très relaxant. »

Récemment, un ami lui a parlé de l’organisme Courtepointes de Vaillance. Elle a trouvé intéressant l’objectif de cette organisation. « J'ai donné certaines de mes courtepointes à ma famille et à mes amis. J'apprécie toujours le confort qu'elles apportent. Je me suis inscrite comme bénévole. » Elle a donc décidé qu’elle destinerait au moins une courtepointe aux deux ans à un militaire blessé.

C’est elle qui a décidé de remettre son premier don à Gaétan Pelletier. « Il a été l’un des premiers membres avec qui j’ai eu la chance de travailler lors de mon arrivée à l’ELRFC il y a trois ans. Il a été un mentor pour moi. » 

Elle poursuit en mentionnant que l’ex-militaire a eu une carrière très enrichissante au sein des Forces armées canadiennes (FAC) et qu’il portait l’uniforme avec fierté. « Il adorait enseigner aux candidats et j'ai été heureuse de voir qu'il continuait de le faire après avoir pris sa retraite des FAC. »

Offrir une courtepointe de vaillance

Notons qu’il est possible de proposer le nom d’un militaire blessé pour qu’il reçoive une des réconfortantes courtepointes de vaillance de leur région. « Les noms et les coordonnées des représentants de chacune des provinces sont tous publiés sur le site Internet de notre organisme. Il est donc facile de communiquer avec eux pour avoir plus de détails à ce sujet », mentionne Bonnie Frappier.
Pour en savoir plus sur Courtepointes de vaillance : https://www.quiltsofvalour.ca/


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.