Plus de femmes souhaitées dans les FAC

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 juillet 2019 - Yves Bélanger, Servir

Au cours des dernières années, la présence des femmes au sein des Forces armées canadiennes (FAC) a considérablement augmenté et l’organisation souhaite que celles-ci représentent 25,1 % de leur effectif d’ici 2026. C’est pourquoi l’enrôlement des femmes demeure l’une des priorités des FAC. 

Le journal Servir a récemment rencontré le major Nathalie Des Biens, chef de service au Centre d’orientation et de sélection du personnel de Valcartier et de Saint-Jean, ainsi que le capitaine Sabrina Venne, du 12e Régiment blindé du Canada et actuel commandant du détachement Sherbrooke du Centre de recrutement des Forces canadiennes - Québec, pour discuter du sujet. 


Le major Nathalie Des Biens, du Centre d’orientation et de sélection du personnel à Valcartier, ainsi que le capitaine Sabrina Venne, commandant du détachement Sherbrooke du Centre de recrutement des Forces canadiennes – Québec. (Photo : Avr Zamir Muminiar – Imagerie Saint-Jean)

Pour celles-ci, il est évident que les femmes ont leur place au sein des FAC, et ce, dans tous les métiers proposés. Elles s’entendent pour dire que le fait d’augmenter le nombre de femmes au sein des troupes est une excellente chose. « La diversité est une force. Le fait de retrouver dans les différents métiers des hommes et des femmes de cultures et d’ethnies différentes est une grande richesse. Nous avons des façons différentes de penser, de leader, de faire les choses et en cela, nous nous complétons très bien », explique le Maj Des Biens. 

Le Capt Venne, qui a travaillé au sein des armes de combat, assure que, contrairement à ce que plusieurs pensent, les femmes militaires sont aussi efficaces que leurs collègues masculins dans ce secteur d’activités. « Ce n’est pas vrai que nous sommes moins capables que le gars ou que nous les ralentissons au combat. »

Bien entendu, en choisissant ce type de métier, le Capt Venne savait qu’elle serait principalement entourée d’hommes, chose qui ne la dérangeait pas du tout. « Moi, je voulais être dans l’action et servir. De toute façon, au cours de ma jeunesse, mon frère avait souvent des amis à la maison et je me mêlais à eux sans problèmes. J’ai appris à les côtoyer. »

Le Maj Des Biens a pour sa part eu un parcours différent en s’enrôlant tout d’abord dans la Réserve en 2002. « Mère de jeunes enfants, cette façon de faire était un excellent compromis pour moi. J’ai été officier de logistique jusqu’en 2006 où j’ai décidé de me diriger vers un domaine en lien avec mes études en counseling et orientation. »

Des rapports qui évoluent

Bien qu’elles n’aient jamais senti que leur leadership ou leurs compétences étaient remis en cause parce qu’elles étaient des femmes, les deux militaires avouent avoir entendu dans le passé des remarques plus ou moins appropriées. Elles soutiennent toutefois que la situation s’est grandement améliorée au cours des dernières années. « En fait, depuis la mise en place de l’Opération HONOUR, il est rare que nous entendions des propos désobligeants. »

Elles sont conscientes que pour les hommes, la situation peut être quelquefois embarrassante. « Plusieurs nous disent qu'ils ne savent plus comment nous aborder ou nous faire des compliments. C’est normal puisqu’une balise a récemment été mise. On est passé d’un extrême à l’autre pour les besoins de la cause et cela nous oblige à analyser chaque mot que l’on va dire. Je suis tout de même sûre que d’ici quelques années, nous retrouverons un équilibre normal et que, naturellement, les hommes comme les femmes sauront ce qu'il est acceptable de faire ou de dire en présence des collègues », conclut Maj Des Biens. 

Notons que les FAC proposent 106 professions à temps plein et à temps partiel aux hommes et femmes qualifiés et motivés.

Les femmes au sein des FAC

- Depuis 30 ans, les femmes sont entièrement intégrées à tous les groupes professionnels militaires et à tous les rôles des FAC.
- Le Canada est un chef de file quant à la proportion de femmes au sein de ses forces militaires et des domaines dans lesquels elles sont en service.
-Parmi les 28 pays membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), en 2016, le Canada (15,1 %) était parmi les cinq pays ayant le plus de femmes dans leurs rangs. La moyenne de l’OTAN se situe 10,9 %
- Le 1er mars 2018, 9 990 femmes étaient membres de la Force régulière, ce qui représente une hausse de 275 depuis 2017.
- Le 2 mars 2018, le Groupe de recrutement des Forces canadiennes avait enrôlé 765 femmes pendant l’année financière 2017-2018, contrairement à 653, l’année précédente.
- En ce moment, les femmes constituent 15 % des FAC

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.

D'autres lectures sur la place des femmes au sein des FAC

- Un moment en l'honneur des femmes militaires : Exercice YOGA du 8 mars et témoignages des majors Eve Rioux et Emmanuelle Dompierre (2019-03-27)
- Les femmes ont leur place au sein des FAC : conférence de Sandra Perron (2019-03-04)