Sur les traces de son père

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

28 août 2019 - Yves Bélanger, Servir

Âgé de 17 ans, Jasmin Roux entame sa première année au Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean). Il est membre de l’escadron Iberville. En quelque sorte, en choisissant la vie militaire, il suit les traces de son père, le caporal (ret) Frédéric Roux, actuellement commis à la Boutique plein air des Programmes de soutien du personnel de la Garnison Saint-Jean.

Frédéric Roux raconte qu’il n’était pas trop étonné du choix de son cadet puisque ses neuf enfants l’ont vu porter l’uniforme une grande partie de leur vie. « Ma carrière militaire s’est déroulée entre 1994 et 2013. J’ai entre autres oeuvré au Détachement Saint-Jean de l’École de langues des Forces canadiennes et à l’Unité régionale de soutien aux cadets (Est). En 2010-2011, j’ai également été déployé en Afghanistan. »


Jasmin Roux, en compagnie de son père, le caporal (ret) Frédéric Roux, lors d’une cérémonie de l’Escadron 613 Saint-Jean/Iberville des Cadets. (Photo : courtoisie)

Bien que seul Jasmin ait opté pour la vie militaire, la carrière de Frédéric Roux a vraisemblablement eu de l’influence sur sa progéniture. « Tout comme la majorité de ses frères et sœurs, Jasmin a été membre de l’Escadron 613 Saint-Jean/Iberville. » Lorsqu’il a quitté les Cadets, l’officier en devenir avait le grade d’adjudant de 1re classe. »

Un excellent choix

Il explique que pour son fils, étudier au CMR Saint-Jean était un défi tout indiqué. « C’est un grand sportif. Il est excellent au biathlon, au volleyball et dans de nombreuses autres disciplines. Il a également beaucoup de facilité avec les études. »

Frédéric Roux est donc très fier que son fils ait pris la décision de devenir élève-officier. « C’est la meilleure éducation qu’il puisse recevoir au pays. Ce n’est pas pour rien que des étrangers déboursent des sommes importantes pour venir étudier au sein de cette institution. »

Pour le moment, Jasmin ne sait pas encore le domaine dans lequel il souhaite faire carrière. Il se donne une année pour faire un choix définitif. « Il s’oriente plus vers les opérations aériennes. »


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.