Opération LENTUS

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

8 mai 2019 - Yves Bélanger, Servir
 

La Force opérationnelle Montréal à l’oeuvre


La Force opérationnelle de Montréal a été fort occupée au cours des dernières semaines dans le cadre de l’Opération LENTUS, principalement, à Pierrefonds, Laval et Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Au plus fort de la crise, plus de 400 militaires de la Force régulière et de la Réserve ont soutenu les opérations dans le but de venir en aide aux victimes des inondations causées par la crue printanière.

Pierre Leblanc, officier d’affaires publiques du 34e Groupe-brigade du Canada, explique que la situation vécue cette année diffère des inondations de 2017. « Cette fois, les municipalités touchées étaient beaucoup plus préparées à faire face à la montée des eaux. Nous sommes donc arrivés sur les lieux dans un contexte très différent. »
Il précise que le travail d’amélioration des berges effectué par les municipalités riveraines depuis 2017 a été efficace. « Dans certains secteurs, pour le même niveau d’eau, 50 maisons étaient inondées par rapport à 400 il y a deux ans. »


Depuis plusieurs jours, la Force opérationnelle Montréal est en opération au sein des municipalités touchées par les inondations. (Photo : 34 GBC)

La grande surprise cette année a été le bris de la digue à Sainte-Marthe-sur-le-Lac le 28 avril. « Cette municipalité n’avait même pas été touchée par les inondations. Le bris de la digue a été catastrophique. Si celle-ci avait tenu le coup, le nombre de sinistrés aurait été beaucoup moins important. »

Le soutien nécessaire

Pour assurer l’alimentation et voir aux besoins opérationnels des 350 militaires sur le terrain, la Force opérationnelle Montréal pouvait compter sur la Compagnie de services composée de 65 militaires. Le major Mario Blanchette, commandant de cette compagnie, explique que son équipe veillait à l’alimentation des militaires déployés, à leur transport et à celui du matériel nécessaire, ainsi qu’à l’approvisionnement et à la maintenance des équipements. « Notre mission est de nous assurer du bon déroulement de l’Op LENTUS dans la région de Montréal. »
Basée au départ dans les locaux du 4e Bataillon, Royal 22e Régiment (Châteauguay), l’équipe a été réinstallée au cours des derniers jours au sein des locaux du 34e Groupe-brigade du Canada. « Étant donné que la situation est stable et que l’eau a commencé à diminuer, le nombre de militaires a réduit de 66 %. Nous avons donc libéré les locaux de Laval et oeuvrons à partir de Saint-Hubert. »


Une façon de contribuer

Dans sa vie de tous les jours, le matelot de 2e classe Ronald Hiscock, du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) <I>Donnacona<I>, est technicien au département des arts visuels du Collège Champlain, à Saint-Lambert. Le 26 avril, il a quitté temporairement ses fonctions pour travailler sur l’Opération LENTUS. Son employeur explique pourquoi il accepte volontiers de libérer temporairement cet employé. 

Paul Conway, directeur au Collège Champlain de Saint-Lambert, est un de ces employeurs qui a un membre de la Réserve au sein de son personnel. Il affirme que le fait de remplacer temporairement le Mat 2 Hiscock n’est pas un gros problème pour le collège. « En fait, c’est beaucoup moins difficile pour nous de remplacer un employé que de trouver des réservistes disponibles pour les FAC. C’est un peu notre façon de faire notre part pour aider les sinistrés des inondations. »


Le matelot de 2e classe Ronald Hiscock, du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) <I>Donnacona<I>, est technicien au département des arts visuels du Collège Champlain, à Saint-Lambert. (Photo : NCSM Donnacona)


Le directeur assure que son établissement est fier d’avoir un membre de la Réserve navale au sein de son équipe. « Depuis des années, nous travaillons en collaboration avec les FAC. Entre autres, nous avons déjà accepté que le 41e Centre des services de santé tienne des exercices d’entraînement dans nos laboratoires. Nos étudiants en science infirmière avaient participé à la simulation et en avaient grandement bénéficié. »
Il poursuit en soutenant que l’ensemble du personnel et le syndicat sont très coopératifs dans cette situation. « Tout le monde ici connaît le Mat 2 Hiscock et sait qu’il est membre de la Réserve navale. Pour les étudiants, je trouve cela intéressant qu’ils puissent découvrir l’importance des réservistes au sein des FAC. C’est un bel exemple pour eux. »


Fiers du travail accompli


Plus de mille militaires ont été déployés sur l’opération LENTUS dans les différentes municipalités victimes des inondations. Le journal <I>Servir<I> vous présente quelques témoignages recueillis au cours de la dernière semaine.

