Deux importantes compétitions pour le Cplc Matthews

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

14 août 2019 - Yves Bélanger, Servir

Au cours des dernières semaines, le caporal-chef Pamela Matthews, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC), a participé à deux événements majeurs dans le milieu du culturisme, le Toronto Pro Show et le Wings of Strength Chicago Pro Show. Elle est particulièrement fière d’être montée sur scène aux côtés des athlètes d'élite qui l'inspirent depuis des années.

Lors des deux compétitions, elle était inscrite dans la catégorie Femme physique. « C’est très similaire à la catégorie bodybuilding. La différence est principalement au niveau de la musculature. Les routines diffèrent aussi un peu. » Les deux fois, elle a terminé 16e au classement. « Il y avait en moyenne 24 participantes pour chacune des compétitions. »


Le caporal-chef Pamela Mathews lors du Wings of Strength Chicago Pro Show. (Photo : courtoisie )

Elle avoue s’être rendue à ces deux compétitions en étant consciente qu’elle n’avait aucune chance de monter sur le podium. « Je savais que j'allais me classer aux dernières places, car la majorité des participantes avaient entre 15 et 20 livres de muscles. J’ai aimé ça, car j’ai pu vivre l’expérience sans aucun stress. » 

Pour la militaire, les deux récentes compétitions ont été enrichissantes et enivrantes puisqu’elles lui ont permis de côtoyer les meilleures de cette discipline sportive. « J’ai partagé la scène avec les femmes que je suis depuis des années sur Instagram et qui se trouvent aux plus hauts niveaux. »

Elle soutient que le professionnalisme de la Fédération internationale de bodybuilding et fitness est incroyable. « Les spectacles sont bien organisés et les athlètes sont traités avec le plus grand respect. On a presque l'impression d'être des célébrités. »

Partager sa passion

Le Cplc Matthews n’hésite pas à parler de sa passion pour le culturisme aux candidats de l’ELRFC et des efforts qu’elle a faits au fil des ans pour atteindre un tel niveau. « Je leur raconte qu’avant de me joindre aux Forces armées canadiennes, j’avais du poids en trop et que je n’étais pas très en forme. Je leur explique qu’il m’a fallu plus de 10 ans pour en arriver où j’en suis. »

Travaillant auprès des candidats qui n’ont pas réussi leur test Force, elle trouve important de partager son expérience. « Je veux ainsi qu’ils comprennent que rien n’est impossible, mais qu’il faut faire preuve de persévérance et de patience. »

Elle termine en remerciant sa chaîne de commandement qui la soutient dans son entraînement. « Ceux-ci sont toujours derrière moi pour m’encourager et m’aider dans mes démarches. Je veux aussi lever mon chapeau à l’équipe des Sports militaires des Programmes de soutien du personnel qui travaille également toujours très fort pour m’aider à obtenir du financement de l’équipe des sports. »


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.