Des cadets énergiques et talentueux 

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

14 août 2019 - Yves Bélanger, Servir

Encore une fois cette année, du 1er juillet au 10 août, 173 cadets de partout au Canada séjournaient au Centre d’entraînement de vol des cadets de Saint-Jean (CEVC Saint-Jean). Alors que certains étaient inscrits pour la bourse de pilotage de planeur (54 cadets) ou celle de pilotage d’avion (49 cadets), 70 autres ont opté pour la formation avancée en aérospatiale.

Ce camp est particulier en raison de sa spécialisation et le processus de sélection est rigoureux. « Les candidats sont choisis en fonction de leurs aptitudes, leur comportement et leurs notes », explique le capitaine Maxime-Gabriel Roy-Bilodeau, officier d'information.


Des cadets préparant leur fusée pour le départ. (Photo : courtoisie)

Celui-ci mentionne que la majorité des activités en pilotage de planeurs et aérospatiale du CEVC Saint-Jean ont eu lieu à Saint-Jean-sur-Richelieu. « Toutefois, celles de pilotage d’avion ont été tenues à Bromont, Thedford Mines et Saint-Honoré. » Notons que le personnel du CEVC Saint-Jean est constitué d’une équipe de 149 personnes, soit  49 cadets-cadres, 70 réservistes, trois membres de la force régulière et 27 instructeurs civils.

Une belle expérience

Josiah Tobias, 15 ans, était au nombre des cadets inscrits en aérospatiale. L’adolescent, de Whitehorse au Yukon, avoue qu’il s’orientait plutôt vers un autre type de camp dédié aux cadets. « Toutefois, quand des amis m’ont raconté leur expérience vécue au camp en aérospatiale, j’ai décidé de m’y inscrire. » 

Il ne regrette nullement son choix. « J’adore tout ce qu’on apprend ici. J’ai également beaucoup aimé la visite que nous avons faite au Cosmodôme de Laval. » Il aimerait bien revenir l’an prochain à titre de cadet-cadre. « Mon expérience a été très bonne ici et j’aimerais beaucoup transmettre mes apprentissages. »

Mia Roy, résidente de Québec et âgée de 16 ans, dit pour sa part être passionnée par plusieurs choses. Elle ne savait pas trop quel camp choisir pour l’été et c’est le fait que le nombre de places soit limité au CEVC Saint-Jean qui l’a attirée. « J’adore relever des défis et je me suis dit que l’entrevue de sélection et sa préparation représentaient des opportunités pour moi qui seraient éventuellement bénéfiques sur le marché du travail. »

Aérospatiale avancée

Tout au long de leur passage à Saint-Jean-sur-Richelieu, les cadets du cours d’aérospatiale avancée ont pu parfaire leur formation dans ce domaine. En plus des cours théoriques, ils ont eu droit à un entraînement sous l’eau, similaire à celui suivi par les futurs astronautes. « Munis d’un équipement de plongée, ils ont eu à effectuer quelques travaux au fond de la piscine du Cégep de Saint-Jean. Le fait d’être dans l’eau recrée le phénomène de l’apesanteur », mentionne le Capt Roy-Bilodeau.

Au cours de cette formation, les participants ont également eu à construire des fusées capables de parcourir un trajet de près de 2 000 pieds. Tout au long de la conception, ils ont dû s’assurer que les pièces utilisées et leur installation permettrait d’atteindre un rendement maximal pour leur engin. Deux périodes de lancement ont eu lieu au cours de ce séjour.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.