Le matelot-chef Mylène Boivin, du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) <I>Donnacona<I> a été déployée principalement à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. En 2017, elle avait également participé aux opérations militaires dans le cadre des inondations. Il est toutefois difficile pour elle de faire des comparaisons entre les deux crues printanières. « En 2017, c’est plus dans la région de Trois-Rivières que mon équipe a été appelée à intervenir. »

Elle soutient toutefois qu’elle sent que les équipes de militaires arrivent sur les lieux des inondations avec beaucoup plus d’assurance. « En 2017, c’était pour la plupart un premier déploiement de ce genre. Ce que nous avons appris sur le terrain cette année-là nous sert grandement aujourd’hui. »


Des membres de la Réserve navale à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. (Photo : NSCM Donnacona)

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, des émotions, il y en a à la tonne. « Quand je suis arrivée dimanche, les gens étaient littéralement en état de choc. Plus les jours avancent, plus les émotions et le découragement sont palpables. » La veille de notre entretien, sa tâche principale était de mener des sinistrés à leur maison en bateau pour qu’ils puissent aller chercher leurs animaux de compagnie et des vêtements. « C’était troublant de voir leur découragement. Mais, nous ne pouvons pas nous laisser aller à nos sentiments, car nous sommes sur place pour une tâche bien précise. »

De la fierté

Pour sa part, le cavalier William Shia, de l’unité The Sherbrooke Hussars, en est à sa première expérience sur l’Op LENTUS. Il a entre autres participé à la construction de digues limitant l'accès de l'eau dans le secteur de Shawinigan. Il soutient que cette expérience lui a fait réaliser à quel point il est fier d'être au service des citoyens. « C'est toujours plaisant de voir à quel point les gens sont heureux de nous voir. »


Le cavalier William Shia, des The Sherbrooke Hussars, s’est enrôlé il y a près d’un an. (Photo : The Sherbrooke Hussars)

Son confrère, le caporal Étienne Gareau, participe non seulement comme chauffeur de soutien pour son peloton, mais en plus, il aide la population en transportant du matériel pouvant leur venir en aide, comme les sacs de sable. Il explique qu’il est très valorisant de participer à une telle opération et que le travail en équipe l'amène à relever les plus hauts défis. « Je suis fier d’aider la population canadienne, surtout lorsque les citoyens me le disent. »


Le caporal Étienne Gareau oeuvre depuis trois ans pour The Sherbrooke Hussars. (Photo : The Sherbrooke Hussars)

 

Ils étaient là



Une quarantaine de membres des Fusiliers de Sherbrooke ont participé à l’Opération LENTUS au cours des derniers jours, notamment dans la région de Yamachiche/Trois-Rivières.  (Photo : Capt Joey Thibault)

 

Le Groupe de soutien répond présent ! 

Par Major Renaud-Pier Morin
 

Le Groupe de soutien de la 2e Division du Canada (GS 2 Div CA) a fourni le soutien de 3e ligne aux composantes déployées sur l’Opération LENTUS.

Le peloton de transport des Services techniques (Svc Tech) a exécuté des tâches de transport et de location de véhicules. Il a mis ses baies de maintenance à la disposition du Groupe logistique avancé, généré par le 5e Bataillon des services, à la Garnison Saint-Jean et sur le site de Saint-Hubert. Une équipe de remorquage et de réparation mobile était aussi prête à se déployer pour venir prêter main-forte à la 2e ligne, au besoin. 
La cellule des contrats du GS 2 Div CA a pour sa part agi à titre d’expert-conseil pour l’élaboration des contrats de la composante terrestre, soit la buanderie, la location d’infrastructures, la gestion des déchets et autres. 

Pour sa part, le Service au personnel a développé et exécuté le plan de rations et d’hébergement de 3e ligne à partir de la Garnison Saint-Jean et de la Base Valcartier. 
Bien sûr, le GS 2 Div CA entend soutenir l’Opération LENTUS tout en minimisant l’impact sur le soutien institutionnel qu’il offre aux unités situées dans les zones des Garnisons Montréal et Saint-Jean et de la Base Valcartier.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.