Il veille à la réadaptation de David Saint-Jacques

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

14 août 2019 - Yves Bélanger, Servir

Après l’avoir aidé à se préparer physiquement en vue de son séjour dans la station spatiale internationale et l’avoir soutenu au cours de sa mission, François Lalonde continue de travailler avec l’astronaute canadien David Saint-Jacques dans le cadre de sa réadaptation physique.

Basé dans la région de Montréal, François Lalonde est assistant de recherche des Programmes de soutien du personnel (PSP). Depuis plus d’un an, il travaille à l’Agence spatiale canadienne (ASC), située à Saint-Hubert, à titre d’assistant de projet. « Il s’agit d’un projet d’une durée de deux ans qui a pour but, entre autres, de développer le test physique des astronautes. » 


François Lalonde, assistant de recherche des Programmes de soutien du personnel, en plein travail de réadaptation avec l’astronaute David St-Jacques. (Photo : Agence spatiale canadienne)

Rappelons que depuis quelques années, les PSP travaillent en collaboration avec l’ASC pour la préparation des futurs astronautes. « J’œuvre à la recherche pour l’optimisation des protocoles d’évaluation et d’entraînements pour les missions de longue durée. » 

Réadaptation

David Saint-Jacques est revenu les deux pieds sur terre le 24 juin 2019. Il a passé plus de six mois en apesanteur. Avec son séjour de 204 jours, David Saint-Jacques a battu le record canadien pour les séjours dans l’espace. Depuis son retour, son principal ennemi n’est nul autre que la gravité. « Comme c’est le cas pour tous les astronautes, les mois passés en apesanteur ont déréglé le système vestibulaire. La vision peut en être affectée. Les muscles et le système cardiovasculaire doivent se réhabituer à la gravité terrestre. »

Le corps humain n’est pas fait pour vivre en apesanteur. Un long séjour peut faire vieillir prématurément, d’un mois à 10 ans. « Heureusement, l’entraînement rigoureux que nous avions préparé pour David Saint-Jacques et qu’il a effectué de façon régulière a permis d’amoindrir ces dommages. »

L’équipe de spécialistes en exercice appuie la réadaptation de l’astronaute canadien et assure que celle-ci se déroule très bien. « Depuis son arrivée, on remarque de grands progrès. On voit qu’il était bien préparé et qu’il va rapidement reprendre une vie normale. »  

L’agent de projet mentionne qu’il était bien content de revoir en personne l’astronaute qui était de retour à l’ASC le 10 juillet. « Je ne l’avais pas revu depuis son retour sur terre puisqu’il était à Houston. Il était suivi sur place par mes collègues de l’ASC et on se parlait régulièrement par vidéoconférence pour son entraînement, mais c’était spécial de me trouver à nouveau à ses côtés. »

Une aide pour la recherche

L’assistant de recherche explique que tout le travail qu’il a effectué auprès de David Saint-Jacques sera très profitable pour les programmes d’entraînement des astronautes. « Toute l’expérience que j’ai acquise depuis mon arrivée va grandement nous aider à améliorer notre travail en ce sens. »

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.